Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Un carnet fait rebondir l'affaire des fonds libyens de la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy

Publié par MaRichesse.Com sur 28 Septembre 2016, 10:16am

Catégories : #POLITIQUE, #JUSTICE, #FRANCE

Un carnet fait rebondir l'affaire des fonds libyens de la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy

La provenance des fonds de la campagne de Nicolas Sarkozy à la présidence française en 2007 fait débat depuis plusieurs années. Le site français Mediapart avait déjà publié en 2012 un document officiel libyen évoquant le financement de la campagne pour 50 millions d'euros. 

L'affaire ressurgit aujourd'hui, toujours sur le site de Mediapart, grâce à un petit carnet manuscrit. Dans ce dernier, l'ancien chef du gouvernement et ministre du Pétrole libyen, Choukri Ghanem, mort noyé dans le Danube en 2012, a inscrit trois versements avec une date: avril 2007. Le premier versement de 1,5 million d'euros aurait été fait par Bachir Saleh, directeur de cabinet de Kadhafi. Le second, de 2 millions, par le chef des services secrets intérieurs libyens. Et enfin 3 millions auraient été transférés par le fils du président, Saïf al-Islam Kadhafi.

 

Un carnet consignait en 2007 les millions libyens de Nicolas Sarkozy http://mdpt.fr/2dcEMvX 

  •  
 
 

Selon Mediapart, le fait que ce document soit daté permet d'infirmer l'argumentation de Nicolas Sarkozy affirmant qu'il s'agissait d'une tentative a posteriori du régime libyen de déstabiliser la France. D'autre part, c'est la première évocation écrite de versements ayant réellement eu lieu et non d'accords de financement. Ces écrits corroborent les témoignages d'autres politiciens libyens qui affirmaient que l'argent aurait transité par le Liban, l'Allemagne et la Suisse. Le volet suisse de la transaction n'a cependant jamais été dévoilé davantage.

Ce carnet a été retrouvé, aux Pays-Bas, dans l'appartement  du gendre de Choukri Ghanem au cours d'une enquête pour corruption. Il a ensuite été transmis à la justice française qui l'étudie actuellement, selon Mediapart.

Les questions de Mediapart à Nicolas Sarkozy sont restées sans réponse. 

 Source

Commenter cet article

Archives