Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Nawell Madani, humoriste très à la mode

Publié par MaRichesse.Com sur 7 Octobre 2016, 07:24am

Catégories : #PEOPLE

Nawell Madani, humoriste très à la mode

La bonne humeur de Nawell Madani est contagieuse. Toujours le sourire aux lèvres, l'humoriste belge donne rendez-vous au pied du studio où elle finalise le montage de son film «C’est tout pour moi», qu’elle a co-réalisé et dans lequel elle tient le premier rôle au côté de François Berléand (sortie avril 2017). Elle connaît un succès fou auprès du grand public depuis trois ans.

 

L'héroïne de «C’est moi la plus belge» son one-woman show (au Comédia à Paris en mars 2017) est une femme pressée mais pas sans style. Dans un manteau multicolore du meilleur goût, elle rentre rapidement dans le vif du sujet : Erebya. Sa marque de vêtements qu'elle a créée avec sa sœur.

 

Un vrai coup de cœur. «Je sortais de scène, il fallait vite s'habiller, les fans voulaient me voir. Souvent, je mettais juste un gilet ou des grosses doudounes pas stylées. En me voyant sur les photos, je me suis dis ce n'est pas possible. J'en ai parlé à ma sœur Nabilla avec qui je travaille et on a créé un premier gilet. Et ça a tout de suite plu. La deuxième étape a été de créer des kimonos très élégants, également pour mes sorties de scène. Et de fil en aiguille, on a créé 10 pièces, 20 pièces, on a lancé un e-shop et là on a ouvert notre premier pop-up store ! (encore accessible ce vendredi, 22 rue Notre-Dame-de-Nazareth à Paris)».

 

 
 

 

 

 -

 

«Les "sapeurs" de l'avenue Louise à Bruxelles m'ont influencé. Il y a beaucoup d'inspirations congolaises dans nos collections, j'ai grandi avec des copines blacks, j'aime beaucoup les couleurs vives. Il y a beaucoup de wax dans les tissus que j'utilise en partie à cause de ça», explique l'artiste. «A l'école, je voulais me démarquer, je passais beaucoup de temps à chiner, à fouiner dans les marchés aux puces, j'ai donc commencé à m'intéresser tôt à la mode», continue Nawell.

 

«Je voyage beaucoup au Maghreb, en Asie, je rapporte à la fois des tissus et des idées pour nos collections», confie celle qui, en compagnie de sa sœur, donne les impulsions aux collections avec l'aide d'une styliste.  

 

 -

 

«On a un atelier à Paris, on fabrique de petites quantités. C'est ma sœur qui a créé la marque et moi je la porte. C'est mieux de rester ici, je n'ai pas envie de faire du "cheap"», précise la comédienne. «J'aime beaucoup l'univers de la mode, j'apprécie des marques comme la maison de Haute Couture Vionnet ou Miu Miu, mais je sais garder les pieds sur terre, je ne mettrais pas 1500€ dans un pantalon. C'est le prix d'un loyer !»

 

« Je suis une femme avant de faire la clown »

 

Le vêtement, c'est véritablement une seconde peau pour celle qui est partie tenter sa chance à Paris, sans la bénédiction de ses parents. «Sur scène le costume est important. Ça fait partie du personnage. Je me souviens d'Elie Kakou : à chaque fois qu'il faisait une apparition il était"stylisé". Moi, j'essaie d'être drôle, je peux me grimer mais j'essaie de toujours garder une certaine élégance et d'être féminine. J'aime être belle. Je suis une femme avant de faire la clown. Donc la mode, c'est une suite logique, même si en France, on n'aime pas trop les multi-casquettes. Aux Etats-Unis, ça ne pose pas de problème. Moi ça m'aère l'esprit !» confie cette trentenaire jamais à court d'idées. 

 

 -

 

«J'utilise mes vêtements au cinéma, dans mon film mais aussi pour d'autres comme «Alibi.com» de Philippe Lacheau. J'ai une scène avec Didier Bourdon. Pour me faire "sauter" par lui, il fallait bien que je claque un kimono Erebya !» se marre l'humoriste. Et nous avec. 

  leparisien.fr 

 

Commenter cet article

Archives