Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Malaise : quand YouTube tente de faire taire une youtubeuse

Publié par MaRichesse.Com sur 21 Septembre 2016, 11:47am

Catégories : #GOOGLE, #POLITIQUE, #EUROPE

Laetitia Nadji avait été approchée par YouTube pour réaliser une interview légère du président de la Commission européenne, Juncker. Elle a transformé l’exercice en véritable entretien politique. Ça n’a pas plu à YouTube.

Malaise : quand YouTube tente de faire taire une youtubeuse

Laetitia Nadji a la trentaine, un blog internet et une chaine YouTube. Elle y parle de comment recycler une vielle lampe en pot de fleur, de comment se laver au Rhassoul ou de pourquoi elle a arrêté les soutiens-gorge... Laetitia n’a pas énormément d’abonnés sur YouTube, un peu plus de 62 000, loin, bien loin derrière les pontes du secteur.

Début septembre, elle a été contactée par YouTube pour interviewer, avec deux autres youtubeurs, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. Le format, importé des Etats-Unis, est une première en Europe.

Fausse bonne idée

Pourquoi avoir choisi Laetitia ? Elle n’y connaît pas grand chose en politique. Elle surnomme d’ailleurs Juncker « le boss de l’Europe ». Au téléphone, la jeune femme imagine :

« Je pense qu’ils m’ont choisi car je devais représenter la petite jeunette rigolote avec ses questions légères. »

Pour préparer l’entretien, elle fait appel à sa communauté. Elle réalise une vidéo intitulée « Je vais interviewer le Président de l’Europe ».

« Je ne me sentais pas qualifiée pour écrire les cinq questions que je poserai à M. Juncker. J’ai contacté des youtubeurs que je connaissais bien et qui me semblaient mieux comprendre l’actualité politique. »

Vidéo de « Le corps La maison, L’esprit, Laetitia »

Elle y évoque sa joie d’avoir été choisie par YouTube (« C’est complètement ouf [...] mais là c’est le “summun” du ouf de la vie ») et appelle à la mobilisation des internautes :

« J’ai demandé aux youtubeurs de faire remonter une seule question auprès de leurs communautés respectives. »

Vidéo Youtube de « Le corps, La maison, L’esprit »

Elle se rapproche ensuite du collectif Osons Causer pour n’en garder que cinq.

« Tu veux te griller ? »

L’interview avec Jean-Claude Juncker est programmée le 15 septembre 2016 à Bruxelles. L’entretien sera diffusé en direct sur YouTube. Laetitia conduira ses quinze minutes dans un décor rose représentant une cuisine/salon. Les deux autres youtubeurs, des hommes, bénéficieront d’un décor bureau/plateau. Laetitia :

« Il n’y avait pas de livre dans mon décor. »

La veille de l’interview, elle répète avec les équipes de YouTube. Elle découvre qu’on lui a déjà préparé des questions.

« On m’a suggéré de demander à M. Juncker “Qu’est-ce que le bonheur ?”, d’évoquer son téléphone Nokia 3310 et son chien qui s’appelle Platon. »

La youtubeuse découvre que l’entretien n’est pas un exercice politique, mais une démonstration de communication. Elle n’est présente que pour servir la soupe de Jean-Claude Juncker et son attaché(e) de presse. C’est Laetitia qui nous raconte la suite de l’histoire (YouTube nous a redirigé vers leur communiqué de presse).

Une personne du staff – avec un T-shirt à l’effigie de la marque – demande à la trentenaire s’il peut relire ses questions, pour éviter les doublons. La teneur de l’interview ne lui plaît pas. Il tente de lui faire changer ses questions. La scène est filmée par un proche de Laetitia.

Vidéo de « Le Corps La Maison L’Esprit Laetitia »

La personne du staff lui dit :

« C’est déjà une question hyper difficile à répondre pour M. Juncker, tu parles du lobby des sociétés. A un moment, tu ne vas pas non plus te mettre à dos la Commission européenne et YouTube, et tous les gens croient en toi. Enfin, sauf si tu comptes pas faire long feu sur YouTube. »

C’est violent. Au téléphone, la youtubeuse précise que c’est inhabituel, tous les projets auxquels elle a pu participer se sont très bien déroulés. En interne, aussi, on dit que ça n’est pas dans la culture de l’entreprise.

