Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Comment les toilettes peuvent doper la croissance mondiale

Publié par MaRichesse.Com sur 19 Novembre 2016, 21:20pm

Catégories : #MONDE, #SANTE-BIEN-ETRE, #ECONOMIE

Comment les toilettes peuvent doper la croissance mondiale

Selon l'ONU, qui célèbre ce samedi la journée mondiale des toilettes, l'installation de sanitaires propres et sûrs sur les lieux de travail et à la maison permet d'accroître la productivité et de limiter le nombre d'arrêt maladie dans l'entreprise. Des milliards de dollars sont en jeu.

Ce samedi 19 novembre, les toilettes sont à l'honneur. C'est en effet le «World toilet day» (journée mondiale des toilettes). Cette célébration peut prêter à sourire. Pourtant, elle cache de dramatiques enjeux à l'échelle mondiale. L'ONU, à l'initiative de cette journée, rappelle que 2,4 milliards de personnes vivent encore sans installations sanitaires améliorées. Une personne sur dix n'a d'autre choix que de faire ses besoins en plein air. Pire: l'assainissement inadéquat et l'eau insalubre occasionnent des diarrhées qui tuent 315.000 enfants chaque année et sont liées à 50% des cas de dénutrition infantile.

Pour cette édition 2016, placée sous le thème «des toilettes et des emplois», l'ONU tente aussi d'attirer l'attention sur les enjeux économiques que représentent les sanitaires. «L'absence de toilettes au travail et à la maison a de graves répercussions sur les travailleurs et donc sur l'activité économique: mauvaise santé, absentéisme, réduction des effectifs, baisse de la concentration, épuisement et diminution de la productivité», énumère-t-elle. Dans de nombreux pays, les maladies causées par le manque d'assainissement et d'hygiène entraîneraient ainsi chaque année une perte de productivité pouvant atteindre 5% du PIB! La perte de productivité s'explique aussi par le temps perdu par les employés à chercher des toilettes ou un lieu en plein air. En Inde, par exemple, cette tâche engendre des pertes de productivité de l'ordre de 10 milliards de dollars par an, soit 20% du PIB, assure l'ONU.

Encore plus grave: la transmission des maladies, causée essentiellement par un assainissement et une hygiène médiocres, représenterait 17% des décès attribuables au lieu de travail. À l'échelle mondiale, affirme l'ONU, l'absence d'assainissement et l'eau insalubre font ainsi perdre chaque année 260 milliards de dollars dans de nombreux secteurs économiques, notamment celui de la santé.

Les toilettes, un gisement d'emplois

Mais installer des toilettes de bonne qualité sur le lieu de travail ne règle pas les problèmes. Encore faut-il que la politique de l'entreprise en matière de «pause pipi» soit souple. «Si l'accès aux toilettes est restreint, les employés se retiennent et vont parfois jusqu'à éviter de boire et de manger pour réduire la fréquence de leurs visites aux toilettes. Plus que des désagréments et de l'inconfort, cette situation peut avoir des répercussions sur la santé, notamment pour les femmes, et occasionner absentéisme et maladies», prévient l'ONU.

Garantir à tous l'accès, dans des conditions équitables, à des services d'assainissement et d'hygiène d'ici 2030 est l'un des 17 objectifs de développement durable lancés au monde par l'ONU. L'effort à fournir dans le domaine de l'approvisionnement en eau et l'assainissement est donc énorme. L 'ONU chiffre la demande mondiale dans ce secteur à plus de 50 milliards de dollars (environ 47 milliards d'euros). Mais l'opération est rentable: «chaque dollar investi dans l'eau et l'assainissement rapporte 4 dollars en retombées économiques», affirme Ban Ki-moon, son secrétaire général, dans un message publié sur le site des Nations-Unies.

D'après l'Association internationale de l'eau, il faudrait plus de 750.000 professionnels qualifiés supplémentaires dans 15 pays pour parvenir à un accès universel à l'eau et à l'assainissement. «La réalisation de ce droit essentiel - le droit à l'eau et à l'assainissement - est bonne pour les populations, pour les affaires et pour l'économie», conclut Ban Ki-Moon. «Nous savons que les toilettes, ça marche. Cela sauve des vies, cela augmente la productivité et la croissance économique», renchérit Guy Ryder, directeur général de l'Organisation internationale du travail (OIT), dans une vidéo publiée à l'occasion de cette journée mondiale:

Lefigaro

Commenter cet article

Archives