Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Le Québec décerne des «diplômes bidons»

Publié par MaRichesse.Com sur 3 Octobre 2016, 17:32pm

Catégories : #ECOLE, #CANADA

Le Québec décerne des «diplômes bidons»

Le ministère de l'Éducation décerne des diplômes à des jeunes qui sont analphabètes fonctionnels et qui peinent à lire sans aide, a découvert Le Journal au cours des dernières semaines.

Ces finissants ont mis la main sur un «certificat de formation préparatoire au travail», un programme créé par Québec pour les élèves en difficulté qui a fait son apparition dans les écoles secondaires il y a une dizaine d’années, avec l’arrivée de la réforme scolaire.

Bon an mal an, Québec décerne environ 4500 diplômes de ce genre, que l'on appelle des «qualifications». Certains, comme le CFPT, sont décernés après 900 heures de stage en milieu de travail, peu importe le niveau scolaire de l'élève. Ces diplômés – dont plusieurs sont analphabètes fonctionnels, comme nous avons pu le constater – sont inclus dans le calcul du taux de diplomation provincial.

 

Ce constat est d'autant plus troublant que l'analphabétisme est décrit par plusieurs observateurs québécois comme un drame national, qui prend des proportions inquiétantes.

Un «diplôme bidon»

Jonathan Côté, 22 ans, détient un de ces certificats de formation préparatoire au travail. Or, son niveau scolaire correspond à celui d’un élève de cinquième année du primaire, lui a-t-on indiqué lorsqu’il a tenté un retour aux études à l’éducation des adultes.

«C’est un diplôme bidon», lance-t-il.

Incapable de se trouver un emploi, celui qui rêvait de faire une technique d’intervention en loisir au cégep a créé sa petite entreprise d’animation pour les enfants. Mais, chaque jour, il a besoin de l’aide de ses proches pour bien comprendre les courriels envoyés par ses clients.

«Quand je lis des textes sur l’ordinateur, j’ai de la misère à démêler tout ça, dit-il. Je ne comprends pas tout le temps ce que les gens vont m’écrire. J’ai de la difficulté à comprendre ce que les mots veulent dire.» Son passage au secondaire dans des classes spéciales jusqu’à l’âge de 18 ans n’a été qu’une «perte de temps», déplore Jonathan, qui est atteint d’un trouble du déficit de l’attention.

Sa mère, Manon Bibeau, a aussi l’impression de s’être «fait avoir» puisqu’elle a cru qu’avec ce diplôme, son fils pourrait se trouver un emploi. «On ne nous a pas donné l’heure juste», déplore cette employée d’un centre de la petite enfance, qui aide son fils chaque mois à joindre les deux bouts.

Des jeunes analphabètes

Or le cas de Jonathan est loin d’être unique. Au cours des dernières semaines,Le Journal a rencontré d’autres jeunes qui ont obtenu le même diplôme et qui peuvent être considérés comme analphabètes fonctionnels. Sans compter tous ceux qui ont décroché et qui arrivent difficilement à comprendre le sens des mots qu’ils déchiffrent, malgré une dizaine d’années passées sur les bancs d’école.

Dans les groupes populaires d’alphabétisation, ils sont nombreux à affirmer que les jeunes sont de plus en plus nombreux à cogner à leurs portes.

Même le diplôme d’études secondaires n’est pas un antidote à l’analphabétisme fonctionnel, souligne de son côté Caroline Meunier, du Regroupement des groupes populaires en alphabétisation du Québec. «Il y a des gens qui ont leur secondaire cinq et qui ont un faible niveau de littératie, dit-elle. On peut se questionner sur leur parcours scolaire.»

Au ministère de l'Éducation, on indique que le parcours de formation axé sur l'emploi a été créé dans le but de diversifier les parcours pour les élèves éprouvant des difficultés importantes.

«L'approche retenue de tenir compte de la réussite des stages pour obtenir le certificat est en lien avec les critères d'inscription d'un niveau primaire non atteint», a indiqué par courriel son porte-parole, Bryan St-Louis.


Analphabétisme: loin d’une amélioration en vue

Même si le taux de diplomation est en augmentation au Québec, les données sur l’analphabétisme démontrent au contraire que la situation est loin de s’améliorer.

En 2003, 47 % des Québécois étaient considérés comme analphabètes fonctionnels alors que ce chiffre est passé à 53 % en 2013. Au Canada, cette proportion est de 49 %.

