Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Clinton-Trump : les 10 intox du deuxième débat

Publié par MaRichesse.Com sur 10 Octobre 2016, 11:47am

Catégories : #POLITIQUE, #ETATS-UNIS, #TRUMP

 Clinton-Trump : les 10 intox du deuxième débat
 

Dimanche 9 octobre 2016, à Saint-Louis (Missouri), les deux candidats à la Maison Blanche débattaient « face aux électeurs ». Si le premier débat s’était déjà déroulé sous tension, ce deuxième face-à-face est allé plus loin, Donald Trump et Hillary Clinton ne se serrant même pas la main au début : « Le débat le plus laid de l’histoire américaine »déplore même le site spécialisé Politico. Les candidats ont évoqué la croissance, la santé, l’immigration, les impôts ou la politique étrangère, et n’ont pas toujours respecté les faits.

Lire aussi :   Présidentielle américaine : Donald Trump passe à l’attaque pour faire oublier ses déboires

Trump et la croissance

Ce qu’il a dit « Nous avons la plus faible croissance [du PIB] depuis 1929. »

FAUX

La croissance économique aux Etats-Unis n’est certes pas forte, mais elle est loin de zéro (elle est nulle en 1929, et plonge à − 8,5 % en 1930). Au cours de l’année 2014, l’économie américaine avait une croissance relativement faible 1,4 %, et en 2015, ce chiffre est passé à 2,4 %.


Clinton et les rapatriements de profits

Ce qu’elle a dit : « Je ne vois pas de changements sur les taxes sur les sociétés ou [vos propositions] qui pourraient provoquer un rapatriement des profits réalisés à l’étranger. »

FAUX

Les propositions de Donald Trump contiennent bien une mesure pour taxer les profitsréalisés à l’étranger avec sa « Business tax » qui « imposera en une fois à hauteur de 10 % les profits réalisés à l’étranger et rapatriés ».


Trump et les réfugiés

Ce qu’il a dit : « Nous avons des centaines de milliers de personnes qui arrivent aux Etats-Unis depuis des pays comme la Syrie, et nous n’avons aucune idée de qui ils sont. »

FAUX

En 2016, sous l’administration Obama, 13 000 Syriens sont entrés aux Etats-Unis. En 2017, le pays peut accueillir 110 000 réfugiés en provenance du monde entier, sans doute avec une forte part de Syriens. Selon le fonctionnement de l’attribution du droit d’asile aux Etats-Unis, les réfugiés doivent traverser le système le plus rigoureux de toute l’immigration américaine : le processus en entier peut prendre deux ans, il inclut des vérifications dans toutes les bases de données antiterroristes des agences de sécurité.


Trump et les tarifs de l’aide médicale

Ce qu’il a dit : l’Obamacare va connaître des hausses « astronomiques » de ses tarifs.

PAS « ASTRONOMIQUES » MAIS OUI

Parmi les usagers de l’assurance santé Obamacare, une partie vont connaître des hausses de tarifs, des hausses plus importantes que lors des deux précédentes années, comme le rappelle le New York Times. Loin des 60 % ou 70 % annoncés par Trump, pour les usagers concernés, cette hausse moyenne tournerait plutôt autour de 25 %.

Par ailleurs, la plupart des Américains bénéficient d’une assurance maladie par l’intermédiaire de leur employeur, ou via Medicare (pour les plus de 65 ans ayant assez cotisé) et Medicaid (pour les foyers à très faibles revenus).


Clinton et les excuses de Trump

Ce qu’elle a dit : « [Donald Trump] ne s’excuse jamais de rien auprès de personne. »

IL S’EST EXCUSÉ AU MOINS UNE FOIS

Samedi 8 octobre, le candidat républicain s’est excusé par un communiqué à propos d’une vidéo dans laquelle il tient des propos obscènes sur les femmes : « Je l’ai dit, j’avais tort, et je présente mes excuses. » Hillary Clinton se référait plus volontiers néanmoins aux déclarations de Donald Trump à propos de Khizr et Ghazala Khan – Américains d’origine pakistanaise –, dont le fils, le capitaine Humayun Khan, est mort en Irak en 2004. Ils ont pris parti publiquement pour la candidate démocrate, et se sont attiré les foudres du candidat républicain.


Trump et la guerre en Irak

Ce qu’il a (encore) dit : « D’abord, le capitaine Khan est un héros américain, et si j’avais été président à l’époque, il serait encore vivant car – contrairement à elle qui a voté pour la guerre sans savoir ce qu’elle faisait – je n’aurais pas envoyé nos troupes en Irak. L’Irak a été un désastre. »

FAUX

Donald Trump semble vouloir faire croire qu’il était contre la guerre en Irak, mais comme lors du premier débat – et grâce à l’enregistrement audio révélé par BuzzFeed –, la preuve existe qu’il y était favorable.


Clinton et l’ingérence russe dans l’élection présidentielle américaine

Ce qu’elle a dit : « Dans l’histoire de notre pays, nous n’avons jamais été dans une situation où une puissance étrangère [la Russie] faisait tant pour influencer le résultat d’une élection, et ils ne le font pas pour que je sois élue. Ils le font pour que Donald Trump soit élu. »

PAS SI SÛR

Alors que l’administration Obama accusait en fin de semaine Moscou de se cacher derrière des attaques en ligne dans le but « de s’immiscer dans le processus électoral américain » (« intended to interfere with the U.S. election process »), rien ne laissait pourtant penser – toujours selon la Maison Blanche – que c’était dans le but de faire élire Donald Trump.


Trump et le vocabulaire de Clinton sur l’islamisme radical

Ce qu’il a dit : « Ce sont des terroristes islamiques radicaux et [Hillary Clinton] ne prononce pas même le mot. »

FAUX

Dans une interview à NBC, en juin 2016, Hillary Clinton a bien prononcé ces mots à propos de l’attaque d’Orlando : « Djihadisme radical, islam radical, pour moi ils ont la même signification. »


Le prochain et dernier rendez-vous avant le vote du mardi 8 novembre se déroulera le 19 octobre à l’université du Nevada à Las Vegas, avec pour hôte Chris Wallace, de la chaîne Fox News.


Source

Commenter cet article

Archives