Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Pourquoi grossit-on plus quand on est en couple ?

Publié par MaRichesse.Com sur 11 Septembre 2016, 11:53am

Catégories : #COUPLE, #OBESITE, #SANTE-BIEN-ETRE, #SCIENCE

Pourquoi grossit-on plus quand on est en couple ?

C'est un fait : les amoureux pèsent en moyenne deux kilos de plus que les célibataires. C'est ce qu'a constaté une étude européenne réalisée par des chercheurs de l'université de Bâle, en Suisse, associés à des collègues de l'Institut Max-Planck, en Allemagne.

La première explication est toute bête. C'est le manque d'activité physique des personnes en couple qui pèse sur leur balance. Les célibataires prennent soin de leur silhouette... pour plaire. Et, éventuellement, tomber amoureux en trouvant l'âme soeur. Alors que les amoureux se reposent sur leurs acquis et sur leur canapé.

Mauvaises habitudes alimentaires

Dans 57 % des couples, au moins, l'un des deux conjoints grossit, observe une autre étude réalisée auprès de 1 000 internautes, par Maïa Baudelaire, coach minceur. La faute au mimétisme induit par l'amour. Eh oui ! Le conjoint est influencé par les mauvaises habitudes alimentaires de l'autre.

« On voit aussi des femmes qui mangent autant que leur conjoint, soit des proportions supérieures à leurs besoins », souligne Maïa Baudelaire. Sachant que la prise de poids des femmes est plutôt liée à une maternité.

Sur la balance, les repas pris à l'extérieur pèsent aussi. Ceux-ci seraient plus nombreux pour les couples. Ah bon ? On parierait, nous, sur les petits plats « plaisir », mitonnés à la maison avec amour... mais aussi avec calories.

Il faut par ailleurs savoir que les couples ont un pouvoir d'achat accru. Ce qui incite certains à remplir davantage le frigo.

Mais surtout, c'est bien évidemment la routine qui tue la ligne ! « Plus de la moitié des couples grossissent à cause de leur sédentarité. Un constat accentué par le grignotage devant la télé », note Maïa Baudelaire. 

 Source

Commenter cet article

Archives