Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Pourquoi les clients de Free mobile n'ont pas fini de trinquer

Publié par MaRichesse.Com sur 2 Septembre 2016, 05:37am

Catégories : #FRANCE, #INTERNET

Pourquoi les clients de Free mobile n'ont pas fini de trinquer

Depuis jeudi 1er septembre, certains clients de Free mobile ont vu leur débit réduit, la faute au déploiement encore partiel des antennes de l'opérateur sur le territoire. Les abonnés concernés sont ceux qui doivent passer par les antennes-relais d'Orange. En effet, pour disposer d'une couverture nationale dès son lancement, l'opérateur deXavier Niel avait signé avec Orange un contrat d'itinérance : aujourd'hui encore, les abonnés qui ne sont pas couverts par une antenne appartenant à Free passent par le réseau 3G d'Orange.

Même si Free respectait sur le papier ses obligations légales lui imposant de couvrir rapidement une grande partie du territoire après l'acquisition de sa licence mobile, le déploiement effectif des antennes avait pris du retard aux yeux de l'autorité de régulation, l'Arcep, qui reprochait à Free de trop s'appuyer sur le réseau d'Orange. Le gendarme des télécoms avait donc décidé en juin dernier d'introduire une clause incitative dans le nouveau contrat entre Orange et Free. 

 

Un plancher indécent en 2020

Ainsi, le débit mobile des abonnés en itinérance a été réduit dès le 1er septembre 2016, et sera de nouveau amputé par étapes, en 2017 puis en 2020, pour atteindre le plancher indécent de 0,38 Mbit/s, que l'on n'osera assurément plus qualifier d'accès à Internet dans quatre ans. À titre de comparaison, le débit maximal théorique de la 3G (H+ Dual Carrier) est de 42 Mbit/s, et celui de la 4G (LTE-Advanced) de 1000 Mbit/s. Même si ces débits ne sont jamais atteints sur le terrain, ils illustrent la descente aux enfers qui attend certains abonnés de Free mobile, notamment en zone rurale.

L'Arcep espère ainsi que Free, sous la pression de ses clients, accélérera le déploiement de son réseau propre dans les zones qu'il ne couvre pas encore. Reste que cette première baisse de débit ne changera sans doute pas grand-chose à la vie des clients, car la qualité de service était souvent désastreuse lorsqu'ils étaient connectés via Orange. Un service bridé qui permettait à Free mobile de réduire le chèque fait à Orange...

Free mobile couvre aujourd'hui 85 % de la population (en 3G et/ou en 4G), et vise 98 % en 2018. Mais couvrir la population n'est pas synonyme de couvrir le territoire : comme le montrent les cartes ci-dessous, la couverture 3G et 4G de Free mobile souffre de larges zones blanches dès que l'on s'éloigne des villes. Et même en zone urbaine, les abonnés Free mobile se retrouvent parfois connectés à une antenne-relais d'Orange alors que le réseau Free est bien présent. Outre le déploiement « brut » du réseau, mené au pas de charge, Free va donc aussi devoir améliorer sa résistance à la charge des heures de pointe... 

 Source

Commenter cet article

Archives