Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Samsung, la fin d'un grand empire?

Publié par MaRichesse.Com sur 11 Octobre 2016, 09:08am

Catégories : #SAMSUNG, #TECHNOLOGIE, #ENTREPRISE

Samsung, la fin d'un grand empire?

Le premier fabricant de smartphones au monde vient d'annoncer la suspension des ventes et des échanges de son appareil défectueux. Il recommande également aux utilisateurs d'éteindre leur téléphone.

Samsung ne parvient pas à se dépêtrer des problèmes techniques du Galaxy Note 7. Pour mettre un terme à la déferlante d'incidents causés par son tout dernier produit, le fabricant sud-coréen a annoncé qu'il allait demander à ses partenaires partout dans le monde de cesser les ventes et les échanges de ses téléphones. Il exhorte également les propriétaires de l'appareil de cesser de l'utiliser tant qu'il n'aura pas terminé son enquête sur les cas d'incendie. «Les consommateurs, qu'ils aient un Galaxy Note 7 d'origine ou un modèle Galaxy Note 7 de remplacement, devraient éteindre l'appareil et ne plus l'utiliser», précise l'entreprise.

Cette annonce, qui conduit certains à penser que le géant sud-coréen finira par mettre au rebut la dernière version du principal concurrent de l'iPhone d'Apple, fait plonger le titre Samsung à la Bourse de Séoul. Ce mardi matin, l'action chutait de 7,02%, accusant l'une des plus fortes baisses de la cote. «La raison pour laquelle les consommateurs préfèrent Apple ou Samsung, c'est pour la fiabilité du produit. Ici, le dégât en terme d'image sera inévitable et Samsung aura fort à faire pour inverser la tendance», observe Greg Roh, de HMC Investment Securities. «Le temps qu'ils résolvent le problème et qu'ils repassent par le processus de recertification et de requalification, ce sera le temps de lancer le (Galaxy) S8», ironise pour sa part Edward Snyder, directeur général de Charter Equity Research.

Suspension temporaire de la production

Deux opérateurs télécoms américains, AT&T et T-Mobile US, ainsi que l'australien Telstra avaient déjà annoncé une suspension temporaire de la vente ou de l'échange des Note 7. En France, la Poste n'accepte pas dans ses colis les batteries en lithium, justement intégrées au Galaxy Note 7. Quant aux compagnies aériennes, elles continuent d'interdire l'utilisation de ce téléphone en vol depuis le nouvel incident survenu la semaine dernière dans un avion américain.

Lundi, le groupe avait déjà annoncé dans un communiqué l'«ajustement» à la baisse de ses volumes de production. Selon l'agence sud-coréenne Yonhap, Samsung va en fait suspendre temporairement la fabrication de ce téléphone dans une usine au Vietnam.

Plus de 2 millions d'appareils rappelés

 

Après un lancement en fanfare mi-août, le Galaxy Note 7 a fait face à une série de cas d'explosions, à l'origine du rappel de plus de 2,5 millions de modèles. Des images de téléphones carbonisés avaient alors surgi sur les réseaux sociaux. Un coup dur pour un groupe qui se targue d'être le champion de l'innovation et de la qualité.

 
 
 

Censé faire de l'ombre à l'iPhone 7, le Galaxy Note 7 est à l'origine du plus grand fiasco du secteur des nouvelles technologies pour un fabricant de smartphones. Ironie du sort, Samsung comptait sur ce modèle pour soutenir sa croissance d'ici la fin de l'année et faire face à la concurrence accrue des marques chinoises, d'Apple, mais aussi de Google, qui a lancé la semaine dernière son premier smartphone. Vendredi, l'entreprise tablait sur une hausse de son bénéfice opérationnel au troisième trimestre, supérieure aux attentes des analystes.

 
 
 

Le coût du rappel des téléphones a été estimé à plus d'un milliard de dollars. Mais il pourrait augmenter s'il s'avérait que les modèles de remplacement comportaient eux aussi des défauts techniques, ce qui semble être le cas. La semaine dernière, un modèle de remplacement supposé sûr a pris feu dans un avion au départ de Louisville (Kentucky), causant l'évacuation de l'appareil. Trois autres cas suspects ont été répertoriés. 

 Source

Commenter cet article

Archives