Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Les dangers d'une présidence Clinton, selon le New York Times

Publié par MaRichesse.Com sur 26 Octobre 2016, 00:00am

Catégories : #POLITIQUE, #ETATS-UNIS

Les dangers d'une présidence Clinton, selon le New York Times

Le New York Times a mis en garde dans une tribune contre les potentiels écueils d'une présidence Hillary Clinton, tout en maintenant son appel à voter pour elle contre Donald Trump. 

Le respecté quotidien américain avait en effet rompu avec une longue tradition de neutralité en septembre, en se prononçant en faveur de la candidate démocrate. Une position déterminée avant tout par la crainte de voir Donald Trump arriver au pouvoir. 

«Une forme d'establishement»

Car le soutien du New York Times à Hillary Clinton est loin d'être inconditionnel. Dans son édito du dimanche 23 octobre, le journaliste Ross Douthat explique ainsi que les dangers d'une présidence Trump ne doivent pas faire oublier ceux représentés par sa rivale. 

 

 

Selon lui, Hillary Clinton incarne bien plus que Barack Obama une forme d'establishment dont la remise en cause, si elle est incarnée de manière trop extrême par Donald Trump, reste légitime dans l'absolu. Il lui reproche en effet d'avoir toujours adopté l'opinion dominante à Washington. 

«Elle était pour la guerre en Irak quand tout le monde était pour, puis contre lorsque toute le monde a abandonné l'Irak, et de nouveau va-t-en-guerre en Libye à peine quelques années plus tard», dénonce ainsi l'éditorialiste.

«Elle était pro-russe au moment où les médias se moquaient de Romney pour être anti-russe, maintenant elle est anti-russe comme tout le monde à Washington au moment où on aurait besoin d'une désescalade».

Pour le journaliste, le point positif est qu'elle est rationnelle et pragmatique, et qu'elle ne prendra donc jamais une décision à laquelle s'opposeraient l'ensemble de ses pairs. Mais la contrepartie de cette mesure, c'est qu'elle risque de se jeter la tête première dans n'importe quelle mauvaise initiative prise collectivement par le monde occidental, comme se fut le cas en Irak en 2003. 

 Source

Commenter cet article

Archives