Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Qui est Rachid Nekkaz, l'homme qui paye les amendes des femmes en burqa ?

Publié par MaRichesse.Com sur 11 Octobre 2016, 08:10am

Catégories : #FRANCE, #PEOPLE, #RELIGION

Qui est Rachid Nekkaz, l'homme qui paye les amendes des femmes en burqa ?

L'homme d'affaire algérien revendique avoir payé 1169 amendes pour port de voile intégral en France. Le gouvernement a déposé un amendement au projet de loi Égalité et citoyenneté pour tenter de le stopper.

Mardi dernier encore, il était à la trésorerie Saint -Sulpice, près du Sénat, pour payer l'amende d'une femme en burqa. Sur la photo qu'il nous envoie, il pose tout sourire, un drapeau algérien autour du cou, des menottes aux poignets, aux côtés d'une femme entièrement voilée et gantée de noir. «Je suis très fier, en tant qu'algérien, de donner une leçon de démocratie et de respect des libertés individuelles au pays des droits de l'homme» plastronnait-il dans le fameux documentaire «Dossier tabou» de Bernard de la Villardière. Là encore, on le voyait remettre en liquide la somme de l'amende à une jeune femme vêtue du voile intégral. Un pied de nez à la loi française dont il est coutumier: depuis 2010, Rachid Nekkaz revendique d'avoir payé plus de 1169 amendes en France, soit deux tiers des contraventions depuis le vote de la loi. Il a également réglé 270 amendes en Belgique, 2 en Hollande et une en Suisse. Et vise bientôt la Bulgarie, qui vient de voter une loi interdisant le voile intégral. «À chaque fois qu'un pays voudra interdire la burqa dans l'espace public, il me trouvera sur son chemin», menace le millionnaire algérien, contacté par le Figaro, qui a mis sa fortune au service de cette cause ambiguë.

D'où vient son argent? Né à Choisy-le-Roi, neuvième d'une fratrie de 12 enfants, aux parents kabyles analphabètes, ce jeune entrepreneur venu des banlieues a fait fortune dans les années 1990. On le présentait alors comme un «modèle d'intégration». Il reçoit même en 1998 des mains de Gérard Larcher le «prix de la ville et de la Citoyenneté». Il fait partie de ceux qui ont profité de la bulle internet, et su réinvestir dans l'immobilier. Aujourd'hui il possède plus de 1000 appartements en France et investit tout son argent aux États-Unis.

Il a renoncé à la nationalité française

Conviction ou provocation? Rachid Nekkaz a plus le profil du trublion provocateur que de l'islamiste caché. Après les émeutes de 2005, il est reçu par Dominique de Villepin et crée «Banlieues respect», un collectif d'associations de terrain qui agit dans les quartiers difficiles. A 34 ans en 2006 il veut se présenter comme «le seul candidat à la présidentielle issu des quartiers populaires». Il recueille 288 promesses de signatures, pas assez pour se présenter. Il lance alors un parti le Rassemblement social démocrate, avec 58 candidats représentatifs de la France d'aujourd'hui.

Rachid Nekkaz semble s'être fait une spécialité des causes farfelues et hétéroclites. Lors de la primaire du PS en 2012, il tempête sur le fait que la participation soit payante et lance une campagne contre le vote payant. Il convoque les médias au siège de Solferino où il déverse 10.000 pièces de 1 euro. En 2011, il a proposé 50.000 dollars pour participer à la caution de DSK. Il a également prêté 500.000 euros pour acheter un terrain et sauver une mosquée à Gennevilliers en 2011. En 2010, il lance l'opération «République des Roms», et offre un terrain de 16 hectares en Auvergne à la communauté Rom en guise de cadeau de Noël. Au moment du meurtre de père Hamel, il a proposé au gouvernement de «dialoguer avec les personnes fichés S», se targuant de sa «crédibilité» auprès du milieu islamiste. «Ils ne m'ont même pas répondu!» s'indigne t-il. En 2012, il est mis en garde à vue, après avoir acheté le parrainage d'un maire pour Marine Le Pen, entendant prouver que les élections étaient truquées. La goutte de trop pour Rachid Nekkaz qui décide de renoncer publiquement à sa nationalité française en 2013 «Je suis extrêmement fier d'avoir abandonné ma nationalité», crâne-t-il, fustigeant le «régime vichyste» qu'est devenu la France.

Vers une interdiction du paiement solidaire des amendes?

Sert-il la soupe à une frange radicale de l'islam? Il s'en défend, et dit agir uniquement «en tant que militant des droits de l'homme». «Les gens font ce qu'ils veulent à partir du moment où il n'y a pas de danger pour la sécurité du pays», argumente-t-il. «Demain on va interdire le voile? et après les mosquées? Dans ce cas interdisons l'islam dans la Constitution. Ça ne me choquerait pas qu'un parti demande l'interdiction de l'islam. Mais dans ce cas arrêtons de dire que la France est le pays des droits de l'homme.»

Sur son site, Rachid Nekkaz se vante d'avoir dans son combat le soutien de l'ayatollah iranien Safi Golpayegani et du Cheikh égyptien Abou Ishaq al Houwayni,qui défend l'excision et le port du niqab pour «les femmes qui ne sont pas en état de purification». Drôles de cautions pour un militant des droits de l'homme…

C'est peu de dire que Nekkaz agace. L'homme d'affaire incarne la faiblesse de l'état de droit, mettant en échec par ses millions une loi déjà difficilement appliquée. Une première tentative de le stopper avait été esquissée par Valérie Pecresse, alors simple députée des Yvelines, en 2014. L'élue avait déposé une proposition de loi visant à créer un «délit d'entrave à la loi» Rachid Nekkaz avait alors porté plainte contre les députés de l'UMP pour «discrimination».

Aujourd'hui, c'est au tour de Bernard Cazeneuve d'essayer d'empêcher Nekkaz d'agir. Le ministre de l'Intérieur a déposé un amendement au projet de loi Égalité et citoyenneté pour interdire le paiement d'une amende par un tiers. En réalité il s'agit plutôt d'étendre l'incrimination pour «annonce publique à souscription» à toutes les contraventions et pas seulement en matière délictuelle et correctionnelle.

Extrait de l'amendement déposé par Bernard Cazeneuve.

 

Dans les faits, cela empêchera Nekkaz de dire publiquement qu'il paye les amendes, pas de les payer concrètement «De facto ce qui n'est pas su ne pas être sanctionné» précise-t-on côté ministère. L'homme d'affaires s'en gausse: «J'ai970.000 abonnés sur ma page Facebook, plus que Nicolas Sarkozy, vous croyez que je vais arrêter de m'exprimer publiquement?» «Ils me veulent faire de moi un prisonnier politique, tant mieux, ça va me faire de la pub et ça va ridiculiser la France», ajoute-t-il. L'amendement le concernant devrait être examiné prochainement à l'Assemblée, alors que le PJL Egalité et citoyenneté est actuellement en lecture au Sénat. 

 Source

Commenter cet article

Archives