Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Le président philippin avait promis d'arrêter de jurer. Il a tenu trois jours

Publié par MaRichesse.Com sur 5 Novembre 2016, 15:00pm

Le président philippin avait promis d'arrêter de jurer. Il a tenu trois jours

Vous vous souvenez de Rodrigo Duterte? Il y a quelques semaines, à la fin du mois de septembre, on vous a parlé du président philippin et ses sorties plus que controversées quand il avait osé se comparer à Hitler et avait déclaré qu'il serait«heureux de massacrer» des millions d'accros à la drogue.

En plus de son violent combat contre la drogue (et surtout ceux qui y touchent), Rodrigo Duterte est également connu pour ses mots doux. Il avait ainsi insulté Barack Obama de «fils de pute», ce qui avait poussé le président américain à annuler une rencontre prévue au Laos lors du sommet de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est, avant de s'excuser. Il s'en est également pris par le passé au Pape ou à l'ONU dans les mêmes termes.

Mais, Rodrigo Duterte avait décidé de se calmer. Le New York Times raconte que le président philippin avait entendu Dieu lui parler alors qu'il rentrait d'un voyage au Japon, et que l'avion s'écraserait s'il n'arrêtait pas de jurer. Il a alors décidé de tenir sa langue, même s'il avait prévenu qu'il n'y arriverait pas forcément.

Et il a tenu. Bon d'accord, il n'a tenu qu'un week-end, mais il a tenu. Ensuite, le président philippin a retrouvé ses bonnes vieilles habitudes, quand il s'est rendu ce lundi 31 octobre dans sa ville de Davao, et qu'il s'est adressé à des agents de police:

«Ne tombez jamais dans la drogue. Fils de pute, je vais te tuer, je te préviens.»

Ça a l'air violent, dit comme ça, mais le New York Times précise que cette expression prononcée en tagalog, un dialecte philippin est en réalité«régulièrement utilisée dans la vie de tous les jours aux Philippines pour appuyer ses propos, et est différente d'une autre expression similaire qui est utilisée comme une vraie insulte». Le quotidien américain note néanmoins que ces quelques mots signaient la fin de sa modération linguistique.

Les choses sont vraiment revenues à la normale deux jours plus tard, mercredi 2 novembre, quand Rodrigo Duterte s'en est pris à des membres du Congrès américain qui veulent bloquer la vente de fusils d'assaut aux Philippines parce qu'ils s'opposent à leur violente campagne anti-drogues qui a déjà causé la mort de plus de 2.300 personnes, dans le pays, en quatre mois. Un geste qui n'avraiment pas plu au président philippin, qui l'a fait savoir lors d'un discours télévisé:

«Regardez ces macaques. On voulait leur acheter 26.000 armes qu'ils refusent de vendre. Fils de pute, on a beaucoup d'armes qu'on fabrique nous-mêmes. Ces cons d'Américains.»

Le New York Times indique que plusieurs Philippins avaient parié sur le temps que mettrait leur président avant de se laisser aller à nouveau, mais le quotidien ne précise pas s'il y a eu un gagnant.

 Source

Commenter cet article

Archives