Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Le prix à payer pour se servir de Google

Publié par MaRichesse.Com sur 22 Octobre 2016, 15:14pm

Catégories : #GOOGLE, #TECHNOLOGIE

Le prix à payer pour se servir de Google

L’expérience date de deux ans, pile. En octobre 2014, Google lançait l’application «Inbox», qui promettait alors de faire de l’ordre, pour le compte de l’internaute, dans sa boîte de réception. Avec succès: il suffit de cliquer sur l’onglet «Voyages» pour remarquer que l’application parvient à détecter, seule, des trajets passés et à venir, en analysant des e-mails disparates répartis dans des dossiers différents. Le résultat était déjà impressionnant, avec un affichage, sur une seule page, des informations de vol et des hôtels.

 

Vingt-quatre mois plus tard, Google a glissé son intelligence artificielle dans tous ses services. Le moteur de recherche en profite pour attaquer de manière encore plus frontale les agences de voyages. La multinationale est capable de prédire l’évolution future du prix des billets d’avion. Elle suggère des excursions selon les goûts présumés du voyageur. Et même lorsqu’une connexion à Internet lui fait défaut, elle lui fournit cartes et itinéraires. Les innovations présentées ces derniers jours par Google ne doivent pas être sous-estimées: elles montrent, touche par touche, comment la société tente, souvent avec succès, de se montrer indispensable.

Ces avancées ont de quoi inquiéter. Les agences de voyages et les sites de réservations, d’abord. En l’espace de quelque mois, les Booking.com, eBookers ou Kayak passent du statut d’annonceurs chez Google au statut de concurrents écrasés par le moteur de recherche. Le choc est brutal et dur à encaisser.

Certains internautes peuvent aussi être inquiets. Car pour nourrir et développer son intelligence artificielle, Google a une faim démesurée en matière de données. Scan intégral des e-mails, enregistrement des positions GPS, utilisation des informations du navigateur web… Sans ces données, Google n’est rien. Et il ne sert à rien. A l’internaute d’accepter de céder ses données privées pour bénéficier en retour de ses services. Pour l’heure, la multinationale agit de manière correcte: elle informe ses clients de manière transparente sur sa collecte de données. Et elle ne s’est jamais faite voler de données, à la différence de Yahoo!, Linkedin ou Dropbox.

Il faut se préparer à ce que Google aille plus loin. Prenons simplement le petit haut-parleur-micro «Home», qui sera lancé début novembre aux Etats-Unis. Semblable à un diffuseur de parfum d’ambiance, il devra être en permanence allumé pour écouter ce qui se dit dans l’appartement afin de répondre au mieux aux commandes vocales des humains. Ce «Google personnel, pour tout le monde et partout», tel que l’a dévoilé récemment son directeur Sundar Pichai, exige un don de soi de la part de l’utilisateur. Il ne s’agit pas de déplorer cet appétit pour nos données. Mais juste de l’avoir en permanence à l’esprit.

 Source

Commenter cet article

Archives