Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


«Obsédé», «inhumain», l'insaisissable personnalité du tueur de Nice

Publié par MaRichesse.Com sur 1 Octobre 2016, 03:17am

Catégories : #FRANCE, #FAITSDIVERS

Près de trois mois après l'attentat du 14 juillet, les nombreux témoins entendus par les enquêteurs dressent le portrait d'un homme narcissique, déterminé à commettre un massacre. Mais sa radicalisation et ses ressorts restent mystérieux.

«Obsédé», «inhumain», l'insaisissable personnalité du tueur de Nice

Près de trois mois après la tuerie qu’il a perpétrée à Nice, causant la mort de 86 personnes sur la Promenade des Anglais, Mohamed Lahouaiej Bouhlel demeure un profond mystère. La vie dissolue de ce père de trois enfants, né à M’saken (Tunisie) il y a 31 ans, semblait souvent à mille lieues des préceptes édictés par l’Etat islamique (EI). Certes, les spécialistes répondront qu’il n’y a pas de «profil type». Et que des similitudes avec d’autres terroristes, tels le violent Amedy Coulibaly ou l’étrange Salah Abdeslam, existent.

Mais la lecture des premiers éléments de l’enquête de personnalité auxquels Libération a eu accès a de quoi laisser pantois. Chez Mohamed Lahouaiej Bouhlel, rien, hormis quelques vidéos exhumées dans son ordinateur, ne paraît pour l’heure étayer une conscience aboutie de la doxa jihadiste. En revanche, la drague, le culte de soi et la fascination pour la violence sont omniprésents.

«Obsession pour le sexe et la pornographie»

Le Tunisien, ne pratiquant pas la religion musulmane, mangeant du porc, fumant et buvant à l’occasion, apparaît surtout très soucieux de son apparence. L’exploitation d’un des téléphones portables de cet adepte de sports de combat témoigne en outre de son «obsession pour le sexe et la pornographie», notent les enquêteurs. Pour étayer ce portrait, ces derniers peuvent s’appuyer sur les nombreux témoignages de personnes l’ayant fréquenté depuis son arrivée dans le sud de la France en décembre 2007, après son mariage avec H., sa cousine niçoise.

 

V., inscrite dans la même salle de sport il y a trois ans, le décrit un «dragueur» et un «obsédé sexuel». «Le prof de salsa connaissait Mohamed, il l’avait déjà mis plusieurs fois dehors du cours parce qu’il draguait avec beaucoup d’insistance toutes les filles», raconte-t-elle. Avec lui, «tout tournait autour du sexe». La danseuse précise que Bouhlel s’était créé plusieurs comptes Facebook avec lesquels il«harcelait les filles». L’un d’entre eux porte un nom éloquent, «Salsa Caliente». A., son beau-frère, confirme cette obsession pour le sexe, pointant chez lui un «besoin de séduire et de coucher avec des femmes». «Il avait le démon en lui, confie-t-il aux enquêteurs. Il m’a même montré la poupée gonflable qu’il avait chez lui.»

Un autre homme a bien connu Bouhlel. Il s’agit de R., âgé de 74 ans. Tout à la fois confident et financeur de Bouhlel, il avoue qu’il «aimait beaucoup» celui qu’il appelle «Momo». R. aurait même «bien aimé» avoir des relations sexuelles avec lui («Il était tellement beau»), mais celui-ci «aimait trop les femmes». Le témoignage du septuagénaire éclaire une autre facette de la personnalité de Bouhlel. Celle d’un mari«violent», capable de brutaliser son épouse «pour avoir des rapports sexuels directs et brutaux, sans sentiments». «Quand il bousculait sa femme, elle m’appelait et j’étais comme le papa, dit R. J’allais chez lui et je le grondais.»

 

Une proche de son épouse affirme que Bouhlel «a fait des choses inhumaines comme faire caca sur le lit de ses enfants, jeter du vin sur la figure de sa femme. Il prenait la poupée de sa fille et devant la petite attrapait un couteau et la plantait dans la poupée pour faire mine de la tuer». Le couple, qui a eu trois enfants, finit par entamer une procédure de divorce en 2014.

«Aucun problème de discipline»

C’est au cours de la même année que Bouhlel rejoint une entreprise de transports de la région niçoise, en tant que chauffeur livreur. Son CV vante un travailleur à la «bonne présentation, souriant et dynamique». Entendu par les enquêteurs, le patron ne se souvient d'«aucun problème de discipline» le concernant. L’homme avait toutefois été condamné en mars 2016 à six mois de prison avec sursis pour avoir frappé un automobiliste avec une palette de bois.

