Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Rendez-vous manqué pour les Bleus en Biélorussie

Publié par MaRichesse.Com sur 7 Septembre 2016, 03:52am

Catégories : #SPORTS, #FRANCE, #FOOTBALL

Rendez-vous manqué pour les Bleus en Biélorussie

Une campagne de qualifications qui s’annonce périlleuse
Les Bleus étaient prévenus. En vain. La route pour le Mondial 2018 en Russie s’annonce semée d’embuches. Preuve en est avec le match nul plus que poussif des hommes de Didier Deschamps face à une valeureuse mais limitée nation biélorusse mardi soir à Borisov (0-0). Volontaires à défaut d’être séduisants, mais surtout en manqué d’efficacité, les tout nouveaux vice-champion d’Europe en titre ont été mis au parfum. Pour s’extraire d’une poule largement à leur portée, il faudra faire preuve de sérieux, d’abnégation et de réalisme. Dernier élément qui a grandement manqué aux partenaires de Paul Pogba sur la pelouse de la Borisov Arena. S’ils veulent entrevoir la Russie dans un peu moins de deux ans, les Bleus devront remiser leur costume d’artistes, pour ceux réservés aux besogneux. Et dire adieu au parfum enivrant de l’Euro ainsi qu’à ses chaudes soirées. Autre temps, et désormais autre époque.

Des Bleus aux deux visages 
Lors du premier acte, les partenaires de Raphaël Varane, à nouveau capitaine en raison de l’absence d’Hugo Lloris, avaient laissé entrevoir tous les ingrédients d’une équipe encore en rodage. Début de saison oblige. Imprécisions, déchet technique et pertes de balle inhabituelles pour des garçons de la trempe de Griezmann, Giroud ou Martial. Signe d’une mise en route quelque peu délicate, les Français, par l’intermédiaire de Paul Pogba, ne décochaient leur première frappe cadrée … qu’à la 18e minute de jeu. Une éternité. Gênés par des Biélorusses bien en place mais à court d’idées, les Bleus se faisaient même quelques frayeurs suite à un centre tendu de Timofei Kalachev, qui mettait la panique dans l’arrière-garde tricolore (22e). Un premier avertissement qui avait le mérite de réveiller le contingent français. Dans la foulée, la bande à Deschamps changeait timidement de braquet, s’offrant deux occasions par l’intermédiaire de Giroud (33e, 35e). Un bilan forcément trop maigre pour la désormais septième nation mondiale. «On avait la maitrise, mais il fallait plus de vitesse dans nos mouvements», avouait Didier Deschamps, le visage fermé, à la pause. Message reçu, et, en partie, entendu par ses troupes. Incisifs et beaucoup plus agressifs, les Bleus se créaient pléthore d’occasions de but. Mais que ce soit Giroud (53e, 58e), Griezmann (58e, 68e, 74e), Varane (62e) ou Kurzawa (64, 73e) tous butaient sur Andrey Gorbunov … ou sur ses montants. Signe qu’aucun match ne s’annonce facile dans cette campagne de qualification. «On était venu pour gagner donc on est forcément déçu», soufflait «DD» à l’issue de la rencontre.

Les héros de l’Euro ne sont pas (encore) prêts
Il fallait s’y attendre. Après une coupure de plusieurs semaines, les finalistes malheureux du dernier Euro ne sont pas au point. A court de forme pour les uns, en manque de repères pour les autres, les Bleus ont laissé entrevoir des scories inhabituelles. A l’image d’un Moussa Sissoko, aligné d’entrée dans le 4-2-3-1 de Didier Deschamps, et qui fut très loin du niveau de jeu atteint lors de la finale face au Portugal. Logique quand on sait que le nouveau joueur de Tottenham disputait … son premier match officiel depuis le 10 juillet dernier. Situation identique pour Olivier Giroud, remplaçant à Arsenal et également à court de rythme après un Euro réussi. Si l’ancien Tourangeau n’a pas manqué d’envie -comme toujours- il n’a pas été en mesure d’ouvrir le score malgré plusieurs occasions de but. De son côté, Antoine Griezmann, s’il s’est montré plus saignant après la pause, a aussi connu un retard à l’allumage. Le tout pour une copie à l’image de son équipe : décevante. Une prestation qu’il faudra gommer dès le 7 octobre prochain face à la Bulgarie au Stade de France et trois jours plus tard lors d’un déplacement au Pays-Bas. C’est officiel, l’Euro appartient désormais au passé. 

 Source

Commenter cet article

Archives