Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Ce qui se passe dans notre cerveau quand on regarde par la fenêtre du train

Publié par MaRichesse.Com sur 26 Octobre 2016, 08:29am

Catégories : #CERVEAU, #SCIENCE, #INSOLITE

Ce qui se passe dans notre cerveau quand on regarde par la fenêtre du train

Vous aussi vous êtes souvent perdu dans vos pensées lorsque vous voyagez dans les transports en commun et que le paysage défile sous vos yeux? C'est normal.

Dans les transports en commun, les sièges placés à proximité des fenêtres sont particulièrement prisés. Observer le paysage durant le trajet est une activité particulièrement propice pour occuper notre esprit, faire émerger certaines pensées. "Notre attention est focalisée sur le paysage. Cependant, impossible de le fixer, il défile. C'est pourquoi on va plutôt se concentrer sur soi", expose Laure Buhry, maître de conférences en neurosciences, des propos relayés par le Huffington Post.

Mireille Rossel, neurobiologiste, avance une autre hypothèse et conçoit qu'il s'agit d'une méditation consciente. Axer son attention  sur la vitre, permet à l'esprit "de se détacher et de sortir d'un contexte stressant". 

Elle suggère que se re-centrer sur soi peut provoquer la diminution de la sécrétion de cortisol et favoriser celle d'une protéine baptisée le facteur BDNF "Si les neurones ont à leur disposition plus de BDNF, les circuits neuronaux seront plus efficaces et pourraient conduire à une 'créativité' plus développée".

Le cerveau ne veut pas se reposer
Lorsque l'on est contraint de s'adonner à une tâche fastidieuse ou ennuyeuse, il n'est pas rare que notre attention soit détournée vers des pensées "parasites". On peut assimiler ce phénomène aux rêveries des transports en commun. 

"Nous avons longtemps cru que le cerveau avait besoin de se reposer,  mais les dernières études sur le sujet contredisent cette hypothèse", avance Chloé Farrer, chercheure en neurosciences cognitives.

 Source

Commenter cet article

Archives