Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Migrants : visites à risque pour Hollande à Tours et Calais

Publié par MaRichesse.Com sur 24 Septembre 2016, 04:05am

Catégories : #POLITIQUE, #FRANCE

Migrants : visites à risque pour Hollande à Tours et Calais

Avant de se rendre dans le Pas-de-Calais lundi, le chef de l'État sera à Tours ce samedi, dans un centre d'accueil de réfugiés. Le président entend dépassionner un débat réveillé par la primaire de la droite, à sept mois de l'élection présidentielle.

À l'occasion de deux déplacements, samedi à Tours et lundi à Calais, François Hollande ouvre une séquence politique consacrée au dossier des migrants. Selon son entourage, le président entend ainsi dépassionner un débat réveillé par la primaire de la droite, à sept mois de l'élection présidentielle. Le déplacement présidentiel à Calais devait initialement avoir lieu avant le 14 juillet mais avait été repoussé.

» La délicate répartition des migrants dans les régions

Mais, dans un premier temps, le chef de l'État accompagné de trois ministres, dont celui de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, se rend samedi à Tours dans un Centre d'accueil et d'orientation (CAO), l'une des 164 structures nées du programme lancé il y a un an à destination des migrants bloqués dans des campements. Depuis leur création, fin octobre 2015, les CAO conçus comme des sas vers la demande d'asile ont pris en charge 5638 personnes en provenance de Calais. Début septembre, Bernard Cazeneuve avait annoncé la création de 12.000 places supplémentaires partout en France. Laurent Wauquiez, président par intérim du parti Les Républicains, en avait profité pour lancer une «pétition» pour dire «Non à la création de “jungles” sur l'ensemble du territoire national».

» Comment le gouvernement veut répartir les migrants de Calais en région

À Calais, aucune rencontre avec des migrants n'est prévue. Le président a rendez-vous avec les forces de l'ordre, les associations, des acteurs de l'économie locale et des élus. L'entourage du chef de l'État, contacté par Reuters, promet toutefois un discours présidentiel «qui fait appel à la raison des gens». «L'idée est de démontrer que l'on traite et que l'on va continuer à traiter le problème dans sa globalité», précise-t-on. La visite a été préparée avec soin dans cette ville dont la patience s'effrite à mesure que se multiplient les incidents liés aux migrants, désormais quasi quotidiens. Nombreux sont ceux qui, y compris au sein du gouvernement, ont émis des réserves sur un déplacement jugé politiquement risqué.

» Présidentielle: Calais, nouveau ring de campagne

La visite de François Hollande intervient quelques jours après celle de l'ancien président Nicolas Sarkozy, candidat à la primaire de droite. «Il a fallu que j'y aille cette semaine pour apprendre, tout d'un coup comme par hasard, tant mieux, que le président de la République ira lundi», a ironisé Nicolas Sarkozy.

Le déplacement présidentiel intervient dans un climat de vives tensions sur place alors que la construction d'un mur de béton «anti-intrusions» a débuté pour protéger les accès au port de Calais, à quelques centaines de mètres de la Jungle. Vendredi, la maire Les Républicains de Calais, Natacha Bouchart, a menacé de prendre si besoin un «arrêté interruptif» des travaux financés par la Grande-Bretagne. 

 Source

Commenter cet article

Archives