Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


VIDEO. Deux bombardiers russes interceptés par quatre Rafale au large de la Bretagne

Publié par MaRichesse.Com sur 5 Octobre 2016, 10:48am

Catégories : #RUSSIE, #FRANCE, #VIDEO, #GUERRE

L'incident s'est produit le 22 septembre dernier. Deux avions russes ont été pris en chasse depuis le nord de la Norvège jusqu'au large de Bilbao par dix avions de quatre pays.

Un incident qui nous rappelle les pires heures de la guerre froide. Le 22 septembre dernier, deux bombardiers russes ont été interceptés à une centaine de kilomètres des côtes bretonnes par des avions de chasse de l'armée française. L'information, repérée ce mardi par Le Télégramme, a d'abord été rendue publique par le site du ministère de la Défense. L'incident, qui a duré plusieurs heures, a rassemblé la flotte de quatre pays européens pour prendre en chasse les avions russes.

● Que s'est-il passé?

Tout commence à 9h13 lorsque la Norvège détecte les deux bombardiers russes au nord du pays. Deux chasseurs F-16 les prennent alors en chasse pour les accompagner sur une route les menant vers le nord de l'Écosse. À ce moment-là, deux Typhoon britanniques prennent le relais, contournant l'Irlande par l'ouest, et incitant les intrus à se diriger vers la Bretagne. À 13h57, selon le ministère de la Défense, deux Rafale de la permanence opérationnelle (PO) de Tours décollent à leur tour pour les intercepter à moins de cent kilomètres des côtes françaises. Les deux avions russes volent désormais vers le sud, et deux Rafale de la PO de Mont-de-Marsan prennent le relais à 14h33.

Ensuite, les deux Blackjack russes décident de longer la côte ibérique. Ils sont alors escortés par deux F-18 espagnols. Arrivés au large de Bilbao, ils décident finalement de faire marche arrière, et mettent le cap vers l'ouest de l'Irlande. Au total, dix avions ont été mobilisés pour intercepter les bombardiers russes.

● Quels sont les avions russes?

Les deux appareils russes sont des Tupolev Tu-160 Blackjack. Il s'agit de bombardiers lourds supersoniques soviétiques construits à la fin des années 1970. Il peut atteindre une vitesse maximale de 2200 km/h. Concrètement, il est le plus gros avion supersonique au monde, et était destiné à mener des frappes longue distance et à transporter une arme nucléaire. Comme le souligne Le Télégramme, il peut accueillir entre 12 et 24 missiles de croisière.

Cet avion, construit au cœur de la guerre froide, n'a pourtant connu son baptême du feu qu'en novembre 2015 lors de l'intervention militaire de la Russie en Syrie. Moscou a d'ailleurs décidé récemment de relancer sa production.

● Une agression russe?

Si cette intrusion n'est pas agressive, il s'agit néanmoins de la deuxième depuis le début de l'année 2016. Le 17 février dernier, deux avions de chasse français ont en effet intercepté deux Blackjack russes près des côtes françaises. Là encore, les avions russes ont contourné la Norvège, les îles anglaises, et ont été interceptés au large du Touquet, survolant la Manche. Comme en septembre, la Royal Air Force britannique avait donné l'alerte et des unités françaises avaient décollé en urgence.

Selon le chef d'état-major de l'armée de l'Air française, le général André Lanata, interrogé en mars dernier par l'AFP, ce genre de posture russe, le long des pays de l'Otan, reste assez rare même s'il vise à affirmer la présence russe face à l'Alliance Atlantique. «Cela ne s'intensifie pas, cela fait partie de la gesticulation russe (..) ce n'est pas fréquent», a-t-il dit. En janvier 2015, deux Mirage 2000 et un Rafale français avaient déjà été mobilisés pour intercepter deux bombardiers russes Tu-95 Bear signalés au-dessus de la Manche.

Comment la France réagit face à la menace?

La gestion de tels incidents aériens, en France, s'organise dans le cadre de la posture permanente de sûreté aérienne. Il s'agit d'une des missions prioritaires et permanentes de l'armée de l'Air confiée au commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes (CDAOA).

Concrètement, quatre bases aériennes - sur la vingtaine que compte l'armée de l'Air - assurent chaque semaine la permanence opérationnelle sur tout le territoire. Ces bases sont capables de projeter en quelques minutes, et à toute heure, jusqu'à huit avions et cinq hélicoptères pour protéger l'espace aérien national. Chaque jour, 11.000 aéronefs, dont 1400 simultanément au plus fort du trafic, transitent par l'espace aérien français. Chacun d'entre eux doit être identifié grâce aux 90 radars civils disposés sur le sol français.

En cas d'alerte, comme ce fut le cas le 22 septembre dernier, les avions intercepteurs se mettent au niveau de l'appareil repéré et tentent de communiquer avec lui. Ils ont alors pour but de lui indiquer la route à prendre. Si l'avion n'obtempère pas, et si le niveau de menace est jugé alarmant, seul le premier ministre peut donner l'ordre d'un tir de semonce ou de destruction. 

 Source

VIDEO. Deux bombardiers russes interceptés par quatre Rafale au large de la Bretagne

Commenter cet article

Archives