Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


1 Belge sur 10 a une consommation d'alcool problématique

Publié par MaRichesse.Com sur 8 Octobre 2016, 12:27pm

Catégories : #BELGIQUE, #ALCOOL

1 Belge sur 10 a une consommation d'alcool problématique

Deux doses d’alcool par jour pour une femme, trois pour un homme et combinés à un ou deux jours d’abstinence par semaine… c’est le maximum. Au-delà de ces seuils fixés par l’Organisation Mondiale de la Santé, la consommation d’alcool devient un problème. Et quand on parle de "dose d’alcool" soit 10 gr d’alcool pur, cela correspond à une bière de 25 cl, un verre de vin de 12 cl ou un shot d’alcool de 3 cl. "Les gens sont souvent surpris des normes de l’OMS. C’est vrai, confie Emilia Bogdanowicz, psychologue pour aide-alcool.be. Ils sont souvent surpris parce qu’ils se rendent compte qu’ils les dépassent depuis très longtemps sans en avoir conscience."

En Belgique, on estime qu’une personne sur dix a une consommation d’alcool dite "problématique". Et depuis plusieurs années, la consommation quotidienne d’alcool est en augmentation. Les enquêtes de Santé Publique montrent, qu’en 1997, 8% des 15 ans et plus consommaient de l’alcool tous les jours, en 2013 ce chiffre est passé à 14 %.

 

Une drogue légale et accessible

Une consommation d’alcool problématique pour 1 Belge sur 10
Une consommation d’alcool problématique pour 1 Belge sur 10 - © Tous droits réservés

L’alcool, on peut le trouver presque partout et quasiment tout le temps et pourtant, le produit se classe parmi les drogues. "Il y a deux caractéristiques qui font d’un produit une drogue ou non. D’une part, le fait que le produit peut engendrer une dépendance et d’autre part qu’il modifie la perception de notre environnement." précise Martin de Duve, directeur de l’asbl Univers-Santé. Et il ajoute : "L’alcool clairement peut engendrer une dépendance et peut modifier la perception de notre environnement. C’est d’ailleurs souvent pour cette deuxième raison qu’on le consomme." Une drogue qui peut avoir des conséquences sur la santé comme le précise Antoine Boucher, porte-parole de l’asbl Infor-drogues : "Différentes études ont montré qu’en terme de toxicité sur les organes du corps, l’alcool est beaucoup plus toxique que la plupart des drogues illégales et attaque plus d’organes : le cerveau, le foie, l’estomac et le système nerveux central en général."

Et pourtant, c’est tout notre environnement social et culturel qui baigne dans l’alcool et en Belgique, il n'existe pas de plan alcool.

 

L’alcool au pays de la pub

En famille, entre amis, l’alcool est omniprésent même au cinéma ou dans les publicités. "On voit que la publicité tourne systématiquement autour des valeurs qui nous sont chères. Est-ce normal de faire un lien systématique entre sport et alcool ? Entre sensualité et alcool ?" s’interroge Martin de Duve d’Univers Santé. Le secteur de la publicité en Belgique s’est lui-même fixé les règles à suivre. "C’est un code qui émet des règles strictes, explique Jean-Louis Van de Perre, le président de "Brasseurs belges asbl". Par exemple, les publicités pour l’alcool ne peuvent pas cibler les mineurs ou suggérer que la consommation d’alcool améliore des performances sportives." Et normalement, toujours selon ce code, la publicité ne peut pas associer consommation d’alcool et réussite sociale ou sexuelle. Selon le code belge, la publicité ne peut pas non plus suggérer que l’alcool soit nécessaire à créer une ambiance festive. Pour Martin de Duve "tout ce qui pousse à la surconsommation devrait être interdit et la publicité clairement contribue à la surconsommation du produit."

Dans l’économie belge, l’alcool c’est donc au total plus de 6 milliards d’euros et 85 000 emplois directs et indirects.

Source

Commenter cet article

Archives