Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Ces «négationnistes» qui ruinent la science économique

Publié par MaRichesse.Com sur 26 Octobre 2016, 22:03pm

Catégories : #ECONOMIE, #FRANCE, #LIVRES-A-LIRE

Dans un pamphlet au vitriol, Pierre Cahuc et André Zylberberg s'en prennent à tous ceux qui contestent les enseignements de l'économie expérimentale.

Ces «négationnistes» qui ruinent la science économique

Le propos promet une belle controverse parmi les économistes français. Dans leur dernier livre, Pierre Cahuc et André Zylberberg, deux spécialistes du marché du travail, s'en prennent au « négationnisme économique »*. Comprendre des contre-vérités économiques pourtant reprises par nombre d'observateurs et médias et même des économistes happés par leur idéologie personnelle.

Les deux compères, qui n'en sont pas à leur premier ouvrage à destination du grand public (Les Réformes ratées du président Sarkozy), visent avant tout le groupe des Économistes atterrés, coupable, à leurs yeux, de contester quelques sujets de consensus solidement établis par la science économique.

Les Économistes atterrés, c'est Lyssenko sans le communisme !

Les figures de proue du mouvement, Philippe Askhénazy, Thomas Coutrot ou encore Henri Sterdyniak, sont renvoyées au rang de faux savants, au même titre que le Soviétique Lyssenko qui avait nié la génétique occidentale sous Staline, au nom du communisme. Rien de moins.

« Ils dénoncent une science économique orthodoxe, au service du (néo, ultra ou ordo) libéralisme, idéologie dominante contemporaine. Cette science ne sert qu'à servir les intérêts de la classe dominante, composée, selon la circonstance, des banquiers, des grands patrons, des traders, des 1 % les plus riches. (…) Ce discours est un parfait exemple de négationnisme scientifique. (…) Pourtant, s'ils avaient consulté ne serait-ce qu'une partie de la multitude de travaux publiés dans les revues les plus réputées, ils auraient constaté que le sort des plus démunis est une des préoccupations majeures de la science économique. »

L'économie, une « science expérimentale »

Car, pour Pierre Cahuc et André Zylberberg, l'économie est bel et bien devenue une science, comme la biologie ou la physique. « Ce n'est pas l'objet analysé qui importe, c'est la méthode employée pour valider les résultats qui distingue le savoir scientifique des autres formes de connaissance », expliquent-ils. La plupart des économistes ont en effet adopté la démarche des sciences expérimentales pour mettre en évidence des relations de cause à effet. Grâce à la constitution de groupes « tests » et de groupes de « contrôles », les économistes dénoncés comme « orthodoxes » auraient établi quelques faits qu'il serait vain de vouloir contester.

C'est par exemple grâce à cette méthode qu'ils ont pu répondre à la question de savoir s'il fallait changer de quartier des jeunes défavorisés pour améliorer leur réussite scolaire. Une expérience menée aux États-Unis le prouve : au-delà de 13 ans, payer à des élèves leur déménagement dans des quartiers riches ne produit pas d'effets probants. Leurs résultats scolaires et leurs destins professionnels sont même moins bons que ceux qui n'ont pas bénéficié de la mesure ! Un suivi personnalisé de ces élèves donne de bien meilleurs résultats. De quoi démontrer, selon Cahuc et Zylberberg, que la science économique « orthodoxe » se soucie réellement des conséquences sociales de ses préconisations.

Les baisses de charges, oui, mais uniquement sur les bas salaires 

Que nous apprend la science économique armée de ses multiples expériences menées par des centaines de chercheurs dans de nombreux pays ? Que, contrairement aux plaidoyers des industriels en faveur des baisses de charges sur les salaires même élevés, celles-ci ne sont pas efficaces pour créer des emplois. Seules celles sur les bas salaires ont un effet avéré sur le chômage. Le rapport Gallois, commandé au début du quinquennat et qui a notamment abouti aux baisses de cotisations patronales jusqu'à 3,5 fois le smic du pacte de responsabilité de François Hollande, est renvoyé à du pur lobbying. 

Les patrons qui réclament à cor et à cri une politique industrielle de soutien à leur secteur en prennent aussi pour leur grade. Nul besoin de subventionner, par exemple, les fameux pôles de compétitivité : les études menées sur le sujet montrent que les entreprises se regroupent très bien spontanément toutes seules pour bénéficier d'effets d'agglomération, affirment les auteurs. Quant à « l'intervention publique pour favoriser l'accès au crédit » - on pense immédiatement à la Banque publique d'investissement de François Hollande -, elle « a eu tendance à faire survivre quelques canards boiteux sans améliorer la condition des entreprises prometteuses », enseigne par exemple une expérience réalisée en Allemagne. De quoi sérieusement écorner la stratégie présidentielle d'Arnaud Montebourg fondée sur le réarmement industriel grâce au crédit orienté par l'État…

Les 35 heures n'ont pas créé d'emplois

À coups de descriptions d'expériences économiques scientifiques, Pierre Cahuc et André Zylberberg dénoncent ainsi nombre d'idées reçues, complaisamment relayées par les journalistes guidés par leur souci d'équilibrer leurs articles entre tous les points de vue. Des nuisances supposées de la finance aux bénéfices du partage du travail, nombre d'affirmations portées par les Économistes atterrés sont passées à la moulinette.