Selon Caroline Meunier, du Regroupement des groupes populaires en alphabétisation au Québec, les statistiques sur l’analphabétisme au Québec (voir encadré) sont d’ailleurs plus révélatrices que le taux de diplomation, puisque ces chiffres indiquent clairement quel est le niveau de compétence d’une population par rapport à l’écrit, au-delà du diplôme obtenu.

Puisqu’il ne s’agit pas des mêmes enquêtes, on ne peut toutefois affirmer avec certitude que la situation empire, précise toutefois Mme Meunier. «Mais on peut quand même dire que ça ne s’améliore pas. C’est un problème stagnant, il y a quelque chose qu’on ne fait pas», lance-t-elle.

Des exigences plus élevées

De son côté, Paul Bélanger, professeur à l’UQAM et ex-président du Conseil international de l’éducation aux adultes, n’est pas prêt à affirmer que la situation s’est dégradée au cours des dernières années. C’est plutôt le niveau de lecture requis pour bien fonctionner en société qui a augmenté, au fil des ans. On n’a qu’à penser à la multiplication des courriels et des rapports à produire au boulot ou encore à la documentation transmise à l’hôpital ou chez le médecin, en vue d’une opération.

Le milieu du travail a beaucoup changé et des employés doivent maintenant travailler avec de l’équipement plus sophistiqué et les instructions écrites qui y sont reliées, ajoute-t-il. «Depuis une décennie, la lecture et l’écriture sont devenues une nécessité. Maintenant, même un soudeur doit savoir lire des documents de sécurité ou des plans s’il fait du sur mesure», affirme M. Bélanger.

UN QUÉBÉCOIS SUR DEUX EST ANALPHABÈTE FONCTIONNEL

Au Québec, 53 % des Québécois âgés de 16 à 65 ans éprouvent des difficultés à comprendre un texte écrit. Mais de quoi parle-t-on exactement?

Ces statistiques proviennent d’une grande enquête internationale qui définit cinq niveaux de littératie. Le niveau 3 est considéré comme le niveau de compétences minimum souhaité pour être capable de fonctionner de façon automne dans la société.

Voici la répartition de la population du Québec pour chaque niveau:

ANALPHABÈTES* | Niveau inférieur à 1

4 % peinent à lire

  • Difficulté à lire un menu de restaurant
  • Décodent des mots ou des phrases courtes et simples seulement

ANALPHABÈTES* | Niveau 1

15 % ont de grandes difficultés en lecture

  • Difficulté à lire la posologie d’un médicament
  • Difficulté à écrire une carte postale
  • Peuvent remplir un formulaire simple

*Parmi les gens qu’on considère comme analphabètes, 31 % sont des immigrants

ANALPHABÈTES FONCTIONNELS | Niveau 2

34 % ont des difficultés en lecture

  • Peuvent comprendre des articles de journaux rapportant un fait divers ou décrivant un match de hockey, mais auront de la difficulté à comprendre un éditorial ou une chronique d’opinion
  • Difficulté à comprendre des modes d'emploi ou les consignes pour remplir des formulaires plus complexes, comme une demande de passeport
  • Peuvent trouver sur internet le numéro de téléphone de l’organisateur d’un événement, mais auront de la difficulté à trouver et comprendre quels sont les effets secondaires d’un médicament

COMPÉTENCES MINIMUMS SOUHAITABLES | Niveau 3

36 %

  • Peut comprendre un éditorial ou une chronique d’opinion dans le journal
  • Peut trouver la référence d’un livre sur le site d’une bibliothèque municipale
  • Peut suivre une formation sur de nouvelles consignes de sécurité au travail

COMPÉTENCES SUPÉRIEURES | Niveau 4 ou 5

11 %

  • Peuvent résumer des informations tirées de textes longs ou complexes
  • Peuvent évaluer la fiabilité des sources d’information lors d’une recherche sur le web

Source : Rapport québécois du Programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes (PEICA), Institut de la statistique du Québec.

LE QUÉBEC TIRE DE L’ARRIÈRE À L’ÉCHELLE CANADIENNE

Le Québec ne fait pas très bonne figure lorsqu’on scrute les compétences en lecture de la population d’un bout à l’autre du Canada. La province se classe en queue de peloton, tout juste devant le Nouveau-Brunswick et Terre-Neuve.

