Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Braquage de Kim Kardashian : les voleurs n’étaient pas là pour les bijoux

Publié par MaRichesse.Com sur 29 Octobre 2016, 05:37am

Catégories : #PEOPLE, #FAITSDIVERS

Braquage de Kim Kardashian : les voleurs n’étaient pas là pour les bijoux

Le concierge de l’hôtel particulier où séjournait Kim Kardashian le soir de son braquage poursuit ses révélations. Selon lui, les voleurs n’en voulaient pas aux bijoux de la star.

Lors d’une interview à Entertainement Tonight, l’homme qui se fait appeler Abdulrahman, revient sur le déroulé de la nuit du 2 octobre. «Au début, il n’étaient pas venus pour les bijoux. Ils étaient là pour l’argent», assure le seul témoin du braquage de Kim Kardashian.

Barrière de la langue

Il explique également que la barrière de la langue a compliqué la tâche des braqueurs. La star pensait ainsi qu’ils voulaient ses téléphones portables. «L’un d’eux a dit en français : ‘je n’ai pas besoin de téléphones’. Mais il ne comprenait pas l’anglais et elle ne comprenait pas le français. Le mec demandait de l’argent, de l’argent, de l’argent». Kim Kardashian lui a ensuite parlé de sa bague de fiançailles, leur indiquant où elle se trouvait, mais «pour lui, ce n’était qu’une bague».

Les voleurs ont pris les bijoux par dépit

Abdulrahman a fini par avouer aux voleurs que l’Américaine n’avait pas d’argent liquide avec elle. C'est donc presque par dépit que les braqueurs se sont tournés vers la boîte à bijoux. Une affaire qui se révélera juteuse, le montant du vol étant estimé à près de 10 millions d’euros.

Selon son témoignage, les voleurs ne semblaient pas aussi préparés qu’on pourrait le croire. L’un d’eux a en effet «mis les bijoux dans son sac à dos et il est parti le sac ouvert. C’est pour ça qu’il a perdu des bijoux dans l’hôtel.

Le concierge n’en est pas à ses premières révélations. Il y a quelques jours, il avait mis en cause la sécurité de l’hôtel, soulignant que le code d’entrée de l’immeuble était connu de tous depuis de nombreuses années et que la direction de l’établissement refusait délibérément d’installer un système de vidéosurveillance. 

 Source

Commenter cet article

Archives