Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


La pilule, facteur de risque de dépression ?

Publié par MaRichesse.Com sur 1 Octobre 2016, 07:42am

Catégories : #MEDICAMENT, #SANTE-BIEN-ETRE, #DÉPRESSION

La pilule, facteur de risque de dépression ?

La pilule est la méthode contraceptive la plus utilisée par les Françaises devant le stérilet. Malgré tout, elles s'en méfient et s'inquiètent d'un éventuel oubli. Alors qu'elle est déjà sujette à caution et critiquée pour ses effets secondaires (prise de poids, baisse de libido jambes lourdes , etc), il se pourrait qu'un autre effet indésirable vienne entacher la réputation de cette forme de contraception.

Une étude danoise parue dans le JAMA psychiatry met en garde contre le risque de dépression associé à la prise de la pilule.

Plus d'un million de jeunes femmes danoises, âgées de 15 à 34 ans, ont été suivies de 2000 à fin 2013 par les chercheurs de l'université de Copenhague. Plus de la moitié des participantes à l'étude (55 %) étaient sous contraception hormonale. Parmi ces femmes, 133000 se sont vues prescrire des antidépresseurs pendant la période tandis que 23000 ont été diagnostiquées dépressives.

Les utilisatrices de pilule dite combinée (ou oestroprogestatives, qui contiennent les deux hormones féminines à savoir l'œstrogène et la progestérone) ont présenté un risque de dépression 1,23 % supérieur aux non utilisatrices.

Les femmes sous pilule microprogestative (qui ne contiennent qu'une seule hormone) avaient un risque de dépression 1,34 % supérieur aux femmes qui ne prenaient pas de pilule.

Autre enseignement de l'étude, les jeunes adolescentes qui prennent la pilule seraient aussi plus vulnérables face au risque dépressif. 

 
 

Pas de lien de causalité direct entre dépression et pilule

Faut-il pour autant bouder la pilule ? En l'absence de preuve scientifique formelle, les chercheurs de cette étude parue dans la revue Jama Psychiatry déconseillent les femmes ainsi que les adolescentes de délaisser leur contraceptif. Ils appellent simplement à prendre en considération ce risque éventuel. Un risque qui n'est pas clairement démontré par les scientifiques et qui devra faire l'objet de travaux supplémentaires. 

 Source

Commenter cet article

Archives