Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Pourquoi le pape a-t-il parlé de crime « satanique » ?

Publié par MaRichesse.Com sur 15 Septembre 2016, 05:53am

Catégories : #VATICAN, #RELIGION

Pourquoi le pape a-t-il parlé de crime « satanique » ?

 

Dans son homélie lors d’une messe de suffrage célébrée mercredi 14 septembre pour le P. Jacques Hamel, le pape François a qualifié de « satanique » le geste des assassins. Entre protestants et catholiques, les conceptions de la figure du Diable divergent.

Le pape François a célèbré une messe dans la chapelle de la Maison Sainte-Marthe à la mémoire du P. Jacques HAMEL, le 14 septembre 2016.

 

Le pape François a célèbré une messe dans la chapelle de la Maison Sainte-Marthe à la mémoire du P. Jacques HAMEL, le 14 septembre 2016. / Servizio Fotografico OR/CPP/CIRIC

► Pour les catholiques, le mal n’est pas une idée

P. Jean-Pascal Duloisy, exorciste des diocèses d’Île-de-France

« Je salue le courage du pape François d’avoir osé dire que tuer au nom de Dieu, c’est la marque d’un esprit perverti, c’est-à-dire d’un esprit qui a perdu le sens de la vie. Par conséquent, c’est satanique. Car toute vie humaine est un cadeau de Dieu. S’en prendre à la vie, c’est s’en prendre à Dieu, donc c’est satanique. Le pape François n’a jamais été vraiment écouté sur ces questions. On oublie que dès les premiers jours de son pontificat il a eu cette phrase : « Quand on ne confesse pas Jésus-Christ, on confesse la mondanité du diable, la mondanité du démon. » Aucun pape n’a parlé du démon comme lui.

« Satan, démon… »,… lire la suite de l’entretien

Le mal se trouve au plus profond du cœur humain

Olivier Abel, philosophe, professeur à l’Institut protestant de théologie de Montpellier

Traditionnellement, le protestantisme s’est opposé à une vision manichéenne opposant enfer et paradis, punitions et récompenses, Satan et Dieu, jugeant cette perception infantilisante. La pensée protestante considère que le mal subi est toujours conséquence d’un mal agi, commis par les hommes, d’où une moralisation et une responsabilisation importantes.

Toutefois, les différences de conception du mal entre catholiques et protestants sont à nuancer, lire la suite de l’entretien 

 

Commenter cet article

Archives