Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Le temps libre, une malédiction sociale de gauche

Publié par MaRichesse.Com sur 22 Octobre 2016, 20:16pm

Catégories : #POLITIQUE, #FRANCE, #ECONOMIE

Le temps libre, une malédiction sociale de gauche

Depuis le début des années 80 la Gauche n'a eu de cesse d'offrir du temps libre, des jours chômés, des vacances au peuple, aujourd'hui notre pays n'est plus compétititif à force de non-travail, de retraites, de ponts et de vacances

Les 39 heures, puis les 35 heures, la cinquième semaine de congés payés, la retraite à 60 ans, l'allongement de la scolarité obligatoire...toutes ces réformes "de gauche" (ou presque si on laisse de côté le sociétal) ont visé à donner plus de temps au peuple, lui permettre de sortir plus tôt du travail, d'y passer moins de temps, de raccourcir la vie professionnelle de chacun d'entre nous jusqu'à aboutir au résultat contemporain  : un pays massivement innocupé et presque ruiné qui, les bras ballants, attend ses aides, ses subventions et ses pensionsafin de pouvoir vivre puisque le travail ne peut plus y pourvoir

Le temps libre est devenu une malédiction pour les gens du peuple

Trop de temps libre pourrait avoir tué le temps (tout comme trop d'impôts tue l'impôt) et les problèmes de nos concitoyens ont grandement changé de nature depuis une quarantaine d'années :

- Comment occuper les enfants durant une année scolaire gruyère faite pour combler les profs et les vacanciers  ?

- Comment compenser la sous éducation de l'école avec des établissements scolaires oscillant entre la maison des jeunes (sans la culture) le self service et la mauvaise garderie sociale ?

- Comment accepter des études à rallonge alors que les 3/4 des enseignements sont mis en place pour conserver des postes d'enseignants et bien peu par rapport aux besoins du travail ou des études ?

- Comment trouver un travail quand on a 25 ans et que les employeurs découvrent qu'on n'est pas éduqué par la société (Ecole, famille, proches..) et parfois même hostile au travail (ainsi qu'à l'entreprise) ?

- Que faire de son temps libre quand on n'a pas d'argent à dépenser (il est moins coûteux d'être au travail durant 40 heures par semaine que de devoir s'occuper pendant ses RTT) ?

- Comment occuper une retraite précoce alors qu'on aurait encore pu travailler une bonne dizaine d'années (avec toutes les conséquences psychologiques connues sur ladégénérescence intellectuelle des personnes à la retraite) ?

- Comment occuper son temps quand on fait partie des 10 millions de chômeurs ou travailleurs insuffisamment occupés par le travail (temps partiel subi, micro contrat, formations parking de pôle emploi)

Le temps libre n'est pas (plus) une conquête sociale au XXI ème siècle mais une malédication pour une majorité de Français pauvres

- ils ne peuvent guère consommer ou faire des petits tours en voiture (s'ils en ont les moyens) et de toute façon pourraient se lasser par une vie de consommateur passif

- ils peuvent regarder 34 fois le même programme en TNT (aucun programme en langue étrangère) et transformer leur cerveau en fromage blanc (le pain et les jeux déjà pratiqués par les Romains sous l'Antiquité)

- ils peuvent s'occuper en faisant de la politique (le militantisme, surtout à gauche, ça occupe le temps)

- ils peuvent surtout glander sans rien apprendre ni servir à rien tout au long de leur journée (on appelle cela tenir les murs dans certaines cités)

L'Etat ne pouvant plus offrir de l'argent a offert du temps

La grande duplicité des socialistes depuis les années 80 a été de faire croire aux Français que le temps libre (comme en 1936) était une conquête sociale et que ce temps qui leur manquait pour s'instruire, se cultiver, se former, que ce temps devait donc être arraché au travail (forcémment pénible)

Dans nombre de professions (pas toujours spécialement pénibles) on a donc offert du temps libre (retraite à 55 ans pour les fonctionnaires ayant eu 3 enfants, pour les infirmières, les policiers, semaine de 30 heures dans les mairies, congés maladie à répétition..) car on savait

- que ça faisait plaisir (aux moins courageux)

- que ça ne coutait rien sur le moment (la retraite à 60 ans ou les 35 heures coûtent très cher au pays mais parfois 10 ou 20 ans plus tard)

- qu'on pouvait se prétendre dans la ligne généreuse de Jaurès ou de Léon Blum quand il s'agissait de réduire à 12 h ou 10 h une journée de travail harassante...mais réalisée il y a 100 ans au creux de l'ère industrielle

Les pauvres et les personnes non qualifiées sont aujourd'hui les principales victimes de ces pseudo-réformes de Gauche

- elles ne peuvent valoriser leur temps libre

- elles risquent de perdre leur travail et leur employabilité

- leurs enfants ne sont pas éduqués par une école qui fait semblant de les instruire

- leurs revenus sociaux seront un jour ou l'autre remis en cause (quand les financiers couperont la pompe à finance)

- elles n'ont pas les moyens conceptuels ou financiers pour mettre à profit ce temps libre à foison

Seul le travail offre une dignité aux habitants d'un pays, la Gauche l'a ruiné en France

Les pauvres ne peuvent se développer qu'avec leur travail, la Gauche en tuant le travail a tué l'espoir de développement, d'améliorer son sort mais aussi et surtout de gagner dignement sa vie (tendre la main pour des allocations chaque mois ne rend pas leur dignité aux personnes)

Vivre centenaire sans avoir fait grand chose de ses dix doigts est-ce un sort enviable ?

 Source

Commenter cet article

Archives