Le face à face

L’interview approche. Laetitia Nadji décide de s’en tenir au plan de départ. Elle pose les questions qu’elle a réfléchies avec sa communauté. Elle interroge Juncker sur quatre thématiques :

  • La nomination de José Manuel Barroso à la Goldman Sachs.
  • Le fonctionnement des lobbies.
  • La politique de l’UE sur les perturbateurs endocriniens. Elle-même n’arrivant pas à devenir mère, elle pose la question de la responsabilité de l’UE sur la non-interdiction de certains perturbateurs. A Juncker, elle demande : « [J’ai] le sentiment que [...] le rôle de la Commission serait de nous faire miroiter des interdictions qui n’arrivent pas et qui laissent le temps aux multinationales de gagner beaucoup d’argent ? »
  • Le rôle de Juncker dans la lutte contre l’évasion fiscale, avec cette magnifique question : « Confier à quelqu’un qui a été le ministre des Finances pendant dix-huit ans du plus grand paradis fiscal en Europe la mission de lutter contre l’évasion fiscale, est-ce que ça serait pas finalement comme désigner chef de police un braqueur de banque ? »

On est bien loin de « Qu’est-ce que le bonheur ? »

Interview complète de Jean-Claude Juncker par Laetitia Nadji

« Manipulée et menacée »

Le lendemain matin, Laetitia est convoquée chez Google France. Elle y va en stress. Elle imagine qu’ils savent qu’elle a filmé l’interaction avec l’homme au T-shirt YouTube. Sur place, elle est très bien accueillie, explique-t-elle dans sa plus récente vidéo YouTube :

« Ils m’ont dit que c’était bien, et que c’était bien de ne pas avoir respecté [leurs directives]. Ils m’ont proposé [...] d’être ambassadrice de YouTube pendant un an. »

Un contrat qui la ferait voyager partout dans le monde. Un contrat qu’elle a toujours rêvé de signer...

« Aujourd’hui, ce contrat, je ne peux pas le signer. J’ai été vraiment choquée d’être manipulée et menacée comme ça, et je ne peux pas laisser ça sous silence ».

Elle souhaite que « YouTube s’engage publiquement à ne plus jamais manipuler, menacer, instrumentaliser des youtubeurs ».

« Dire que je suis heureuse »

Laetitia a décidé de retourner à ce qu’elle aimait faire : des vidéos chez elle. Sur YouTube, car elle croit toujours en la plateforme.

« Je continuerai à faire des vlogs [des blogs vidéos, ndlr] dans ma cuisine, dire que je suis heureuse et manger des fruits bio. »

Mais quand on lit les derniers commentaires, on comprend qu’elle est maintenant un peu plus que ça. Les internautes saluent son courage et son intégrité. Dans sa boîte mail, Laetitia commence à recevoir les témoignages d’autres youtubeurs ayant vécu une histoire similaire.

Mise à jour 18/09/2016. YouTube a répondu à nos sollicitations en début de soirée :

« Laetitia a souhaité poser des questions difficiles au Président de la Commission européenne Jean Claude Juncker et, avant cet échange, nous a sollicité pour des conseils sur la manière de les formuler. Notre collègue l’a encouragée à privilégier le respect à la confrontation et, comme l’atteste sa vidéo de l’interview, elle a eu l’opportunité de poser toutes les questions qu’elle avait préparées. »

Mise à jour 20/09/2016. D’après un article du Huffington Post citant Youtube, la firme prévoyait de proposer un nouveau contrat à Laetitia bien avant l’interview de Juncker. Le rendez-vous le lendemain de l’interview aurait été déjà prévu avant toute cette affaire. 

 Source

Commenter cet article

Archives