Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Des centaines de policiers devant l'Assemblée nationale

Publié par MaRichesse.Com sur 26 Octobre 2016, 10:46am

Catégories : #FAITSDIVERS, #FRANCE, #POLICE

Des centaines de policiers devant l'Assemblée nationale

Le grogne perdure. Après les palais de justice, plusieurs centaines de policiers se sont rassemblés devant l'Assemblée nationale à Paris. Ils réclament notamment des moyens supplémentaires et une révision des règles de la légitime défense, quelques heures avant une rencontre entre les syndicats et François Hollande. La manifestation se revendiquait comme apolitique et asyndicale. "Ni droite, ni gauche, policiers", ont scandé à plusieurs reprises les manifestants.

Réunis dans le calme sur le pont de la Concorde, derrière un cordon de gendarmes, les policiers en civil ont entonné la Marseillaise à plusieurs reprises. Quelques fumigènes ont été enflammés, devant des banderoles réclamant "des effectifs et des moyens en plus". Un policier chargé d'encadrer le rassemblement a estimé la participation à "600 à 700" personnes.

Plusieurs responsables politiques sont venus à la rencontre des manifestants exprimer leur "soutien", notamment les députés Laure de La Raudière (Les Républicains), porte-parole de Bruno Le Maire, Alain Chrétien (Les Républicains), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), ou encore Jean Lassalle (Résistons !). Côté FN, les députés Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard, le sénateur David Rachline, ou encore Nicolas Bay et Wallerand de Saint-Just ont également voulu délivrer un "message de soutien" face à "la détresse" des policiers.

Des sacs de consolation achetés par les policiers

Des soutiens jugés encombrants par certains policiers. Wallid, gardien de la paix en Seine-Saint-Denis, a ainsi invité ses collègues à s'éloigner des élus : "On n'a rien à voir avec eux, on ne veut pas les voir, la police est républicaine, pas politisée, qu'ils aillent faire leur pub ailleurs."Après plus d'une semaine de mobilisation, les policiers ont assuré qu'ils continueront leur manifestation. "On reviendra tant qu'on ne sera pas entendus", affirme ainsi Christelle, agent de la sûreté dans le Val-de-Marne. Les manifestants, à l'image d'Erwan, gardien de la paix à Paris, dénoncent une "police à deux vitesses, entre une police spécialisée à qui on donne les moyens et les agents de terrain primo-intervenants qui ne sont pas équipés".

Un exemple ? "On achète des sacs de congélation sur nos deniers personnels pour pouvoir faire des scellés", lâche Alexandre, brigadier-chef dans le Val-de-Marne. Les policiers se sont dits attentifs aux annonces qui pourraient être faites dans la soirée, alors que François Hollande reçoit depuis 18 heures les représentants des syndicats.

AFP

Commenter cet article

Archives