Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Manger des protéines est crucial après 65 ans

Publié par MaRichesse.Com sur 4 Septembre 2016, 11:15am

Catégories : #NUTRITION, #SANTE-BIEN-ETRE, #LONGÉVITÉ

Manger des protéines est crucial après 65 ans
À côté de l'activité physique, l'apport de protéines en quantité suffisante permet aux seniors de conserver masse musculaire et autonomie.

 

«J'ai l'impression que quoique je fasse, cela représente un grand effort!» Autour de 75 ans, 5 à 10 % des seniors se retrouvent avec un capital musculaire tellement réduit que les gériatres parlent d'état de fragilité. «La fragilité définit un état de vulnérabilité accru tel qu'il augmente également le risque d'hospitalisation, de handicap et de décès», explique Berna Rahi chercheuse à l'université de Bordeaux, dans l'une des principales revues scientifiques internationales de gériatrie, le Journal of Post-Acute and Long-Term Care Medicine. Mais ce n'est pas inéluctable.

Avec ses collègues de Bordeaux et Clermont-Ferrand, elle a repris les données nutritionnelles et de santé, de 1345 Bordelais âgés de plus de 65 ans suivis depuis une quinzaine d'années au sein de l'étude dite «Des 3 cités». On remarque que ceux qui ont des apports suffisants en protéines réduisent de 60 % leur risque de se retrouver en état de fragilité.

«C'est un travail transversal (à un moment donné, NDLR), ce qui ne permet pas de dégager de liens de causalité entre fragilité et apports protéiques», remarque Marc Bonnefoy, professeur de gériatrie (Hospices civils de Lyon, université Claude Bernard) et chercheur de l'Inserm.

Toutefois, c'est un travail solide car il s'ajoute à d'autres études qui montrent l'importance d'un apport quotidien suffisant en protéines. Pour un adulte sédentaire, cela veut dire environ 0,8 à 1 g de protéines par kilo de poids, soit environ 60 g si l'on pèse 70 kg. Un apport qui doit être quotidien car les protéines ne sont pas stockées par l'organisme. Il faut donc en consommer régulièrement pour permettre un bon renouvellement cellulaire, en particulier des muscles.

«Le vieillissement musculaire est caractérisé par une perte de volume, de masse et de force des muscles. On parle de fonte musculaire, comme la fonte des neiges», explique Vincent Mouly, chercheur à l'Institut de myologie (Paris). Directrice du centre de recherche dans le même institut, Gillian Butler-Browne souligne les particularités des personnes âgées: «Il vaut mieux manger plusieurs fois en petites quantités pour bien assimiler. À chacun de trouver l'heure qui lui convient le mieux.»

Les viandes source privilégiée de protéines

Pour le Pr Bonnefoy, «les résultats de cette nouvelle étude confirment bien la relation entre un état de fragilité - c'est-à-dire précédant la survenue d'une dépendance physique - et des apports protéiques en dessous de 1 g par kg de poids et par jour. On peut donc recommander de tels apports pour la population âgée afin de prévenir la dépendance et maintenir le capital musculaire».

Les viandes sont une source privilégiée de protéines (près de 30 g dans un steak de 100 g ou une cuisse de poulet) mais on en trouve aussi dans le poisson (20 g de protéines dans 100 g de cabillaud) ou le fromage. Un œuf contient environ 5 g de protéines et 100 g de lentilles ou de pois cassés contiennent environ 25 g de protéines.

Mais l'alimentation n'est pas tout. «Il faut rappeler l'importance de l'activité physique, en parallèle, qui permet d'augmenter l'utilisation des protéines par le muscle et de lutter efficacement contre l'état de fragilité», insiste le Pr Bonnefoy. «Et surtout ne pas attendre d'atteindre un âge avancé, ajoute Vincent Mouly, car on paye plus tard les années de vie déséquilibrée. L'oisiveté est d'abord la mère du vieillissement accéléré avant d'être celle de tous les vices…» 

 Source

Commenter cet article

Archives