Or, la population québécoise est aussi relativement plus âgée, moins scolarisée et compte plus de chômeurs que dans le reste du Canada, ce qui pourrait expliquer en partie cette mauvaise performance, selon une analyse réalisée par l’Institut de la statistique du Québec.

Québec

  • 53 % d’analphabètes fonctionnels

Canada

  • 49 % d’analphabètes fonctionnels

Classement selon le niveau de littératie moyen de la population:

  • Alberta et Île-du-Prince-Édouard
  • Ontario
  • Colombie-Britannique
  • Manitoba et Nouvelle-Écosse
  • Saskatchewan
  • Québec
  • Nouveau-Brunswick
  • Terre-Neuve-et-Labrador

Source : Compétences au Canada – Premiers résultats du Programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes (PEICA)


L’échec de l’école

Un élève de 16 ans qui n’est pas capable d’écrire son nom

Au cours de sa carrière, Sylvie Castonguay a vu défiler beaucoup de jeunes en grande difficulté en se demandant comment ils avaient pu passer entre les mailles du filet scolaire. Parmi eux, un élève de 16 ans qui ne savait même pas comment écrire son nom de famille.

Mme Castonguay, qui est maintenant directrice du réseau québécois des Centres de formation en entreprise et récupération (CFER), a longtemps travaillé dans l’un de ces centres qui viennent en aide aux élèves en difficulté. «Il y a des élèves qui nous arrivent du secondaire dont le niveau correspond à celui d’élèves du début du primaire. Ils partent de très très très très loin», dit-elle.

Elle se rappelle encore ce jeune qui refusait systématiquement de remplir un formulaire où il devait inscrire son nom de famille. «À chaque fois, il envoyait promener le prof. Jusqu’à tant qu’on réalise que ce n’est pas parce qu’il ne voulait pas le faire, mais plutôt parce qu’il ne pouvait pas le faire. Ça faisait 10 ans qu’il allait à l’école et personne ne s’en était rendu compte!»

C’est justement pour proposer aux jeunes un modèle différent que ce qu’ils ont connu à l’école que les CFER ont été créés. Ces centres offrent une version modifiée du programme de formation préparatoire au marché du travail, que certains qualifient de «diplômes bidons».

Pour obtenir cette certification, il suffit de faire 900 heures de stages en milieu de travail, peu importe le niveau scolaire de l’élève. Mme Castonguay croit que le ministère de l’Éducation «fait fausse route» en décernant des diplômes de niveau secondaire sans se soucier du niveau scolaire des élèves.

«Il faut au moins dire les vraies affaires, qu’on ne se fasse pas accroire que c’est une qualification», affirme-t-elle.

Une «perte de temps»

C’est après avoir obtenu ce diplôme que Sébastien Richard a été classé au niveau présecondaire lors de son retour aux études au centre d’éducation des adultes Louis-Jolliet, à Québec.

Son passage au secondaire «a vraiment été une perte de temps», raconte-t-il. «Les profs m’ont sous-estimé. Je sais que je suis capable de faire plus», affirme le jeune homme qui souffre de dysphasie, un trouble du langage.

À La Boîte à Lettres, un groupe d’alphabétisation qui travaille exclusivement avec des jeunes de 16 à 25 ans, on constate chaque jour «l’échec des classes spéciales». Plus de 90 % des jeunes qui franchissent les portes de leurs locaux, situés à Longueuil, sont passés par ces classes pour élèves en difficulté.

«On les met sur la voie d’évitement, parfois dès le primaire, déplore Samuel Messier, qui est formateur-accompagnateur. L’école, au lieu de leur donner une chance, leur donne une étiquette. Elle reflète les inégalités sociales au lieu de les aplanir.»

DES DIPLÔMES DOUTEUX?

Pour calculer le taux de diplomation provincial, le ministère de l’Éducation tient compte du diplôme d’études secondaires, mais aussi de onze autres diplômes ou qualifications, dont les suivants:

  • Certificat de formation préparatoire au travail
  • Certificat de formation à un métier semi-spécialisé
  • Certificat de formation en entreprise et récupération
  • Certificat de formation en insertion socioprofessionnelle des adultes

Le taux de diplomation au Québec est de 77 %, mais il chute à 71 % si on tient compte uniquement du diplôme d’études secondaires (DES). 

 Source

Commenter cet article

Archives