Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Survivre au surendettement en 10 étapes

Publié par MaRichesse.Com sur 8 Septembre 2016, 19:59pm

Catégories : #ARGENT, #ASTUCES, #ECONOMIE

Survivre au surendettement en 10 étapes

Vous êtes enterrés sous vos dettes? Voici 10 étapes pour vous en sortir.

On vit de plus à crédit. En juillet, le taux d’endettement des ménages canadiens a atteint un record, à 165,4 % (comparativement à 66 % en 1980). Ça signifie que pour chaque dollar gagné après impôt, les ménages doivent 1,65 $. Mais il y a bonne et mauvaise dette, cette dernière étant le crédit à la consommation, qui représente 29 % des dettes des ménages. Pire: 8 % des ménages canadiens doivent plus de 350 % de leur revenu brut! Si c’est votre cas, voici une recette:

1 Respirez. Paniquer ne sert à rien. Prenez la seule résolution logique: «Je vais m’en sortir».

2 Partagez. S’il n’est pas pleinement au courant de votre situation, mettez votre conjoint dans le coup... pour éviter une séparation et avoir du réconfort.

3 Diagnostiquez. Étalez TOUTES vos factures et vos dettes sur votre table de cuisine, avec montants et échéances.

4 Planifiez. Établissez un budget mensuel (avec Excel si possible) avec tous vos revenus (salaire, allocations familiales, TPS, crédits d’impôt) et toutes vos dépenses. Regroupez-les en trois catégories: fixes (loyer, hypothèque, câble, électricité, pension alimentaire, impôt...); variables (épicerie, pharmacie, essence, etc.); annuelles (SAAQ, rentrée scolaire, vacances). N’oubliez rien: un café quotidien à 4 $ chez Starbucks ou Tim coûte 80 $ par mois ou 960 $ par année. Si votre taux marginal d’impôt est de 30 %, ça représente 1248 $.

5 Priorisez. Classez vos dettes. Les pires: les cartes de crédit à taux d’intérêt élevé. Si vous avez plusieurs cartes, ramenez-en une rapidement à zéro et annulez-la. Éliminez toutes vos cartes sauf une.

6 Analysez. Scrutez chaque dépense en lui allouant une cote: essentiel, utile, superflu. Téléphone fixe ou portable? 140 canaux sur le câble? Revoir les couvertures d’assurance? Vélo, transports en commun ou automobile? Resto ou lunch maison? Vin à chaque repas? Vêtements neufs? Cinéma les jours de rabais seulement? Livres neufs ou bibliothèque? Déneigeur ou pelletage familial?

7 Réaménagez. Refaites votre budget. Augmentez vos revenus: deuxième emploi à temps partiel, location d’une chambre de votre maison ou appartement, vente d’actifs et de cossins (placements hors REER, 2e automobile, meubles, bibelots, livres, disques, DVD, tout ce qui n’a pas servi depuis un an). Diminuez vos dépenses: coupez le superflu, réduisez impitoyablement le reste...

8 Consolidez. Par miracle, si votre dossier de crédit est encore bon et votre revenu assez élevé, négociez une consolidation de dettes avec votre institution financière.

9 Négociez. Appelez tous vos créanciers et négociez des ententes. Votre appel sera considéré comme de la bonne volonté. Consultez votre député si Hydro-Québec se fait tirer l’oreille. Contactez Revenu Canada et Revenu Québec pour éviter les saisies de salaire.

10 Évaluez. Cherchez de l’aide pour évaluer vos ultimes options: proposition de consommateur ou faillite? Contactez l’ACEF la plus près de chez vous (www.consommateur.qc.ca – 1 888-412-1313) ou un syndic de faillite (http://conseilsyndic.com – 1 888 420-4288).

Suivez la formation de l’ACEF de l’Est de Montréal, le 15 septembre prochain, de 18 h 30 à 21 h (inscription: 514 257-6622), ou contactez l’ACEF de Québec: 418 522-1568.

 

SIGNES DE SURENDETTEMENT

  • Vos cartes de crédit sont devenues une source de revenus.
  • Vous ne payez que le montant minimum de vos cartes de crédit.
  • Vous utilisez une avance d’une carte de crédit pour en payer. une autre
  • Vous réglez toujours vos factures en retard.
  • Vous avez atteint vos limites de crédit.
  • Vous empruntez de l’argent à vos proches.
  • Vos créanciers ou des agences de recouvrement vous harcèlent.
  • Vous faites régulièrement des chèques sans provision.

Commenter cet article

Archives