Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Des scientifiques veulent transformer les enfants en détecteurs de conneries

Publié par MaRichesse.Com sur 7 Octobre 2016, 07:01am

Catégories : #VIDEO, #SCIENCE, #ENFANT

Et si on attendait pas de devenir adultes pour apprendre à ne pas tomber dans les pièges tendus par les gourous de la santé, et des études scientifiques approximatives?

«Bullshit detectors». La formule est excessivement bien trouvée et décrit une formidable initiative rapportée avec enthousiasme sur Vox.com par Julia Belluz. La journaliste s'est spécialisée dans la démystification des gourous de la santé et autre charlatans. Elle s'est ainsi penchée sur le cas de Dr Oz, expert autoproclamé qui distille des secrets minceurs surréalistes dans ses nombreux livres et shows télé. Elle s'est également interessée à la blogueuse Vani Hari, surnommée «Food Babe», qui, elle, promet à ses lecteurs de perdre du poids, de paraitre plus jeune et d'être en meilleure santé en 21 jours s'ils suivent ses conseils detox.

C'est donc tout naturellement que Julia Belluz s'est penchée avec délectation sur une expérience qui vise à enseigner aux plus jeunes à décrypter eux-mêmes les informations de santé, et débusquer charlatans, faux medicaments miracle, assertions sanitaires foireuses et conflits d'intérêts. L'expérience est pour l'instant menée auprès de 15 000 enfants en Ouganda par Collaboration Cochrane, un réseau mondial qui s'est fixé pour mission d'«améliorer la prise de décisions en matière de santé».

Et elle s'appuie sur «la bible des detecteurs de bullshit», le livre Testing Treatments (publié en 2011 et téléchargeable gratuitement ici). Dans ce guide, les auteurs (dont certains participent à l'expérience ougandaise), ont développé des concepts permettant aux personnes  de faire le tri dans les informations de santé. Ces concepts ont donc été appliqués aux élèves d'école primaires avec des guides pour les enseignants et du materiel pédagogique adapté aux plus jeunes.

C'est qu'en Ouganda, les mythes médicaux ont des conséquences lourdes: des rumeurs ont incité des patients à suspendre leur traitement antirétroviral pour les remplacer par des herbes, et des campagnes de vaccination ont été boycottées car soupçonnées de provoquer l'infertilité. Il était donc urgent d'enseigner de façon précoce et ludique à se prémunir de la désinformation sanitaire et d'aiguiser l'esprit critique des enfants.


Sont donc proposés à ces enfants âgés de 10 à 12 ans des livres, et des bandes dessinées mettant en scène des personnages ayant à séparer le bon grain de l'ivraie à propos d'un traitement médical. Pour évaluer en les capacités des enfants à évaluer la pertinence de soins médicaux, des QCM ont également été distribués à deux groupes d'enfants disctincts: ceux qu'on aura sensibilisé à la désinformation médicale, et ceux qui n'en ont pas profité.

Si de l'aveu de Julia Belluz, on ignore encore si l'experience ougandaise sera suivie d'effets concrets sur le comportement de ces futurs adultes, «elle permettra en tout cas d'en savoir plus sur la façon dont les intox peuvent être déconstruites» avant de s'ancrer dans les esprits. Et cela mériterait d'être étendu à bien d'autres pays pas moins perméables à la désinformations scientifiques et aux conflits d'intérêts entre les industries et les autorités sanitaires.

En septembre 2016, la presse américaine avait révélé comment, dans les années 60,l'industrie du sucre avait financé une étude médicale qui la disculpait de son rôle dans les maladies cardio-vasculaires. Plus ubuesque encore, la chaine de fast-food McDonald's s'est immiscée dans les écoles publiques américaines en y envoyant son embassadeur prêcher la bonne parole: un homme qui prétend qu'ingérer du McDo' matin, midi et soir lui a sauvé la vie. Sans compter que la chaine distribue des millions aux associations de parents d'élèves et d'enseignants. Rappelons enfin, que les chercheurs du Vaccine Confidence Project ont révélé l'ampleur de la défiance des parents à l'endroit de la vaccination obligatoire. Il parait donc bien essentiel de constituer une armée de «détecteurs de conneries» pour qu'à terme, la société soit moins poreuse aux pseudo études scientifiques, remèdes miracles et autres médecins dénués d'éthique (voire de diplômes). 

 Source

Commenter cet article

Archives