Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Plus de 100.000 autotests VIH vendus en un an

Publié par MaRichesse.Com sur 25 Novembre 2016, 11:30am

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE, #FRANCE

Plus de 100.000 autotests VIH vendus en un an

Plus de 100.000 autotests de dépistage du VIH ont été vendus durant leur première année de commercialisation, entre septembre 2015 et septembre 2016. Fabien Larue, président de la société AAZ et fabricant du test commercialisé en France, affirme que durant l’année «près de 2000 autotests ont été achetés par semaine» avec des pointes à 4000 dans les semaines qui suivent une campagne de communication des autorités.

Ce chiffre semble modeste au regard des 5,2 millions de personnes qui ont fait une sérologie VIH en 2014 en France, selon des chiffres publiés par l’association AIDES. Mais les autotests demeurent très utiles, selon Jérôme André, directeur de l’association HF Prévention, car ils «répondent à une offre de dépistage qui n’existait pas».

Anonymat

Les dépistages sanguins «classiques» peuvent être réalisés sur ordonnance en Laboratoire biologique et d’analyse médicale. Mais certaines personnes hésitent à se faire dépister sans la protection de l’anonymat. «Par exemple, un homme qui a des rapports homosexuels alors qu’il est marié et avec des enfants peut avoir du mal à aller voir son médecin de famille», explique Jérôme André.

Il existe aussi des Centres de dépistage anonyme et gratuit (CDAG), qui représentaient en 2011 seulement 7% des dépistages, mais détectaient 12% des sérologies positives, selon les données de l’Institut de veille sanitaire. «Dans le cas des autotests VIH, ce sont des gens qui encore plus envie d’être anonymes», affirme Jérôme André. Les professionnels de santé et les associations supposent donc que l’autotest aura également un rendement élevé. Selon une enquête réalisée pour le compte de la société AAZ auprès de plus de 1500 personnes ayant acheté leur test sur un site internet de pharmacie, 40% des individus ont effectué leur premier dépistage avec cet autotest. Parmi eux, 55% déclarent qu’ils ne se seraient pas fait dépister si l’autotest n’avait pas été disponible en pharmacie.

Fiabilité de 99%

Le principe d’utilisation est simple. Accessible sans ordonnance, l’autotest est vendu par le pharmacien et se présente sous la forme d’un kit. «C’est un petit stylo. Il faut se piquer le doigt, comme pour mesurer sa glycémie dans le diabète. Une micro-goutte de sang sort et se dépose alors sur le stylo, qu’il faut ensuite planter dans une capsule», explique Jérôme André. Le résultat s’affiche au bout de 15 à 30 minutes. «Le premier trait bleu montre qu’il y a assez de sang pour faire le test. Si un second trait bleu apparaît, c’est qu’il y a dans l’organisme des anticorps contre le VIH».

La fiabilité de ce test est estimée à 99%, à condition que la contamination date d’au moins trois mois.

Un produit encore peu accessible

Plusieurs problèmes restent encore à résoudre selon les professionnels de santé et les associations. Le test est tout d’abord encore très cher, en moyenne 25 euros, non remboursés par l’Assurance Maladie. Il n’est pas non plus en libre-service, comme les tests de grossesse, mais situé derrière le comptoir du pharmacien. «Or on sait bien que lorsque les préservatifs sont à l’entrée de la pharmacie, ils partent rapidement mais s’ils sont derrière le comptoir c’est plus difficile à demander», estime le Pr Gilles Pialoux, chef de service des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital Tenon (Paris).

Attention également à l’épreuve que peut être la découverte en solitaire d’une séropositivité, alerte le Pr Olivier Epaulard, du service des maladies infectieuses du CHU de Grenoble. «Même si on touche des gens pour qui demander un test à son médecin ou à un laboratoire est un obstacle, il faut penser qu’apprendre sa séropositivité seul à la maison peut être compliqué.»

Tous s’accordent cependant à dire que ce test est une avancée dans le domaine du dépistage. On estime aujourd’hui que 120 à 150.000 personnes sont infectées par le VIH en France. Près de 20% l’ignorent. 

 Lefigaro

Commenter cet article

Archives