Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Ne choisissez pas une date spéciale pour votre mariage, vous risquez de divorcer plus vite

Publié par MaRichesse.Com sur 6 Octobre 2016, 03:48am

Catégories : #RELATIONS, #COUPLE

Ne choisissez pas une date spéciale pour votre mariage, vous risquez de divorcer plus vite

Une étude vient de passer au crible près d'un million d'unions, pour trouver que celles contractées à des dates symboliques, comme la Saint Valentin, ont minimum 11% de risque supplémentaire de mal se terminer.

Vous avez envie que le plus beau jour de votre vie soit aussi le plus inoubliable et vous envisagez de vous marier à la Saint-Valentin ou autre date très symbolique? Retenez-vous: selon deux économistes de l'Université de Melbourne, les mariages officialisés à des datespas banales –comme le 9/9/99, le 1/2/03 ou encore le 20/08/2008– ont entre 18 et 36% de chances supplémentaires de se terminer en divorce.

L'étude de Jan Kabátek et David Ribar se fonde sur près d'un million de mariages (et leur destin) contractés aux Pays-Bas entre 1999 et 2013. Elle observe en premier lieu que les dates symboliques sont extrêmement populaires –entre 137 et 509% des cérémonies sont organisées ces jours-là.

Sauf que cinq ans plus tard, 11% des mariages de la Saint-Valentin, 10% des mariages à une date à chiffres identiques et 8% des mariages calendairement «normaux» finissent chez un juge des affaires familiales. Neuf ans plus tard, l'écart se creuse davantage, avec respectivement 21%, 19% et 16% de divorces.

Moins de points communs entre les mariés

Partiellement en cause, le fait que les dates symboliques semblent choisies par des individus partageant moins de points communs que la moyenne.

 

«Nous avons trouvé que les époux se mariant à des dates spéciales se ressemblent moins», précise Kabátek. Notamment, les différences d'âge ou de niveau d'études sont plus marquées.

Les chercheurs observent aussi que les mariés à cheval sur le calendrier sont plus susceptibles de ne pas en être à leur premier mariage et sont aussi plus nombreux à avoir des enfants d'une précédente union –autant de facteurs connus pour ne pas favoriser la stabilité conjugale.

Même en corrigeant statistiquement ces facteurs, les mariages à date symbolique conservent un risque supérieur de divorce de 11 à 18%. Selon les chercheurs, le phénomène ne s'explique pas tant par la date en elle-même, mais par ce que ce choix peut révéler du couple concerné. En l'espèce, résume Ribar, des individus pour qui «des caractéristiques propres à leur relation et à leur compatibilité» comptent beaucoup moins. 

 Source

Commenter cet article

Archives