Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


« Les jeunes restent attachés à l’écriture manuscrite »

Publié par MaRichesse.Com sur 4 Octobre 2016, 09:15am

Catégories : #ECOLE, #JEUNESSE

« Les jeunes restent attachés à l’écriture manuscrite »

Entretien avec Jean-Luc Velay, docteur en neurosciences de l’Université d’Aix-Marseille, chargé de recherche au CNRS.

La Croix : A l’ère du numérique, les résultats de l’étude Ifop/Oxford vous étonnent-ils ?

Jean-Luc Velay : Non, pas vraiment dans la mesure où ces jeunes pratiquent l’écriture manuscrite pendant toute leur scolarité. C’est ainsi qu’ils ont appris à écrire et qu’ils continuent à le faire, au moins à l’école, il est donc assez logique qu’ils y soient attachés. Mais l’étude relève aussi qu’en grandissant, la pratique de l’écriture manuelle diminue, surtout pour ceux qui arrêtent leur scolarité : 45 % des 19-25 ans déclarent utiliser le plus souvent un clavier, qu’il s’agisse d’ordinateurs, de tablettes ou de smartphones.

72 % des jeunes interrogés estiment qu’ils sont plus concentrés lorsqu’ils écrivent à la main. L’écriture manuelle favorise-t-elle les apprentissages ?

Jean-Luc Velay : Le lien entre concentration et écriture manuscrite est très intéressant. Il s’explique en partie par le fait qu’on apprend à se concentrer en même temps qu’on apprend à écrire à la main. Mais des études scientifiques montrent aussi que l’écriture manuelle a un impact réel sur la mémorisation. Ainsi, lorsqu’on apprend à écrire des caractères nouveaux à la main, on les retient mieux et plus longtemps car on associe à l’écriture manuscrite une mémoire sensori-motrice du geste. L’enfant qui apprend à écrire un Z, par exemple, va faire un geste qui se rapproche le plus possible de la forme de la lettre. Et lorsqu’il la lit, son cerveau réactive une zone liée à ce geste. Or, cela n’arrive pas lorsqu’on apprend d’abord à écrire une lettre avec un clavier.

Peut-on en déduire que cet enfant sera un meilleur lecteur ?

Jean-Luc Velay : On sait qu’il identifie mieux et plus vite les lettres lorsqu’il apprend à écrire à la main. Mais aucune étude ne permet de dire qu’il sera meilleur lecteur car les expériences d’apprentissage des lettres sont menées sur de courtes durées, pour des raisons déontologiques. De fait, on ne peut pas empêcher des enfants d’apprendre à écrire à la main uniquement pour vérifier l’hypothèse selon laquelle l’apprentissage de l’écriture au clavier aurait des conséquences sur la lecture et la capacité à s’exprimer. Heureusement, il nous reste les langues secondes comme objet d’étude. Ici, à Marseille, nous avons, par exemple, un projet sur le long terme pour apprendre à écrire l’arabe à des collégiens, avec un stylo ou un clavier.

Comme vous le rappeliez, les jeunes interrogés utilisent d’avantage les écrans en grandissant. Faut-il s’en inquiéter ? L’écriture à la main ne risque-t-elle pas de disparaître à plus ou moins long terme ?

Jean-Luc Velay : Oui, il faudrait s’en inquiéter si on savait que l’écriture dactylo avait des conséquences négatives. Mais, aujourd’hui, personne n’est en mesure de le dire avec certitude. À ce stade des connaissances, il vaut mieux être prudent et ne pas faire de choix radicaux. Certains états américains qui avaient supprimé l’écriture cursive sont aujourd’hui en train de faire marche arrière.

Quant à savoir si l’écriture manuelle peut disparaître un jour, je dirai que ce n’est pas impossible. Il paraît, en effet, difficile de continuer à écrire avec un stylo et un papier à l’école lorsque toutes les matières utiliseront des supports numériques, c’est-à-dire dans quelques années ou, au plus tard, quelques décennies. À moins d’opter pour le stylet. Cette solution intermédiaire permettrait, à mon sens, de sauver l’écriture manuscrite tout en utilisant les outils du futur. 

 Source

Commenter cet article

Archives