Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Pourquoi notre perception de l'ivresse varie

Publié par MaRichesse.Com sur 14 Septembre 2016, 08:06am

Catégories : #ALCOOL, #SANTE-BIEN-ETRE, #BOISSON

Pourquoi notre perception de l'ivresse varie
À la question : «Vous sentez-vous ivre ?», les réponses diffèrent beaucoup selon le contexte dans lequel on se trouve, montre une étude.

 

On est toujours le sobre de quelqu'un. Selon une étude publiée hier par la revue en ligne BMC Public Health, le jugement que l'on porte sur son propre état d'ébriété et les risques associés serait faussé par le contexte de consommation. 

 

«À quel point êtes-vous ivre?»

Les chercheurs de l'Université de Cardiff ont arpenté les bars et pubs de la ville pour interroger 1862 individus âgés de 27 ans en moyenne et issus de groupes sociaux différents. C'est la première étude à s'intéresser à la manière dont les gens jaugent leur propre ivresse et ses conséquences pour leur santé, alors qu'ils sont alcoolisés. Les participants, dont le taux d'alcoolémie était mesuré au préalable, étaient répartis dans huit groupes de référence et devaient répondre à des questions telles que: «À quel point êtes-vous ivre en ce moment?», «Avez-vous beaucoup bu ce soir?», ou «Si vous buvez autant que vous l'avez fait ce soir toutes les semaines, pensez-vous que cela puisse être nocif pour votre santé?»

En moyenne, les sujets avaient tendance à sous-estimer leur état d'ébriété. Sous emprise de l'alcool et dans une atmosphère alcoolisée, les gens procédaient toujours par comparaison avec ceux qui les entouraient pour jauger leur propre ivresse, leur consommation et ses conséquences à long terme. Il en ressort que plus on est entouré de gens qui boivent, moins on s'estime ivre et plus on néglige les risques liés à sa consommation d'alcool pour la santé.

Pour le Pr Nicolas Simon, médecin au CHU de Marseille et membre de l'ANPAA (Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie), ce biais est essentiellement humain: «Les gens évaluent tout de manière relative. Si vous êtes dans un bar, vous jugez votre ivresse relativement aux personnes qui vous entourent, c'est normal. Extrayez quelqu'un d'un endroit où l'on consomme de l'alcool et il vous avouera être ivre.» 

 

Diminuer la consommation générale

«Quand on est dans une ambiance de consommation, on a tendance à boire plus et à perdre ses repères, rappelle Nicolas Simon. Cette étude est extrêmement intéressante car elle montre qu'il existe un vrai problème de toxicité dans certains lieux».

Selon le Pr Simon Moore, chercheur spécialisé dans la santé publique ayant dirigé l'étude, «on pourrait essayer de trouver un moyen de réduire la consommation excessive d'alcool en utilisant des stratégies basées sur ces conclusions. Nous pourrions par exemple essayer de diminuer le nombre de gens ivres dans les lieux où l'alcool est consommé, et ainsi le nombre de personnes sobres.» Reste à trouver comment procéder. 

 Source

Commenter cet article

Archives