Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Présidentielle 2017 : «Je vais m'engager fortement dans la campagne», assure Taubira

Publié par MaRichesse.Com sur 12 Septembre 2016, 04:27am

Catégories : #POLITIQUE, #FRANCE

Présidentielle 2017 : «Je vais m'engager fortement dans la campagne», assure Taubira

Christiane Taubira est toujours là, et elle le fait savoir. Après un passage ce week-end à la Fête de l'Humanité et une présence annoncée ce lundi soir à la première de Yann Barthès sur TMC, l'ancienne Garde des Sceaux accorde une grande interview à «Libération».


Christiane Taubira assure qu'elle va «s'engager fortement dans la campagne». «Je ne sais pas encore comment», précise-t-elle en refusant de répondre clairement à l'éventualité qu'elle se présente elle-même. «Mais quel est l'intérêt aujourd'hui d'une candidature de plus ou de moins dans l'état où nous sommes à gauche», lance-t-elle. «Je fais des pieds et des mains pour ne pas me faire aspirer par le siphon de la présidentielle», ajoute-t-elle plus loin en disant que «oui on va dans le mur, oui on risque la disparition de la gauche au second tour de la présidentielle».


De même, elle refuse de dire qu'elle soutiendra François Hollande. «Je ne fais pas de la politique avec des hypothèses, explique-t-elle. Le président de la République n'a pas annoncé sa candidature, je ne vois pas pourquoi je me positionnerai sur une non-candidature».

 

 

 

 

«La gauche doit rassembler ses forces»

CHRISTIANE TAUBIRA DANS LIBÉRATION


A noter toutefois que si l'ancienne ministre de la Justice, qui a quitté le gouvernement en opposition au projet de déchéance de nationalité, rappelle ses désaccords avec François Hollande, elle le ménage à la différence de ce que font ses anciens camarades du gouvernement, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Cécile Duflot. Tous trois ont annoncé leurs candidatures et Christiane Taubira leur fait une mise en garde sur les «problèmes» que pose la «multiplication des candidatures» à gauche. «Il y a bien des maisons dans la maison de la gauche. Elles ne sont pas irréconciliables», lâche-t-elle, alorsqu'il y a quelques mois Manuel Valls, lui, disait le contraire.


«Il faut une dynamique et il y a urgence : le risque est là que l'extrême droite avec sa vision fragmentaire et agressive de la société, son intolérance et son héritage, arrive au pouvoir en France», avertit Christiane Taubira. «La gauche doit rassembler ses forces», demande-t-elle.


Interrogée une fois de plus sur sa candidature en 2002 qui, selon certains socialistes, aurait été responsable de la défaite de Lionel Jospin au 1er tour, elle s'agace. «Si la gauche est dans cet état de délabrement aujourd'hui c'est parce qu'en 2002, on a cherché des boucs émissaires au lieu de se demander ce qui s'était passé. Depuis le PS n'a fait aucune analyse politique de cette défaite», dénonce-t-elle. 


Plus que jamais, Christiane Taubira marque sa différence avec Manuel Valls. Au sujet du burkini, elle se dit opposée à son interdiction : «Il y a des choses qui nous dérangent dans l'espace public, des choses qui nous irritent, qui nous intriguent... Mais l'espace public, c'est le lieu de la République. Et ce qui délimite ce lieu, ce sont nos règles, nos lois. C'est ce qu'a rappelé le Conseil d'Etat». 
 

 

  leparisien.fr

Commenter cet article

Archives