Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Maladie de Crohn: un champignon identifié comme facteur clé de l'inflammation

Publié par MaRichesse.Com sur 30 Septembre 2016, 11:38am

Catégories : #SCIENCE, #MALADIE, #SANTE-BIEN-ETRE

Maladie de Crohn: un champignon identifié comme facteur clé de l'inflammation

Alors que les recherches sur la maladie de Crohn se concentraient uniquement sur les bactéries intestinales pour expliquer sa survenue, des chercheurs ont découvert pour la première fois le rôle néfaste d'un champignon pour expliquer l'inflammation dont souffrent les patients. 

   

La maladie de Crohn se caractérise par une inflammation de la paroi d’une partie du tube digestif, qui peut se déclarer à tous les niveaux du système digestif, même si c’est à la hauteur de l’intestin qu’on la retrouve le plus souvent. Si la génétique, l'environnement (pollution) et le tabagisme sont suspectés pour expliquer sa survenue, les causes exactes de la maladie demeurent inconnues.

Une autre hypothèse est avancée, celle du microbiote intestinal, plus précisément d'un déséquilibre de la flore intestinale qui jouerait un rôle dans le maintien et la sévérité de l'inflammation. Cette cible thérapeutique tend à se confirmer après la découverte de chercheurs de l'Université Case Western Reserve de Cleveland, qui ont pour la première fois identifié dans une étude un champignon comme facteur clé dans le développement de la maladie de Crohn.

Ces conclusions inédites pourraient conduire à de nouveaux traitements pour les malades qui souffrent de douleurs abdominales sévères, de diarrhées, et de grande fatigue. "Nous savions déjà que les bactéries jouent un rôle majeur dans le développement de la maladie", explique le docteur Mahmoud Ghannoum, l'un des auteurs de l'étude. "En revanche, peu de chercheurs se sont penchés sur les champignons, qui colonisent également les intestins". 

 

Une mauvaise interaction dans l'intestin

La communauté fongique qui habite le corps humain est connu comme le mycobiome, tandis que celles des bactéries est appelée bactériome. Les chercheurs ont évalué le mycobiome et le bactériome de 20 patients atteints de la maladie de Crohn et ceux de leurs proches en bonne santé, ainsi que ceux de 21 personnes en bonne santé vivant dans la même zone géographique et issues de quatre familles différentes. Ils ont pour cela procédé à des analyses d'échantillons fécaux.

Les résultats ont montré une forte interaction entre un champignon (Candida tropicalis) et deux bactéries (Escherichia coli et Serratia marcescens) chez les personnes atteintes de la maladie de Crohn. Tandis que les personnes de leur famille en bonne santé en étaient exemptes, "ce qui suggère que les bactéries et les champignons interagissent dans les intestins", selon les chercheurs. 

 

Moins de bonnes bactéries chez les malades

Par ailleurs, ces derniers ont découvert que ces trois organismes travaillent ensemble pour produire un biofilm, une mince couche de micro-organismes, qui adhère aux intestins. Ce biofilm pourrait provoquer l'inflammation qui se traduit par les symptômes de la maladie de Crohn. Enfin, les chercheurs ont constaté que la présence de bactéries bénéfiques était significativement plus faible dans l'intestin des patients atteints de la maladie de Crohn, corroborant les recherches précédentes sur l'importance du microbiome intestinal.

"Parmi des centaines d'espèces bactériennes et fongiques qui habitent les intestins, il est révélateur que les trois que nous avons identifiés sont fortement corrélées chez les patients atteints de Crohn", a déclaré le docteur Ghannoum. Fort de ce constat, les chercheurs évoquent la possibilité d'un traitement sous forme de probiotiques, des micro-organismes vivants qui auraient un effet bénéfique sur une flore intestinale déséquilibrée.

Mais ces derniers ne veulent pas attribuer la cause de la maladie de Crohn à ces seuls biomarqueurs et souhaitent poursuivre leurs recherches, car une question demeure: les membres d'une même famille partagent souvent la même alimentation et le même environnement, deux facteurs qui influencent la communauté microbienne de l'intestin. Comment expliquer alors que certains souffrent de la maladie de Crohn et pas d'autres? 

 Source

Commenter cet article

Archives