Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Pourquoi Facebook et Tinder veulent nous faire voter (et «swiper») sur tout et n’importe quoi

Publié par MaRichesse.Com sur 23 Septembre 2016, 05:02am

Catégories : #FACEBOOK, #INTERNET

Pourquoi Facebook et Tinder veulent nous faire voter (et «swiper») sur tout et n’importe quoi

Gauche… droite… L’index balaie l’écran comme une pendule. A gauche, c’est non, à droite, c’est oui, et ce geste-là, ce geste qui n’existait pas il y a encore quatre ans, est aujourd’hui répété…1,4 milliard de fois par jour à travers le monde. 

Et encore, seulement sur Tinder, qui l’a inventé. C’est sans compter les millions d’autres « swipes » réalisés sur les dizaines et dizaines d’applis ayant ​copié l'appli de rencontre pour intégrer le geste à leur interface utilisateur, que ce soit pour trouver un appart, un job ou un prénom cool pour son enfant. 

Et voilà qu’il arrive dans nos SMS.

Celui qui a le choix a aussi le tourment 

Le géant du dating vient de lancer Tinder Stacks, une extension pour les iMessage accessible automatiquement aux utilisateurs de Tinder ayant installé iOS10, et présentée comme un outil de sondage du quotidien: 

«Avec Tinder Stacks, vous pouvez envoyer à vos amis un échantillon («stack» pour «pile», en anglais) de photos entre lesquelles voter. 
Quel selfie devrait être votre nouvelle photo de profil? Quelle tenue devriez vous porter ce soir ?»

«Nous savons que la vie est pleine de choix difficiles, poursuit Tinder. A chaque fois que vous avez besoin de conseils, Tinder Stacks vous permet de solliciter l’avis de vos amis».

D’autres exemples sont donnés: «Un doute sur la photo de la soirée d’hier soir que vous voudriez poster sur les réseaux sociaux? Stack it».
«Besoin d'un conseil sur le filtre que vous devriez ajouter à votre photo de vacances à la plage? Stack it» (Sérieusement?). 

Tinder Stacks
Tinder Stacks - Tinder

Passion sondage

Passons sur les occupations de très haut niveau intellectuel qu’imagine Tinder pour ses utilisateurs - choisir un filtre Amaro ou Ludwig pour une photo Instagram, wahou, on n'en dort plus - et admettons que l’outil puisse être utile pour mettre d'accord un groupe d’amis sur un resto, par exemple (avec des captures d'écran des fiches des restos). 

A un jour d'écart de Tinder, et un an après Twitter, Facebook vient elle aussi de lancer une fonctionnalité sondage à ses discussions de groupe, aux Etats-Unis seulement dans un premier temps. Donc, ce resto. Option «le gras c'est la vie» aka le resto de burgers, option chou kale et graines de chia, option japonais? Vous pouvez écrire la question et les trois propositions de réponse, et vos amis votent. Pratique, en effet, comme pour décider de l'heure à laquelle se retrouver, du cadeau à offrir pour un anniversaire, etc, etc... 

Ce qu'ils ont tous à vouloir nous faire voter sur tout et n'importe quoi? Tinder ne fait que constater la passion des pré-ados, ados et jeunes adultes pour les applications de sondage,  souligneTechCrunch, «à un âge où l'approbation des pairs et l'acceptation sociale sont particulièrement importants». L'App Store est déjà rempli de dizaines et dizaines d'applications de sondage.

Entre aussi en jeu l'infinité des possibles de nos vies connectées (qui listent, classent, et rendent accessibles tout de suite restos, bars, séries, etc...) où toute micro-décision devient un casse-tête, un looping infernal pour les indécis. 

Dans le dernier épisode de Master of None, la série d'Aziz Ansari sur Netflix, Dev décide qu'il veut des tacos pour le déjeuner. Il passe une heure sur Yelp, récolte par SMS les recommandations de ses amis, se décide pour un endroit qui...ferme. Il hurle: «C'est le meilleur taco de la ville! Je suis censé allé où maintenant? Au second meilleur taco de la ville?». Surtout pas dans un resto choisi au hasard en tout cas, quelle idée. 
Dans le dernier épisode de Master of None, la série d'Aziz Ansari sur Netflix, Dev décide qu'il veut des tacos pour le déjeuner. Il passe une heure sur Yelp, récolte par SMS les recommandations de ses amis, se décide pour un endroit qui...ferme. Il hurle: «C'est le meilleur taco de la ville! Je suis censé allé où maintenant? Au second meilleur taco de la ville?». Surtout pas dans un resto choisi au hasard en tout cas, quelle idée.  - Master of None/Netflix

Swipe partout, «peut-être» nulle part? 

Pour s'y retrouver, la logique du «swipe» s’est tellement généralisée, sur Tinder et ailleurs, qu’elle aurait changé notre façon de penser, estiment Alicia Bler et Ever Peyser, deux auteures américaines qui signaient en 2015 dans The New Inquiry «La Tinderisation des sentiments»

Appliqués aux sentiments, les mécanismes binaires de Tinder ont fait de nous des « robots efficaces », déplorent-elles, mais, plus généralement:

«La Tinderisation de tout a lieu quand nous adoptons la stratégie de Tinder au quotidien. En nous connectant en permanence, nous nous persuadons nous-même d’avoir bien trop d’options pour faire quoi que ce soit de plus complexe que de répondre oui/non, droite/gauche, liker/ignorer, retweeter/ignorer, 0101010101010, et continuer à scroller. Seul un like, un retweet ou un match sur Tinder sera alors l’occasion d’une pause et d’un peu de plaisir»

D'où la tentative d'introduction du swipe à chaque étape de nos vies? Il faut le lire pour le croire: «A chaque swipe, le monde devient meilleur», écrit Tinder, le plus sérieusement du monde.  

 Source

Commenter cet article

Archives