Non, réduire le temps de travail ne crée pas d'emplois et cette vérité ne souffre aucune contestation, affirment Pierre Cahuc et André Zylberberg en se fondant sur une expérience allemande et sur l'exception de l'Alsace-Moselle lors de l'adoption des lois Aubry (lire notre interview à ce sujet). Non, la fin du travail n'est pas non plus pour demain, malgré l'invasion des robots et des algorithmes. Non, la finance n'est pas toujours et partout l'ennemi, comme l'avait déclaré un certain candidat à l'élection de 2012, même si elle doit être correctement régulée.

Le discours du FN sur l'immigration est également démonté. Non, celle-ci ne crée pas du chômage, comme l'affirment le parti d'extrême droite et une partie de la droite. La science économique à ce sujet est claire : l'immigration a des effets économiques bénéfiques, en termes d'emplois et de salaires, du moins lorsque ces derniers peuvent s'adapter à un afflux important et inattendu de main-d'œuvre, martèlent Pierre Cahuc et André Zylberberg.

Des conclusions parfois complexes

Le consensus économique sur l'opportunité d'une relance par l'augmentation des dépenses publiques ou d'une taxe sur les transactions financières, réclamée par les Économistes atterrés, est moins tranché. Oui, un tel prélèvement est possible, mais il ne doit pas être un prétexte pour lever des fonds pour de nobles causes comme la lutte contre le sida en Afrique. Dans certaines conditions, il peut réduire la volatilité des marchés financiers, mais pas toujours.

Quant aux dépenses publiques, elles peuvent bel et bien servir à relancer la croissance, mais pas à n'importe quelles conditions : il faut que la politique monétaire facilite l'accès au crédit, que ces dépenses soient cantonnées à des domaines très précis (infrastructure, transferts vers les plus défavorisés), mais il faut aussi que l'appareil productif puisse s'adapter à l'augmentation des commandes. En d'autres termes, elles ne dispensent pas des fameuses réformes structurelles (marché du travail, etc.) honnies par les Économistes atterrés.

Un schisme français

Le débat renvoie à la guerre qui a secoué l'université française, quand les économistes dits « hétérodoxes », minoritaires, avaient voulu créer une section universitaire séparée du courant dominant. Il avait fallu l'opposition résolue du seul Prix Nobel français d'économie encore vivant, Jean Tirole, pour s'opposer à un tel schisme. « Il est impensable, pour moi, que la France reconnaisse deux communautés au sein d'une même discipline. Il est indispensable que la qualité de la recherche soit évaluée sur la base de publications, forçant chaque chercheur à se confronter au jugement par les pairs. C'est le fondement même des progrès scientifiques dans toutes les disciplines. Chercher à se soustraire à ce jugement promeut le relativisme des connaissances, antichambre de l'obscurantisme. »

Au contraire, les économistes hétérodoxes dénoncent la dictature des publications dans les revues, qui feraient la part trop belle aux mathématiques, en présupposant que l'homme est toujours un être rationnel.

Polémique à venir

Confrontés à la critique de la faillite des économistes à prévoir la crise financière de 2008, les auteurs ne se démontent pas : « Le fond du problème est de nature différente : la science économique n'est simplement pas capable de prévoir le futur d'un monde très complexe, où une multitude de facteurs interagissent, en particulier lorsqu'il s'agit d'événements rares ne survenant qu'une ou deux fois par siècle. De la même manière, la médecine n'est pas capable de prévoir la prochaine grande pandémie et même s'il y en aura une. »

Pour Cahuc et Zylberberg, l'économie contemporaine « ne se contente plus de confronter des points de vue à l'aide de quelques chiffres plus ou moins pertinents (version soft) ou de faire des simulations à l'aide de modèles mathématiques plus ou moins sophistiqués (version hard) ». Elle est devenue une science expérimentale qui valide ses hypothèses par le réel. Une affirmation qui risque de déclencher une véritable levée de boucliers chez les « négationnistes économiques ».

Le négationnisme et comment s'en débarrasser, Pierre Cahuc et André Zylberberg, Flammarion, sortie le 7 septembre, 18 euros.  

 Source

Commenter cet article

Archives