Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Donald Trump embarrassé par d'anciens propos sexistes

Publié par MaRichesse.Com sur 9 Octobre 2016, 05:21am

Catégories : #TRUMP, #POLITIQUE, #ETATS-UNIS

Donald Trump embarrassé par d'anciens propos sexistes

Dans un enregistrement vidéo daté d'une dizaine d'années publié par leWashington Post, le candidat républicain à la Maison Blanche a des paroles insultantes envers les femmes. Il a dû s'excuser en catastrophe pendant la nuit. Son colistier, Mike Pense, s'est dit «outré» par cette vidéo.

À la veille du deuxième débat contre Hillary Clinton, la campagne de Donald Trumppour la Maison Blanche est secouée comme jamais. Le candidat républicain a dû s'excuser pour des propos de 2005, enregistré dans une vidéo aujourd'hui diffusée par le Washington Post, où il se vante d'imposer son désir aux femmes.

Celui qui n'était alors qu'homme d'affaire et vedette de télévision a été enregistré à son insu, dans les coulisses d'une émission. L'enregistrement présente son dialogue avec un présentateur. Le futur candidat évoque de manière très crue sa manière d'aborder les femmes. Il affirme que son statut de «star» lui permet tout. «Elles nous laissent faire. On fait tout ce qu'on veut», se vante-t-il. Un pouvoir inclut, selon Donald Trump, celui de les «attraper» par le sexe - le candidat républicain utilisant une formulation bien plus vulgaire.

 
 

La publication de l'enregistrement a fait l'effet d'une bombe dans la campagne électorale, stupéfiant les alliés républicains du candidat. À tel point que celui-ci a été contraint de publier des excuses par communiqué puis dans un message vidéo diffusé au milieu de la nuit. Une chose rare de la part d'un personnage habitué à tous les excès de langage.

 
 
 

«Je n'ai jamais dit que j'étais une personne parfaite, ni prétendu être une autre personne que moi-même. J'ai dit et fait des choses que je regrette, et les paroles diffusées aujourd'hui dans cette vidéo vieille de plus de dix ans en font partie. Ceux qui me connaissent savent que ces paroles ne reflètent pas qui je suis. Je l'ai dit, j'avais tort et je m'excuse».

«J'ai dit des choses bêtes mais il existe une grande différence entre les mots et les actes d'autres gens. Bill Clinton a réellement maltraité des femmes, et Hillary a harcelé, attaqué, humilié et intimidé ses victimes. Nous en parlerons dans les prochains jours», essaye de contre-attaquer le candidat. Il a par ailleurs précisé au Wall Steet Journal que «jamais au grand jamais je n'abandonnerai», en démentant toute crise dans sa course vers la Maison Blanche. «Je recueille un soutien formidable tellement (sa rivale démocrate) Hillary Clinton est une candidate remplie de défauts effroyables». S'il a salué le fait que Donald Trump se soit excusé, Mike Pence, colistier du candidat républicain, a déclaré qu'il «était outré» par la vidéo montrant les remarques sexistes de Donald Trump. «En tant qu'époux et père, j'ai été outré par les propos et les actions décrites par Donald Trump dans cette vidéo datant de 11 ans», a indiqué le candidat à la vice-présidence. «Je ne cautionne pas ses déclarations et je ne peux pas les défendre».

De son côté, Mélania Trump, la femme du candidat républicain, a demandé samedi aux Américains d'excuser son mari pour ses propos «inacceptables et outranciers» qui, selon elle, ne représentent pas qui il est réellement. «Les mots que mon mari a utilisés sont à mes yeux inacceptables et outranciers. Ils ne représentent pas l'homme que je connais», a déclaré dans un communiqué Mélania Trump. «J'espère que les gens accepteront ses excuses, comme je l'ai fait», a-t-elle ajouté.

La panique se répandait dans les rangs républicains, par crainte que la déroute annoncée de Trump à la présidentielle n'entraîne tout le parti derrière lui, le Congrès devant être renouvelé le même jour que la présidentielle. Les uns après les autres, des ténors ont donc fait part de leur écœurement et de leur colère, notamment le l'homme fort du Congrès, Paul Ryan, qui a retiré l'invitation de Donald Trump à un rassemblement samedi sur ses terres. Plusieurs élus, dont ceux de l'Utah, État très conservateur, ont annoncé qu'ils ne voteraient plus pour Donald Trump, sans toutefois aller jusqu'à soutenir la démocrate. 

 Source

Commenter cet article

Archives