Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Taux bas : il devient plus vite rentable d’acheter

Publié par MaRichesse.Com sur 13 Septembre 2016, 03:40am

Catégories : #ECONOMIE

Taux bas : il devient plus vite rentable d’acheter

 

Avec les taux d’intérêt historiquement bas, acheter son logement devient rapidement plus intéressant que de le louer.

Investir dans un cocon douillet ou rester libre de changer de location au gré des péripéties de la vie. La question mérite que l’on s’y attarde. D’autant que l’option la plus simple n’est pas forcément la plus rentable. Pour la troisième année consécutive, le siteMeilleurtaux.com a analysé le marché pour savoir s’il était plus pertinent de louer ou d’acheter sa résidence principale dans les 37 plus grandes villes de France. Dévoilée en exclusivité dans nos pages, cette étude* montre que le nombre d’années pour rentabiliser l’achat d’un bien se réduit considérablement. Et que dans certaines grandes villes, investir devient plus intéressant que de louer au bout d’un ou deux ans à peine.

 

 

 -

 

 

EN PROVINCE, UN AN OU DEUX SUFFISENT POUR ÊTRE RENTABLE

 

La preuve : l’étude de Meilleurtaux de l’an dernier montrait qu’en moyenne en France, il fallait compter quatre ans pour rentabiliser l’achat de son logement par rapport à une location. En 2016, la durée moyenne se réduit : pour un bien de 70 m², acheter devient avantageux au bout de 2,5 ans seulement. Passé ce délai, un locataire commence à perdre de l’argent en versant son loyer tous les mois au propriétaire. Dans certaines villes, l’écart est encore plus minime comme au Havre, à Limoges ou Mulhouse où une année suffit pour s’y retrouver à l’achat. « Cela est lié essentiellement aux taux d’emprunt qui sont extrêmement bas, décrypte Maëlle Bernier, porte-parole de Meilleurtaux.com. Mais les primo-accédants bénéficient aussi du prêt à taux zéro, réintroduit en janvier. Cela pousse certains à se lancer. »

 

 

 

 

À PARIS AUSSI, L’ÉCART SE RÉDUIT

 

Jusqu’ici, acheter à Paris ou dans les villes huppées de banlieue restait largement moins avantageux que la location. En 2015, il fallait encore attendre 14,5 ans pour rendre attractive l’acquisition d’un 70 m² dans la capitale. Désormais, l’écart se réduit comme peau de chagrin et passe, pour Paris, à… 6,5 ans ! Attention toutefois car l’étude de Meilleurtaux se base sur une acquisition d’un 70m². Investir dans un studio ou un petit deux-pièces pour faire de la location devient rentable en beaucoup plus de temps.

 

LE LIVRET A NE RAPPORTE RIEN L’IMMOBILIER SI !

 

« Les taux de rémunération de l’épargne comme le livret A (0,75 %) ou le PEL (1 %) ne rapportent plus rien ! concède Maëlle Bernier. Du coup, les Français cherchent des moyens de placer leur argent et se tournent logiquement vers l’immobilier. L’acquisition devient alors plus attractive que la location. »

 

CELA VA-T-IL DURER ENCORE LONGTEMPS ?

 

Difficile à prévoir même si Maëlle Bernier assure qu’il « n’y a aucune raison aujourd’hui pour que les taux repartent à la hausse ». Les experts estiment d’ailleurs que le nombre de transactions en 2016 dépassera les 800 000 dans l’ancien. Du jamais- vu depuis 2008 ! Et peut-être même encore plus puisque les objectifs des banques en matière de prêts immobiliers ne sont pas atteints en septembre. « Jusqu’au 31 octobre, ça va être la grande braderie de rentrée, sourit la porte-parole de Meilleurtaux. Les banques vont chercher à capter de nouveaux clients avec des taux très bas. »

 

* Etude réalisée pour un bien de 70m² dans les 37 plus grandes villes de France grâce à un simulateur développé par Meilleurtaux.com tenant compte d’un grand nombre de critères comme 10 % d’apport, une durée d’emprunt sur vingt ans à 1,5 % hors assurance, une assurance de 0,25 % du capital emprunté…

 

« Investir nous a coûté à peine plus cher qu’une location »

 

Ils n’ont pas hésité très longtemps. Un peu à l’étroit depuis des années dans un joli 30 m² parisien, Jonathan et Aurélie ont patienté jusqu’au CDI pour chercher un appartement plus vaste dans le XXe arrondissement.

 

« A l’époque, on ne savait pas trop s’il fallait louer plus grand ou acheter, se souvient Jonathan, 31 ans. On était ouverts à tout… » Dans les agences immobilières, les offres de trois-pièces pleuvent. Mais pour dénicher la perle rare, le jeune couple s’aperçoit vite qu’il faut tout de même débourser entre 1 300 et 1 400 € par mois.

 

« Comme la demande est très élevée, les prix des appartements en location restent assez hauts, constate le trentenaire. Et puis décrocher un appartement en location est un parcours du combattant épuisant. » Et pas forcément compétitif par rapport à l’achat. La preuve : après quelques rendez-vous avec les banques, Jonathan et Aurélie constatent qu’acheter est tout à fait dans leurs cordes. Et surtout intéressant financièrement.

 

Avec un très bon apport — un peu plus de 100 000 € mis de côté grâce à leur petit loyer et des économies personnelles — et des taux de prêt immobilier bas (1,65 % sur dix-neuf ans), leur mensualité de remboursement de prêt pour un appartement de 45 m² à Paris avoisine 1 600 €. « En réalité, dans notre cas, acheter coûte à peine plus cher qu’une location, conclut le jeune cadre. Du coup, on n’a pas hésité et on a acheté en avril dernier. Jusqu’ici, tous les ans, on jetait 10 000 € par les fenêtres. Maintenant, on prépare l’avenir. C’est tout bénef. » 

 Source

Commenter cet article

Archives