Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Que peut-il bien se passer dans tête de Bachar el-Assad?

Publié par MaRichesse.Com sur 17 Septembre 2016, 08:08am

Catégories : #SYRIE, #GUERRE, #PAIX

Que peut-il bien se passer dans tête de Bachar el-Assad?

Aux yeux des Occidentaux, le président syrien reste une énigme.

Après cinq ans de conflit et plus de 400.000 morts, Bachar el-Assad reste fidèle au poste. Indifférent aux polémiques qui l'entourent. Le président syrien continue à utiliser des armes chimiques contre des civils, et dément le blocage d’aide humanitaire envers la ville ravagée d’Alep, en dépit du cessez le feu mis en place depuis lundi.

Catalogué comme un dictateur sanguinaire, l'homme suscite souvent l’incompréhension, fait remarquer le site d'Al-Jazeera. Un journaliste de la BBC se montre ainsi déboussolé lorsqu’el-Assad renie l’utilisation de «bombes barils», malgré les preuves.

«Peut-être que le président croit vraiment en ce qu’il dit. Peut-être ses généraux lui disent que des civils ne sont pas tués et ils les croit. Il est peut-être un menteur cynique. Je ne sais pas. Ce ne sont que des hypothèses»,reflète le britannique Jeremy Bowen.

Les Américains, eux, semblent tout simplement croire qu’el-Assad est «dupe». La question se pose donc: que pense-t-il vraiment? L'homme apparaissant peu dans les médias occidentaux, nous savons peu de choses sur lui, argumente Al-Jazeera. Quelle complexité se cache donc derrière la façade?

«Assimiler el-Assad au diable et se limiter à cela abroge notre responsabilité de mieux enquêter sur le pouvoir et l’influence qu’il possède et ne possède pas et de révéler les raisons qui on font qu’il est toujours au pouvoir», écrit le chercheur James Denselow pour la chaîne qatarie.

Déjà en 2011, le ministre des Affaires étrangères britannique dressait un portrait d’el-Assad comme un leader pris en otage par des pressions internes qui l’empêchent d’agir.

«Une des difficultés en Syrie c’est que le pouvoir du président Assad dépend d’un large groupe de personnes dans sa propre famille, et bien sûr d’autres membres de son propre gouvernement»expliquait William Hague.

Sans compter désormais les pressions des États-Unis et de la Russie qui ont pris la main sur le dossier syrien, négociant le cessez-le-feu.

Pour Jeremy Bowen, qui a interviewé Bachar el-Assad en 2015, la clé à la psychologie du leader syrien se cache dans son rapport à sa famille. Ophtalmologue geek formé à Londres, il n’était pas sensé hériter du régime syrien. Mais lorsque son frère, l’élu de la famille, meurt dans un accident de voiture, Bachar est propulsé en tant que leader. El-Assad est alors motivé par la conviction qu’il défend ce qui lui est cher: sa famille et son honneur.

«Je pense que Bachar sait ce qu’il fait. La Syrie, c’est le business familial des Assad et il en a hérité la présidence. Il règne par consensus car le reste de sa famille et ses amis de longue date ont des intérêts importants et ils ont leur mot à dire.» 

Pour comprendre Bashar al-Assad, il faut aussi comprendre ses liens de famille. (LOUAI BESHARA / AFP)

Pour comprendre Bashar al-Assad, il faut aussi comprendre ses liens de famille. (LOUAI BESHARA / AFP)

Commenter cet article

Archives