Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Un million de pauvres de plus depuis 2012 affirme Le Pen. Pourquoi ce chiffre est faux

Publié par MaRichesse.Com sur 12 Septembre 2016, 03:08am

Catégories : #POLITIQUE, #FRANCE

Un million de pauvres de plus depuis 2012 affirme Le Pen. Pourquoi ce chiffre est faux
Invitée dimanche sur la page Facebook de LCI en after de l'émission "Vie politique", Marine Le Pen a affirmé qu'il y avait 1 million de pauvres de plus en France depuis le début du quinquennat Hollande. Vraiment ?

TF1 group

 

1 million de pauvres de plus depuis 2012 ? Ce chiffre, c'est celui avancé dimanche par Marine Le Pen, lors d'un Facebook Live réalisé avec Gilles Bouleau juste après l'émission Vie politique, sur LCI : "Je crois qu'il y a eu un million de pauvres supplémentaires sous le dernier quinquennat, est-ce que vous vous rendez compte ce que cela représente ?" a lancé la présidente du FN. 

 

 

C'est certain, ce chiffre interpelle… sauf qu'il est faux. 

 

Pour le comprendre, il faut d'abord savoir comment est calculé le taux de pauvreté. Selon l'Insee, il  correspond à la part de personnes dans la population totale dont le niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté. 

 

Ce seuil de pauvreté est calculé par rapport à la distribution des niveaux de vie de l'ensemble de la population. Il correspond à un pourcentage du revenu médian (un revenu tel que la moitié des salariés de la population gagne moins et l'autre moitié gagne plus ). En France, on parle ainsi de taux de pauvreté à 50% ou 60% du revenu médian.

 

Il est  également bon de savoir que les chiffres diffusés à la fin d'une année par l'Insee correspondent à ceux de l'année précédente. Aussi fin 2015, l'Insee dévoilait les chiffres de la pauvreté de 2014. Et il faudra attendre fin 2016 pour connaître ceux de 2015.

 


Vous avez posé vos questions à Marine Le Pen sur Facebook, voici ses réponses

64.000 pauvres de moins depuis 2012

 

Une fois qu'on sait tout cela, on se dit que Marine Le Pen ferait bien de réviser ses dossiers avant 2017. Le nombre de pauvres a certes augmenté par rapport à 2013 mais pas rapport à 2012 et le chiffre d'un million est quelque peu exagéré.

 

Selon l'Insee, le taux de pauvreté à 60 % du revenu médian était de 14 %. Cela signifie que la France comptait 8,82 millions de personnes qui touchaient moins de 1005 euros par mois en 2012. En 2013, ils étaient 8,54 millions et en 2014, 8,76 millions. 

 

Pas besoin d'être un génie des mathématiques pour comprendre que le million n'est pas atteint. Aussi, depuis 2012, et selon les calculs de l'Insee, 64.000 Français sont sortis de la pauvreté. 

 

Une baisse encore plus forte avec l'autre calcul

 

Le constat est identique si l'on se base sur le taux de pauvreté à 50 % du revenu médian. Dans ce cas-ci, la pauvreté concerne 5,24 millions de personnes en 2012 et 5,03 millions de personnes en 2014, soit une diminution de 210.000 cas.

 

Le calcul fourni par l'Insee peut être toutefois être contesté. L'observatoire des inégalités, cette association qui rassemble des données et des éléments d'analyse sur les inégalités en France et dans le monde,  assure qu'il ne mesure pas un niveau de pauvreté absolu,mais les inégalités entre le bas de l’échelle des revenus et le revenu médian. 

 

 

"1 million", oui mais...

 

Reste que l'on s'interroge. D'où sort donc ce 1 million de pauvres?  Peut être d'un article publié par l'observatoire des inégalités, justement. 

 

Le 6 septembre, l'association a publié un article sur les personnes pauvres en France.Elle indiquait alors que leur nombre avait augmenté d'un million…. en dix ans, entre 2004 et 2014. Laurent Berger y était presque en avançant "un million de plus en 2014 par rapport à 2008" sur LCI, le 7 septembre.

 

 "Un million de Français pauvres en plus, c'est plus important qu'un vêtement de plage" @CfdtBerger 
>> http://www.lci.fr/direct/ 

 
 

 

Quoi qu'il en soit, 2004-2014, ce n'est pas vraiment les dates du quinquennat de François Hollande. Reste à Marine Le Pen de recycler son argument pour Nicolas Sarkozy. 

 Source

Commenter cet article

Archives