Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Voici la première personne au monde à guérir du VIH

Publié par MaRichesse.Com sur 3 Octobre 2016, 12:03pm

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE, #SCIENCE, #ANGLETERRE

Voici la première personne au monde à guérir du VIH

Grâce à un nouveau traitement, un homme de 44 ans pourrait être la première personne au monde à guérir du VIH.

Un homme britannique de 44 ans pourrait être la première personne au monde à guérir du VIH, selon The Telegraph. Ce, grâce à un nouveau traitement conçu par une équipe de scientifiques, professeurs dans cinq universités du Royaume-Uni.

Ce patient est l’une des cinquante personnes à suivre ce traitement médicamenteux, qui a la particularité de cibler le virus dans toutes les cellules du corps, même dans leur état quiescent. Un nouveau traitement qui fonctionne en deux étapes: un vaccin aide le corps à se débarrasser des cellules infectées un médicament baptisé Vorinostat active les cellules infectées à l’état quiescent pour qu’elles puissent être décelées par le système immunitaire.

Le premier traitement à soigner du VIH?

D’après les scientifiques, contactés par le Sunday Times, le virus du VIH est pour l’instant indétectable dans le sang du patient. Si les résultats se confirment sur la durée, on aurait là le premier traitement à soigner du VIH.

Le VIH, virus responsable du sida, est particulièrement difficile à traiter car il affaiblit le système immunitaire du corps humain. En prenant le contrôle des cellules qui servent à coordonner les défenses immunitaires, il détruit celles-ci de l'intérieur.

Les trithérapies antirétrovirales, les traitements en vigueur, ciblent aussi ce phénomène sans pour autant déceler les cellules contaminées à l’état quiescent.

«Nous continuerons les test médicaux pendant les cinq prochaines années. Pour le moment, nous conseillons de continuer la trithérapie», recommande Sarah Fidler, médecin praticienne à l’Imperial College de Londres, dans The Telegraph

 Source

Commenter cet article

Archives