Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


L’UNFP dénonce un dérapage populiste du président Hollande

Publié par MaRichesse.Com sur 13 Octobre 2016, 12:36pm

Catégories : #POLITIQUE, #FRANCE

L’UNFP dénonce un dérapage populiste du président Hollande

«Gars des cités sans références», «gosses mal éduqués», une «musculation du cerveau» conseillée… Dans un livre à paraître ce jeudi, «Un président ne devrait pas dire ça», François Hollande dit, entre autres, tout le mal qu’il pense du milieu du football et de ses acteurs. Un constat réalisé, semble-t-il, en 2012, deux ans après Knysna et le Mondial 2010. Mais il est aussi question de Karim Benzema, lequel ne serait «moralement pas un exemple». Les Bleus version 2016 et la génération Griezmann trouvent toutefois grâce aux yeux du chef de l’Etat : «Parfois, il y a quand même une capacité à se fondre dans le commun». Pas assez pour faire oublier le reste aux yeux de l’Union Nationale des Footballeurs Professionnels (UNFP), qui tacle sèchement le président de la République ce mercredi, dans une lettre ouverte écrite à la première personne, l'auteur se voulant être… un ballon. Un message au ton humoristique, certes, mais acerbe, dans lequel les coups ne sont pas retenus : «Je n’aimerais pas être à votre place, à gouverner un peuple de sans-dents et à aimer – oui, aimer, et pas seulement à des fins électoralistes, rassurez-moi – un sport pratiqué par des êtres mous du cerveau, si tant est qu’ils en aient un, si j’ai bien compris le fond de votre pensée.»

Et l’UNFP de poursuivre : «Il y aurait aujourd’hui beaucoup plus de footballeurs professionnels dans notre pays que de Français qui soutiennent votre action, si j’en crois les derniers sondages. Ballon, certes, mais pas si… Enfin, je me comprends !». Ambiance… «Les Français ne sont plus des veaux, et les footballeurs, avec lesquels vous aimez poser pour la postérité sur le perron de Clairefontaine ou sur celui de votre Palais, des imbéciles, ne vous en déplaise. Leurs ballons ne sont pas comme autant de baudruches, qui ornent les salles de vos meetings et qui, comme vos promesses, s’envolent au premier vent», peut-on encore lire. Avant le coup de grâce : «Avec l’art et la manière d’un Pierre Poujade, que je ne me rappelle pourtant pas d’avoir connu, vous sprintez jusqu’à l’aile gauche du terrain que vous fouliez autrefois et, dans le plus bel élan populiste que vous dénoncez pourtant chez vos adversaires, vous voilà débordant, mais lentement, de critiques contre les nantis, les privilégiés, rejoignant ainsi ceux qui pensent que les footballeurs, qui n’ont pas fait d’études, gagnent trop d’argent. Et de l’argent facile puisqu’il suffit de taper dans un ballon…» La réponse est claire. Aussi grinçante que les propos prêtés au président Hollande… 

Source

Commenter cet article

Archives