Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Ils vivaient avec 60 animaux dans une pièce de 10 m2

Publié par MaRichesse.Com sur 16 Octobre 2016, 12:11pm

Catégories : #ANIMAUX, #FAITSDIVERS, #FRANCE

Ils vivaient avec 60 animaux dans une pièce de 10 m2

Un frère et une sœur de 46 et 49 ans vivaient enfermés dans une petite pièce avec 60 animaux, à Plouézec, dans les Côtes-d’Armor.

Alertés par la curatrice de la maîtresse des lieux, les gendarmes ne s’attendaient pas à tomber sur une scène aussi rocambolesque. Une vingtaine de chiens, dix chats, des oiseaux, des rats, des gerbilles, des hamsters ou encore des lapins. Avec leurs maîtres, tous s’entassaient dans une pièce insalubre, d’une dizaine de m2, plongée dans l’obscurité et sans jamais sortir ou presque.

La maison croulait sous les immondices. «La nourriture des animaux était posée à même le sol dans la saleté, les hamsters avaient commencé à creuser des tunnels dans les excréments», décrit la curatrice au quotidien Le Télégramme.

Plus de quatre heures d'intervention

L’intervention des gendarmes, vendredi 13 octobre, aura duré plus de quatre heures. «L’odeur était incroyable. Les chiens, toujours enfermés, avaient des ongles très longs, faute d’exercice», raconte l’un d’eux, abasourdi, au quotidien Ouest France. Les animaux, eux, ont été pris en charge par l’association 30 Millions d’amis avant d’être transférés vers un refuge. Pas moins de trois fourgons ont été nécessaires pour assurer l’opération. 

 

 

L’homme occupant les lieux a été hospitalisé dans un établissement psychiatrique, sa sœur a quant à elle été confiée à un membre de la famille. La préfecture doit désormais coordonner des travaux de déblaiement avant que cette maison ne soit à nouveau habitable.

La situation durait depuis au moins deux ans. En 2014, une association de protection des animaux, Bêtes de Scène, était déjà intervenue une première fois sans que la situation ne s’améliore.

 Source

Commenter cet article

Archives