Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Une chercheuse provoque un séisme dans la lutte contre les superbactéries

Publié par MaRichesse.Com sur 4 Octobre 2016, 14:16pm

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE, #SCIENCE

Une chercheuse provoque un séisme dans la lutte contre les superbactéries

Ou "comment le plastique peut nous sauver des superbactéries", peut-on lire dans De Morgen.

Près de 700.000 personnes meurent chaque année dans le monde suite à des infections dues à des bactéries résistantes. Selon une étude britannique, ce chiffre pourrait franchir la barre des 10 millions de personnes d'ici 2050 (soit autant que le cancer).

OMS: "La situation s'empire"
"La situation est mauvaise et elle est en train d'empirer. Certains scientifiques parlent de tsunami au ralenti. Il n'est plus rare de connaître quelqu'un qui a subi une opération de routine avant de mourir d'une infection contractée à l'hôpital", a souligné Mme Chan, la directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Et si la solution venait de Shu Lam? Cette doctorante de l'université de Sydney, pleine d'espoir, pense que l'on peut combattre ces bactéries à l'aide de petits morceaux de plastique aussi appelé polymères. 

Pommade antiseptique, injection ou pilule
Selon l'étude de Shu Lam publiée dans Nature Microbiology, les polymères rentrent au coeur de la bactérie pour déchirer la cellule de celle-ci. Par conséquent, la bactérie s'autodétruit. La chercheuse malaisienne de 25 ans aimerait insérer ces polymères dans une pommade antiseptique ou les administrer par injection ou pilule. 

"Il faudrait au moins attendre cinq ans avant de pouvoir soigner les hommes grâce aux polymères", prévient Greg Qiao, le maître de stage de Shu Lam. Un laps de temps très prometteur pour Peter Dubruel, chercheur en biomatériel à l'UGent. "Créer des polymères est assez simple mais les introduire dans le corps humain est une autre paire de manches", a-t-il précisé à De Morgen

 Source

Commenter cet article

Archives