Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Infographie: les doyens du monde

Publié par MaRichesse.Com sur 11 Octobre 2016, 10:26am

Catégories : #INFOGRAPHIE, #LONGÉVITÉ, #VIE

Le record de longévité de Jeanne Calment, morte à 122 ans, pourrait bien ne jamais être battu.  Des chercheurs américains estiment en effet que la durée maximale de la vie humaine a été atteinte. Une longévité qui sacre pourtant chaque année des doyens et des doyennes. Avec une petite marge d'erreur que l'on retrouve dès qu'il s'agit de dénombrer les super-centenaires...
 

Infographie: les doyens du monde

Pour l'heure, la Bretagne s'enorgueillit d'avoir donné naissance à la nouvelle doyenne des Français. Honorine de son prénom, Rondello de son nom de femme mariée. Née un 28 juillet 1903 sous le nom de Cadoret, à Kérity, Paimpol. L'annonce en a été faite le 6 septembre, et dès le lendemain sur les réseaux, des doutes s'exprimaient.

 


Honorine est pourtant bien, à priori, notre doyenne. Mais son nom de femme mariée et le lieu de naissance -un bourg devenu quartier- ont semé le doute. Le parcours pour sacrer un doyen ou une doyenne est en effet semé d'embûches. Ne serait-ce qu'en raison de la méthode. Explications !

Des délais de mise à jour des données
Quand on pense population, on pense INSEE et recensement. Ce fichier existe. Il est actualisé chaque année. Mais comme vous l'aurez sûrement remarqué, un agent de l'Insee ne frappe pas à votre porte chaque matin. Le recensement est déclaratif, ne s'opère que sur une partie de la population et s'étale sur cinq ans. Il n'a pas pour but de ficher chaque individu mais de permettre une connaissance générale de la population d'un territoire. Et plus le nombre d'individu observé est faible, plus le risque d'erreur est grand. Dans le cas des super-centenaires (plus de 110 ans), la population est vraiment faible (490 selon le dernier recensement). Le risque d'erreur est donc vraiment grand. C'est pourquoi nous ne vous proposerons pas de carte de France de ces doyens en puissance.

Un autre outil plus précis a été mis en place en 1946. Il s'agit du Répertoire national d’identification des personnes physiques (RNIPP). Il répertorie chaque décès et naissances et envoie ces informations à l’Insee, toujours, qui tient à jour le fichier. Mais il y a des délais entre les faits (naissance, décès) et l'enregistrement des faits.

Des données personnelles non communicables
Comme son nom l'indique, l'Insee gère des statistiques et communique ces résultats. Mais ne publie en aucun cas des données de type privées, comme pourrait l'être le nom du Français le plus âgé. La tenue du RNIPP est ainsi strictement encadrée par des textes législatifs, notamment la la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés et le décret 82-103 du 22 janvier 1982.


L'impossible compilation des listes électorales
Des stats (et encore), des noms épars mais non communicables...et aucune liste publique pour recenser tous les individus vivant à un instant T sur un territoire. Si l'on peut, avec l'Inserm, affirmer qui est la personne qui est décédée à l’âge le plus avancé, rien ne permet de savoir qui est la plus âgée encore vivante. Restent alors les listes électorales. Encore faudrait-il consulter 36.000 listes des communes du pays... Mission impossible.

L'ultime recours : les "traqueurs"
Dans ce contexte, restent les passionnés. La communauté des chercheurs amateurs, généalogistes ou non, qui googlelisent leurs requêtes, traquent les avis de décès de la presse régionale et locale. Parmi eux, Laurent Toussaint, la référence. L'ingénieur en informatique est tombé dedans il y a quinze ans via la première guerre mondiale. Il a d'abord recensé les poilus avant de sa lancer sur la piste des centenaires. 20.669 en France en 2016 selon l'Institut national des études démographique.
 

Son témoignage dans La Croix : "J’y consacre en moyenne 20 minutes par jour. Depuis l’arrivée d’Internet, le travail de recherche est beaucoup moins fastidieux. J’ai créé environ 300 alertes sur Google, avec des libellés précis, comme « décédé(e) à l’âge de 105 ans », « doyenne originaire de Bretagne », « doyenne des Français ». Je liste les doyens de plus de 105 ans et les doyennes de plus de 107 ans. Pas ceux qui ont atteint les 100 ans, car ils sont trop nombreux. Ni les femmes de 105 ans, pour la même raison – il en décède une chaque jour, et tous les 3-4 jours s’agissant des femmes de 107 ans. Quant aux hommes, très peu atteignent l’âge de 105 ans. Tous ces filtres font que je ne rate rien de l’actualité. Je rentre les résultats dans un tableau Excel."


 

Mais même cette méthode a ses failles. On peut passer à côté d'un doyen si personne -ni sa famille, ni la presse- ne font état de son décès.

.... et un chantier titanesque à l'international

Au plan international, les méthodes d'identification des doyens ne sont pas forcément  aussi poussives. Les questions d'âge et de données personnelles soulèvent en effet moins de tabous dans certains pays, comme ceux du nord de l'Europe où, ici et là, des listes publiques existent.  Depuis 1992, enfin, le GRG (gerontology research group) traque les doyens au plan mondial. Mais là, comme en France, une marge d'erreur existe bel et bien.


Source

Commenter cet article

Archives