Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Nord: Victime d'un AVC, elle est sommée de finir son travail avant d'appeler les secours

Publié par MaRichesse.Com sur 7 Septembre 2016, 07:39am

Catégories : #JUSTICE, #FRANCE, #TRAVAIL

Nord: Victime d'un AVC, elle est sommée de finir son travail avant d'appeler les secours

C’est une histoire ancienne, mais terrible qu’ont révélé nos confrères de la Voix du Nord, vendredi. Une jeune femme, employée en CDD à la Poste de Villeneuve d’Ascq, accuse son employeur d’avoir tardé à prévenir les secours alors qu’elle était victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC), en février dernier.

Le matin du 19 février 2016, Emeline, 25 ans, devait prendre son service à la plateforme de distribution du courrier de Villeneuve d’Ascq. Comme elle ne se sentait pas bien, celle-ci a contacté son responsable en lui indiquant qu’elle ne pourrait pas se rendre au travail. Mais, selon l’employée, le responsable insiste tellement qu’elle se sent obligée de venir malgré tout.

Le travail d’abord, les secours après

A son poste, la jeune femme ne se sentait pas mieux. A plusieurs reprises, elle explique être allée voir son responsable pour lui signifier. Mais ce dernier, selon elle,  a ignoré ses plaintes. Pire, Emeline explique qu’il lui a répondu : « Finis ton travail, on appellera les pompiers tout à l’heure. »

C’est plus de deux heures plus tard qu’un collègue de la jeune postière, inquiet de la voir dans un tel état, prend sur lui de demander aux cadres d’appeler les secours. Mais, là encore, rien n’a été fait. C’est lui-même, qui va contacter les pompiers. Une ambulance privée a été dépêchée sur place pour prendre en charge sa collègue.

Elle garde des séquelles

A l’hôpital, Emeline a subi un IRM, lequel a révélé qu’elle était en train de faire un accident vasculaire cérébral. Placée en soins intensifs dans la foulée, la jeune femme a eu la vie sauve. Elle garde cependant des séquelles, comme une paralysie partielle de la jambe gauche.

La direction de la Poste, elle, réfute totalement la version de son employée. Sur France 3, l’entreprise a expliqué que la salariée « a déclaré par téléphone à son encadrant vouloir venir travailler sans aller consulter un médecin », qu’elle « ne souhaitait pas l’intervention des pompiers » et que c’est son encadrant qui a finalement contacté le 15.

Emeline estime que sans l’intervention de son collègue, elle aurait aujourd’hui des séquelles beaucoup plus graves, voire pire. Elle a d’ailleurs pris un avocat et compte attaquer la Poste pour non-assistance à personne en danger. 

 Source

Commenter cet article

Archives