Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Soupçon d'emploi fictif dans l'entourage de Bartolone: l'enquête classée sans suite

Publié par MaRichesse.Com sur 29 Septembre 2016, 05:20am

Catégories : #POLITIQUE, #JUSTICE, #FRANCE

Soupçon d'emploi fictif dans l'entourage de Bartolone: l'enquête classée sans suite

L'affaire avait agité la campagne des régionales en Île-de-France. Le parquet national financier (PNF) a classé sans suite une enquête sur des soupçons d'emploi fictif d'un élu du conseil général de Seine-Saint-Denis lorsqu'il était présidé par le socialiste Claude Bartolone, aujourd'hui président de l'Assemblée nationale. Une source judiciaire a confirmé à l'AFPl'information de L'Obs.

 

En juin 2015, la Chambre régionale des comptes (CRC) publiait un rapport mettant en cause la gestion du département 93 depuis 2010, du temps où il était présidé par Claude Bartolone (2008-2012). Dans la foulée, le président du groupe LR de la Seine-Saint-Denis, Jean-Michel Bluteau, avait saisi le parquet de Bobigny qui, fin septembre 2015, avait ouvert une enquête préliminaire contre X. En cause ? Les conditions de l'embauche par le conseil général en 2012 de Didier Ségal-Saurel, élu du canton Pantin-Est entre 2001 et 2008, afin de déterminer s'il avait pu ou non bénéficier d'un emploi fictif en tant que chargé de projet à la direction de la culture, du patrimoine, du sport et des loisirs. Selon Jean-Michel Bluteau, Didier Ségal-Saurel avait été recruté sans le niveau de diplômes requis. Il avait en outre été chargé de réaliser un mémoire historique sur le passé industriel du département, mais n'avait rien publié. 

Le parquet national financier s'était ensuite saisi de l'affaire. Et Claude Bartolone avait lui-même été entendu dans ce dossier, en tant que signataire de la lettre de mission de Ségal-Saurel.

 

Au terme d'un an d'investigation, l'enquête a été classée fin août pour « infractions insuffisamment caractérisées ». « Il apparaît que la personne n'était pas à la hauteur de son poste, qu'il y a eu manifestement une erreur dans ce recrutement, a expliqué une source judiciaire à L'Obs. Il s'agit plus d'un emploi concernant une personne incompétente que d'un emploi fictif ».

  leparisien.fr

Commenter cet article

Archives