Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Qui a perdu le premier débat présidentiel?

Publié par MaRichesse.Com sur 27 Septembre 2016, 13:38pm

Catégories : #POLITIQUE, #ETATS-UNIS

Qui a perdu le premier débat présidentiel?

Ce n'est pas parce que Trump a été mauvais qu'il a forcément perdu

Ce lundi soir pendant le premier débat présidentiel américain, Donald Trump a tenté d’intimider sa rivale, le présentateur et la réalité. Si Hillary Clinton a commencé par bafouiller, elle a gagné en confiance à mesure que la concentration de son adversaire s’effritait. Il s’agit maintenant de voir si un nombre significatif d’électeurs va changer d’avis après avoir regardé une synthèse de 90 minutes d’une élection présidentielle qui n’en finit plus. 

 

1.Trump, menteur et vain

Trump a assez vite franchi la barre ridiculement basse placée pour lui par son équipe de campagne et par une certaine élite aux discours vides en s’assurant d’attacher le titre honorifique de madame la secrétaire d’État au nom de Hillary Clinton. Mais l’attitude relativement mesurée du candidat du parti républicain a commencé à s’effilocher dans la seconde moitié du débat, lorsque Trump s’est pris les pieds dans son passé de birtherism [théorie selon laquelle Barack Obama n’est pas né sur le sol américain et est donc inéligible à la présidence du pays], qu’il a nié son ancienne prise de position publique au sujet de la guerre en Irak et qu’il a mis tellement de temps à dire qu’il accepterait une victoire de Clinton que ça confinait au malaise.

Trump ébranlé a fini par insulter gratuitement l’humoriste Rosie O’Donnell, a semblé suggérer qu’il ne payait aucun impôt fédéral et a répondu à une question sur un procès concernant une discrimination immobilière contre des personnes de couleur par un triomphal:

«Nous avons réglé ce procès sans débourser un centime—pas d’aveu de culpabilité.»

 

Au cas où son trouble manifeste n’aurait pas suffi, Trump n’a pas réussi à mettre en avant la moindre description sincère de ses propositions politiques et encore moins à convaincre qu’elles seraient meilleures pour le pays que celles de sa rivale. Oh, et il a menti. Beaucoup menti. Il a menti sur ses théories complotistes au sujet du réchauffement climatique. Il a menti sur les raisons pour lesquelles il n’a pas rendu sa déclaration d’impôt publique. Il a menti sur la constitutionalité du stop-and-frisk [contrôle d’identité et fouilles spontanés dans la rue], et n’a fait que se répéter lorsque le présentateur, Lester Holt, l’a corrigé. Il a aussi menti sur son rôle dans le mouvement birther et sur son soutien de la guerre en Irak.

 

2.Clinton, hésitante 

La performance de Clinton s’améliorait à mesure que Trump s’enfonçait. Trump a transformé la première partie sur l’économie en une conversation sur le NAFTA et le commerce, ce qui a mis Clinton sur la défensive. La candidate démocrate a bredouillé plus d’une fois et elle a parfois eu recours à des expressions ringardes, comme lorsqu’elle a deux fois de suite qualifié le programme fiscal de Trump de«Trumped-up trickle-down» [trickle-down est une théorie économique selon laquelle les réductions d’impôts, notamment pour les plus riches, permettent de réinjecter des capitaux dans l’économie globale. Trumped-up, jeu de mot sur le nom de famille de son rival, signifie truqué]. Mais elle a vraiment irrité Trump après que le présentateur l’a interrogé avec insistance sur son refus de rendre sa déclaration d’impôts publique. Ensuite, Trump n’a réussi qu’à divaguer lorsqu’il s’est vu sommé de justifier son passé de birtherism, et Clinton n’a pas raté l’occasion de lui sauter à la gorge.

Holt: Nous parlons d’apaisement racial là. Que dites-vous aux Américains de couleur qui disent...

Trump: Je ne dis rien du tout. Parce que j’ai réussi à l’obliger à le montrer [le certificat de naissance de Barack Obama]. Il aurait dû le montrer depuis bien longtemps. Je ne dis rien du tout. Mais laissez-moi vous dire, quand vous parlez d’apaisement, je crois que ces derniers temps j’ai développé de très bonnes relations avec la communauté afro-américaine. Je pense que ça se voit. Et je sens qu’ils voulaient vraiment que j’en vienne à cette conclusion et je pense que j’ai été très bon sur ce coup-là, et que j’ai rendu un grand service non seulement à mon pays mais même au président en l’obligeant à montrer son certificat de naissance.

 

Holt a demandé à Hillary ce qu’elle en pensait. «Eh bien» a-t-elle répondu,«écoutez simplement ce que vous venez d’entendre». Elle a ensuite qualifié plusieurs fois de «mensonge raciste» la campagne de Trump pour forcer Obama à prouver sa nationalité et a fait le lien avec les procès pour discrimination raciale dont l’entreprise immobilière de Trump a fait l’objet.

Clinton doit espérer que les téléspectateurs écoutaient—à la fois cette réponse en particulier mais aussi le discours dangereux et la vision du monde que Trump a épousés au cours de l’année écoulée. Parce que s’ils ne l’ont pas fait, nous ne saurons peut-être jamais qui a gagné le premier débat, mais sous saurons sans conteste qui l’a perdu: nous. 

 Source

Commenter cet article

Archives