Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Deux députés Anglais se frappent à mort

Publié par MaRichesse.Com sur 7 Octobre 2016, 17:19pm

Catégories : #POLITIQUE, #ANGLETERRE, #INSOLITE, #EUROPE

Deux députés Anglais se frappent à mort

L’image saisissante de Steven Woolfe à terre pourrait-elle symboliser l’état du dialogue politique au Royaume-Uni? 

 
 Il se passe toujours quelque chose de nouveau à Ukip. Le parti britannique europhobe jugé grand vainqueur du référendum sur le Brexit avait déjà perdu sa nouvelle présidente cette semaine, Diane James jugeant qu’elle n’avait pas le soutien suffisant pour continuer. «Le parti aurait pu penser que le pire de la semaine était passé, avec une présidente sur le départ seulement 18 jours après être arrivée écrit sobrement le correspondant au Royaume-Uni du «New York Times». Mais jeudi son possible successeur, Steven Woolfe, qui fêtait ce jour ses 49 ans, a dû être hospitalisé après une altercation avec un collègue» – «Altercation»: le mot est de Nick Farrage, redevenu vite fait président par intérim de Ukip. Et il est dans toute la presse britannique aujourd’hui.

 

«Cela s’est passé au parlement européen où le ton est si feutré d’habitude» reprend le «New York Times» (oui, Ukip dispose encore bien de tous ses députés au parlement européen qu’il veut quitter).

Que s’est-il passé? «Steven Woolfe avait renvoyé son dossier trop tard pour candidater au poste de président du parti, le poste étant de nouveau vacant il a annoncé qu’il voulait recandidater. Mais il a aussi expliqué (à la BBC) plus tôt cette semaine qu’il avait envisagé de changer de camp et de passer chez les Tories, ce qui a énervé ses collègues, dont Mike Hookem, un ancien militaire qui appelle «un chat un chat» dans sa biographie. Les deux hommes sont sortis de la salle pour régler leur différend» – à l’ancienne semble-t-il.

Comme dans un (mauvais) film, «Steven Woolfe avait enlevé sa veste et il a dit: allez, maintenant, on sort» poursuit le «Guardian». Que s’est-il ensuite passé? Dans un entretien au «Daily Mirror», le blessé confirme avoir été frappé. «Je lui ai dit qu’on allait régler le problème dehors, et Mike a interprété ça complètement de travers […] C’est la porte qui a pris le plus gros du coup. Mais j’ai bien senti que quelque chose n’allait pas. Et ma tête tournait quand je suis rentré dans la salle pour voter.»

Steven Woolfe s’est effondré deux heures plus tard, après le vote (oui aussi, les députés de Ukip votent encore); se sentant mal il a appelé des secours, qui l’ont trouvé inconscient. Il a eu deux crises d’épilepsie et ressenti une paralysie du côté gauche, selon le parti. Mike Hookem dément l’avoir frappé, lit-on toujours dans le «Mirror», il jure qu’il ne l’a pas touché. Mais lors de «l’altercation», sa tête aurait frappé une barre de métal. Steven Woolfe a dû être hospitalisé en soins intensifs. Le soir même il faisait savoir qu’il allait mieux, écrit le populaire «Express». «Je peux m’asseoir et on me dit que j’ai l’air en forme. Le scanner montre qu’il n’y a pas de caillot au cerveau. Pour l’instant la seule conséquence est une petite paralysie sur le côté gauche du visage».

 

I must thank the parliamentary staff, the UKIP MEPs with me and hospital staff for their care and love.

 
 

Hospitalisé dans un état sérieux, mais à Strasbourg: les plaisanteries n’ont pas manqué sur l’insensible Twitter sur le thème: Heureusement qu’il avait sa carte européenne d’assurance maladie.

 

I do hope that UKIP's Steven Woolfe had his European Health Insurance Card and that Mike Hookem is served a European arrest warrant.

 
 

Don't worry @UKIP, Steven Wolfe will be entitled to free health care.... being in the EU.... oh wait!!

 
 

Il n’empêche, la presse du pays qui a inventé la boxe est unanime à voir dans cet épisode peu glorieux, qui va faire l’objet d’une enquête nous apprend laBBC, un événement signifiant de l’état du débat politique actuel en Grande-Bretagne. «La saignée à l’intérieur du parti qui a suivi son triomphe s’est transformée en une bagarre à coups de poings, écrit le «Financial Times». Les dysfonctionnements et maintenant la violence qui consument Ukip cristallisent l’impression grandissante chez les Britanniques que les garde-fous habituels de la politique ont sauté tandis que que le pays se dirige vers un avenir incertain». Et le journal de rappeler à son tour que si Steven Woolfe a envisagé de passer chez les conservateurs c’est parce qu’il «est «enthousiasmé» par les récentes annonces de Theresa May, qui a repris à son compte les engagements de Ukip envers le Brexit et le système scolaire».

Que faire quand on a gagné?

C’est un «coup dramatique» à la réputation de Ukip ironise «The Times». Notre drame est d’avoir gagné, commente l’ancienne cheffe des médias de Ukip dans une très intéressante et longue tribune publiée par le «Guardian». «Le parti était constitué de gens normaux, qui ont mis leur carrière entre parenthèses et engagé toutes leurs forces pour obtenir le Brexit. Le parti n’avait qu’un seul but et il l’a atteint. Même notre autre cheval de bataille, sur l’enseignement et la sélection, a été repris par les conservateurs. Ukip est très divisé mais doit se trouver de nouveaux objectifs». D’où ce titre provocateur: «Seul un Brexit raté pourrait sauver Ukip». Décidément, il se passe vraiment toujours quelque chose de nouveau à Ukip… 

 Source

Commenter cet article

Archives