Quelques jours après l’attentat, François Molins, procureur de Paris, évoquait un intérêt «récent» de Mohamed Lahouaiej Bouhlel pour la mouvance islamiste radicale, avançant ainsi la thèse d’une«radicalisation éclair». Les premières investigations du dossier n’ont pas permis d’y voir plus clair dans le changement d’attitude de celui que son entourage surnommait «Salmene», son deuxième prénom. Son ami proche, R., rapporte ainsi : «Il aimait la France, il aimait les Français et détestait les Arabes.» Après l’attentat de Charlie, Bouhlel lui aurait même envoyé un texto où il écrivait «Je suis Charlie».

Des changements de comportement

Même parmi ceux qui seront mis en garde à vue dans les heures suivant le massacre, personne n’est vraiment capable d’expliquer la métamorphose. Hamdi Zagar, dont le frère a épousé la sœur de Bouhlel, se souvient simplement que depuis la fin du mois de juin, le terroriste écoutait des récitations du Coran dans sa voiture. «Lorsque nous étions chez moi pour faire du bricolage, j’ai mis de la musique et des clips à la télévision. Mohamed m’a dit de ne pas mettre de la musique, que c’était un péché d’écouter la musique», raconte-t-il aux enquêteurs. Mohamed Lahouaiej Bouhlel se serait également mis à critiquer sa tenue vestimentaire, soutenant que son «bermuda devait arriver en dessous du genou».

Mohamed Ghraieb, désormais mis en examen pour «complicité d’assassinats en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste», raconte que le comportement de Bouhlel avait «changé»,décrivant une rencontre survenue une dizaine de jours avant l'attentat.«J’ai été surpris par le fait qu’il s’était laissé pousser la barbe alors que d’habitude, il est toujours bien rasé. Nous en avons parlé, il m’a demandé mon avis avant de m’expliquer que la signification de cette barbe était religieuse (...). Ce jour là, il m’a également parlé de l’État Islamique, en me disant qu’il ne comprenait pas pourquoi il ne pouvait pas prétendre à un territoire.»

Pas de trace d’allégeance à l’EI

A ce stade, les investigations n’ont pas montré de trace d’allégeance de Bouhlel à l’EI, aucune lettre n’a été retrouvée sur lui ou à son domicile. L’exploration de son ordinateur a seulement révélé une fascination pour les scènes de violence extrême. Les enquêteurs y ont ainsi ramassé pêle-mêle des photos d’Oussama Ben Laden, du jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar ou encore des auteurs de l’attentat du musée du Bardo survenu en mars 2015 en Tunisie. Sans compter des images de décapitation ou de viscères.

L’historique de sa navigation Internet est quant à lui un curieux agrégat de sites pornographiques et d’une documentation sur un projet d’attentat qui semble déjà bien élaboré quelques jours avant le passage à l’acte. Dès le 2 juillet, Mohamed Lahouaiej Bouhlel utilise des mots-clés comme «horrible accident mortel» ou «terrible accident mortel».

Si sa radicalisation interroge, sa détermination à commettre un massacre apparaît plus évidente. Les policiers découvrent, interloqués, quelques photos des festivités du 14 juillet... 2015 prises par le terroriste. Ces images semblent les prémices d’une préparation minutieuse. Dix jours avant l’attentat, Lahouaiej Bouhlel aurait souhaité conduire un camion d’un tonnage conséquent pour faire davantage de victimes.

Il multiplie les repérages, se gare sur le trottoir

C’est ainsi, que lors d’un premier échange téléphonique avec un loueur de Colomars, commune limitrophe de Nice, il explique qu’il souhaite louer un camion de 12 tonnes. Problème, il n’y en a plus. Il demande alors si un 19 tonnes est disponible mais le loueur n’en possède pas. La conversation s’arrête là. Le 11 juillet, il parvient à louer un 19 tonnes à Saint-Laurent du Var, une autre ville proche de Nice.

Une fois au volant de son Renault Premium, Mohamed Lahouaiej Bouhlel s’attelle aux repérages. Il multiplie les allers-retours sur la Promenade des Anglais. Et va même jusqu’à se garer sur le trottoir pour ce qui ressemble à une mesure de l’espace entre deux poteaux d’une des pergolas fixée sur le bitume. A travers le pare-brise avant, il prend en photo la structure, laissait appraître un bout du volant, comme pour mieux calculer sa trajectoire. Sur l’une des 1 200 caméras de la ville, le camion est visible, planté là, en plein milieu de l’immense esplanade.

 

Comme à son habitude, Mohamed Lahouaiej Boulhel documente tous ses faits et gestes par des photos. Parfois accompagné d'un ami, parfois seul. Ainsi, dans l’après-midi du 14 juillet, le terroriste se photographie avec des jeunes déguisés en résistants de la seconde guerre mondiale. Sur le dernier selfie, il pose au milieu des piétons qui déambulent. Quelques heures plus tard, Mohamed Lahouiaej Bouhlel sera filmé par les caméras de vidéosurveillance de la ville en train de s’engager sur cette même Promenade des Anglais. Il est 22h30, et son funeste périple commence. 

 Source

Commenter cet article

Archives