Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Sur Airbnb : « Il est à noter que je suis lesbienne »

Publié par MaRichesse.Com sur 12 Septembre 2016, 03:58am

Catégories : #FAITSDIVERS, #INTERNET

Sur Airbnb : « Il est à noter que je suis lesbienne »

Airbnb l’a annoncé ce jeudi : la plateforme communautaire de location d’appartements veut lutter contre les discriminations.

Dans un rapport long d’une trentaine de pages [PDF], le site précise que chaque utilisateur devra désormais s’engager à travailler avec tous les voyageurs, «  quels que soient la race, la religion, l’origine nationale, le handicap, le sexe, l’identité de genre, l’âge et l’orientation sexuelle  ».

Ce faire refuser un logement sur @Airbnb parce qu'on est un couple gay ... C'est fait.  ? 

 
 

Réticences, sentiments de gêne, situations inconfortables, voire réactions homophobes sont autant de problèmes auxquels la communauté homosexuelle continue à être confrontée sur Airbnb.

« Pas de personnes LGBT »

Buddy Fisher, un habitant de Houston aux Etats-Unis, en a fait les frais, en juillet dernier. À l’occasion de la gay pride d’Austin, il souhaite se rendre dans la ville et cherche alors un point de chute pour dormir, sur Airbnb. Après plusieurs tentatives, il finit par rentrer en contact avec un hôte. Ce dernier lui demande la raison de sa venue. Sans se douter ce qui allait lui arriver, Buddy Fisher la lui donne. Il a raconté au site Khou :

«  On me facture le montant approprié. Puis, une heure plus tard, je reçois une notification de la part d’Airbnb, m’informant que la réservation était annulée. »

Le voyageur ne comprend pas. Il décide d’envoyer un message à son hôte et lui demande la raison de cette annulation. Ce dernier lui répond : 

« Pas de personnes LGBT, s’il-vous-plaît. Je ne soutiens pas les personnes qui sont contre l’humanité. Désolé. »

Le couple doit quitter les lieux

Dans la ville de Galveston, toujours aux Etats-Unis, un couple d’hommes vit une aventure similaire, mais cette fois, sur place. À leur arrivée, Jonathan et Brent font la rencontre d’Heather, la propriétaire de la maison au sein de laquelle ils louent une chambre. Au moment de la visite, cette dernière demande à Jonathan si son épouse vient elle aussi. Il lui répond qu’il est accompagné de Brent, son mari.

Jonathan a expliqué à la chaîne américaine ABC :

«  Je lui demande si tout va bien et si elle est OK avec ça. Elle me répond que non. Au moment où nous montions les marches de l’escalier, elle commente le fait que sa chambre, à elle et son époux, se trouve aussi à l’étage. Ce qui la met davantage mal à l’aise. »

Le couple doit finalement quitter les lieux.

Dans ces deux cas, les voyageurs ont contacté Airbnb, qui a banni de sa plateforme les hôtes en question.

Misterbnb, pour gay-friendly

Matthieu Jost en a lui aussi fait les frais. Il explique avoir souvent ressenti « une gêne de le part des propriétaires d’appartements » dans lesquels il a séjourné avec son compagnon.

C’est au lendemain d’un voyage écourté à Barcelone, après avoir reçu un mauvais accueil avec son ami, que l’idée de créer Misterbnb, une plateforme d’hébergement pour la communauté gay, lui est venue. Un domaine qu’il connaissaît, puisqu’il travaillait déjà pour un site d’hébergement en ligne. 

Non, vous n'êtes pas sur Airbnb, mais bien sur Misterbnb.
Non, vous n’êtes pas sur Airbnb, mais bien sur Misterbnb.

Ouvert depuis 2013, le site Misterbnb ressemble à s’y méprendre à Airbnb. Bien qu’elle soit principalement dédiée aux personnes homosexuelles, la plateforme ne se veut pas exclusive. La seule condition est d’être gay-friendly, de respecter l’homosexualité. Marc Dedonder, co-fondateur du site, raconte :

«  Certaines femmes hétérosexuelles sont également inscrites sur le site. Elles ont moins le risque de se faire embêter par un hôte trop présent. »

Good to see AirBnB addressing discrimination on their platform. Personally, I choose to use a platform built for my community (MisterBnB).

 
 

Les responsables de la plateforme revendiquent plus de 70 000 hôtes et une présence dans 130 pays.

« Historiquement, c’est en France que nous comptions le plus d’hôtes. Aujourd’hui, c’est aux Etats-Unis. »

Confort psychologique

Le but ? Développer la plus grande communauté de voyageurs gays dans le monde. Le site ne leur propose pas seulement de passer une nuit ou deux chez l’habitant, mais suggère également des visites, des bars et des lieux fréquentés par la communauté gay.

Illustration
Illustration - Kate Ter Haar/Flickr/CC

La plateforme alimente, sur son site, une liste d’événements à ajouter à son agenda, mais également la possibilité de trouver une location avec son compteScruff, une application de rencontre pour gays. Le succès de Misterbnb repose sur tout cet ensemble d’activités, un système de confiance et d’échanges. Et un certain confort psychologique.

Carolane, une Montréalaise d’une vingtaine d’années, a choisi de rester sur Airbnb mais elle affiche la couleur d’entrée de jeu sur son profil :

«  Il est à noter que je suis lesbienne et que, par conséquent, le séjour pourrait être désagréable si l’hôte a des tendances homophobes. »

Commenter cet article

Archives