Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Pourquoi l’Inde a besoin du Rafale de Dassault

Publié par MaRichesse.Com sur 17 Septembre 2016, 06:23am

Catégories : #ECONOMIE, #GUERRE, #MONDE, #INDE, #FRANCE

Pourquoi l’Inde a besoin du Rafale de Dassault

Annonces prématurées, promesses non tenues, annulation de compétition, déstabilisations de concurrents russes ou britanniques… Dans sa quête de boucler enfin son contrat Rafale avec l’Inde, Dassault Aviation aura tout connu. Mais cette fois, il semble bien que le dossier soit mûr: dans la foulée de la chaîne NDTV, la presse indienne annonce une signature le 23 septembre prochain du contrat pour 36 Rafale, négocié depuis avril 2015 à la suite de l’annulation de la compétition MMRCA pour 126 appareils. Une équipe française serait déjà à pied d’œuvre à Delhi pour préparer les milliers de pages du contrat. Le prix final serait de 7,7 milliards d’euros, la moitié de cette somme étant réinvestie dans l’industrie indienne via des contrats d’ "offsets", et les premières livraisons seraient prévues en 2019.

Pourquoi l’Inde a-t-elle besoin du chasseur français? La première raison est simple: l’armée de l’air indienne manque cruellement d’avions. Elle ne dispose que de 32 escadrons (18 appareils chacun), le chiffre le plus bas depuis dix ans, du fait de la mise à la retraite de dizaines de chasseurs MiG-21. Selon NDTV, Delhi va encore perdre 14 escadrons de MiG-21 et MiG-27 d’ici à 2019-2020. Or l’armée de l’air estime son besoin à 42 escadrons pour protéger efficacement ses frontières avec la Chine et le Pakistan. Les Sukhoi Su-30 et Mig-29 russes, plus récents, ne sont pas suffisants pour répondre à cet énorme besoin. L’arrivée des 36 Rafale à l’horizon 2019-2020 serait donc une bouffée d’oxygène pour les aviateurs indiens. 

 

Chine et Pakistan montent en puissance

Le besoin est d’autant plus criant que la Chine et le Pakistan investissent lourdement dans leur aviation de chasse. Selon un récent rapport (PDF) de Ashley Tellis, associé au Carnegie Endowment for International Peace, Pékin et Islamabad disposent de 750 appareils (de supériorité aérienne ou multirôles, comme les variantes des Sukhoi Su-27 et Su-30 ou le J-10 en Chine, le JF-17 chinois et le F-16 américain au Pakistan), quand l’armée de l’air indienne ne peut compter que sur 450 avions de ce type. Après 2025, avertit Ashley Tellis, la Chine pourrait déployer 300 à 400 avions de dernière génération supplémentaires, et le Pakistan 100 à 200 appareils. En face, Delhi doit faire avec une flotte d’avions de chasse très diverse (Su-30, MiG-21, MiG-27, MiG-29, Jaguar, Mirage 2000), mais aussi vieillissante et à la fiabilité douteuse. Une trentaine d’avions militaires indiens se sont ainsi crashés dans les cinq dernières années.

Pour ne rien arranger, l’Inde est aussi confrontée aux soucis de développement de son chasseur léger Tejas, et aux retards de lancement du programme de chasseur de cinquième génération russo-indien PAK-FA, censé être le fleuron de sa flotte. L’arrivée de 36 Rafale, avions éprouvés au combat en Afghanistan, en Libye, au Mali et au Levant, donnera l’assurance à Delhi de disposer d’un appareil à la fois immédiatement opérationnel, et vraiment multirôle (police du ciel, reconnaissance, frappes au sol). 

 

Delhi fan du missile Meteor

L’autre motivation de l’achat du Rafale est plus technique: Delhi veut absolument le missile air-air Meteor. Avec plus de 100km de portée  (très probablement beaucoup plus, le chiffre exact étant secret défense), ce missile développé par le missilier européen MBDA est un des plus performants du monde. Sa portée est sans équivalente, à part peut-être le futur AIM-120D AMRAAM américain, qui a encore tout à prouver  Surtout, assurent ses concepteurs, il affiche une "No Escape Zone" (c’est-à-dire la zone où l’avion adverse n’a aucune chance d’éviter l’impact) 2,5 à 3 fois supérieure à celle des missiles concurrents. Le Meteor offrirait donc à l’Inde une supériorité stratégique indéniable sur ses rivaux chinois et pakistanais. 

 Source

Commenter cet article

Archives